leral.net | S'informer en temps réel

Kolda: La dame ébouillantée, succombe

Après avoir lutté plusieurs jours, Adama Cissokho a finalement rendu l’âme, dans la nuit du 12 au 13 juin, à l’hôpital régional de Kolda. Sa coépouse, qui avait fui, a été arrêtée par la gendarmerie de Diaobé.


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Juin 2017 à 10:35 | | 0 commentaire(s)|

Kolda: La dame ébouillanté succombe
Kolda: La dame ébouillanté succombe
Les équipes de l’hôpital régional de Kolda avaient mis un point d'honneur à sauver Adama Cissokho, mais elle était trop gravement brûlée. Dans la nuit du 12 au 13 juin, la dame âgée de 20 ans est décédée. Son corps est à la morgue. Son agresseuse qui était en fuite, a été appréhendée par les enquêteurs. Il s'agit de sa coépouse Mariama Bayo âgée de 30 ans. Elle sera déférée au parquet, dans les jours à venir, et sûrement placée sous mandat de dépôt.

Les relations entre Mariama, la première épouse, et Adama, la seconde épouse d'un professeur de Mathématiques et de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) au CEM de Mampatim, n'étaient plus au beau fixe, depuis quelque temps, à cause de la jalousie.

Il y a quelques jours, Adama Cissokho était en train de préparer des œufs pour son enfant, lorsque sa coépouse, Mariama Bayo, est venue lui dire que "la coutume interdisait formellement cela". Adama lui a rétorqué: "C'est ma poule et mon enfant, donc en quoi cela te regarde ? " Mariama a vu rouge et elles se sont mises à échanger des propos injurieux.

"C'est sur ces entrefaites que la nommée Mariama Bayo a versé de l'huile chaude sur Adama Cissokho". La dame, surprise dans sa chambre, a été atteinte au torse. Dépassé par la tournure des événements, son mari l'a aussitôt transportée à l’hôpital régional de Kolda, où elle a été admise aux urgences. Brûlée au troisième degré, elle n'a pu être sauvée.

Après son forfait, Mariama Bayo a pris la fuite. La gendarmerie de Dabo s'est lancée à ses trousses. Très choquées par cet acte lâche, les femmes de la localité avaient juré de faire la fête à la "aawo" (première épouse). Ceux qui avaient dit qu'elle était allée se réfugier chez sa mère domiciliée dans la commune de Diaobé, une localité située à 20 Km de Mampatim, avaient vu juste. Car, c'est là-bas qu'elle a été arrêtée.

L’enquête suivant son cours, la justice a demandé qu'une autopsie soit pratiquée. Les conclusions seront versées dans le dossier de l’enquête. Adama Cissokho laisse derrière elle deux enfants et un mari éplorés.

Enquête
 








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image