leral.net | S'informer en temps réel

L’AGENT JUDICIAIRE SE CONSTITUE PARTIE CIVILE DANS L’AFFAIRE DU PORT DE DAKAR : L’Etat se radicalise contre Bara Sady et Cie

Un sale temps s’annonce au Port autonome de Dakar (Pad). L’agent judiciaire de l’Etat, sous la tutelle du Ministère de l’Economie et des Finances, s’est constitué partie civile à la suite de la procédure déclenchée par le Parquet de Dakar. L’avocat de l’Etat a d’ailleurs fait sa déposition, et c’est pour ramer dans le même sens que les conclusions de l’Inspection générale d’Etat (Ige). Les responsables du Pad commenceront à défiler à la Division des investigations criminelles (Dic), en début de semaine prochaine.


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Septembre 2010 à 16:17 | | 1 commentaire(s)|

L’AGENT JUDICIAIRE SE CONSTITUE PARTIE CIVILE DANS L’AFFAIRE DU PORT DE DAKAR :  L’Etat se radicalise contre Bara Sady et Cie
Il ne fait désormais nul doute que les plus hautes autorités sont décidées à faire « payer » aux responsables du Port autonome de Dakar, si l’enquête de la Division des investigations criminelles (Dic) confirmait les faits de malversations dans cet établissement public. Des sources étatiques indiquent que l’agent judiciaire de l’Etat, Assane Dianko, s’est constitué partie civile dans la procédure déclenchée par le Parquet, car considérant que l’Etat a été grugé par les responsables du Port autonome de Dakar. Déjà, renseignent des sources policières, l’agent judiciaire qui dépend du Ministère de l’Economie et des Finances, a fait sa déposition à la Division des investigations criminelles.
À cette occasion, il a confirmé les griefs soulevés par le rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige), non sans informer que l’Etat qu’il représente a subi un sérieux préjudice. À la suite de cette déposition de l’agent judiciaire, renseignent des sources policières, les premières auditions des autorités du Port autonome de Dakar auront lieu en début de semaine prochaine. C’est presque à cette même période que débuteront les auditions dans le cadre de l’affaire du Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec). Certains observateurs croyaient que le statut d’Amadou Kane Diallo, actuellement ministre-conseiller à la Présidence de la République, nécessite que le Parquet obtienne l’autorisation du chef de l’Etat pour l’entendre. Tel n’est pas le cas, puisque les faits qui sont visés par le Ministère public datent de 2007, donc bien avant que Amadou Kane Diallo ne soit ministre.

Cheikh Mbacké GUISSE
lasquotidien.info



1.Posté par daw thiow le 05/09/2010 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis au regret de vous dire que kane diallo ancien directeur général du cosec est un criminel.non seulement il a bousier le cosec mais il a créé d'énorme probléme et des préjudices à la chambre de commerce de ziguinchor en refusant de payer la redevance que le cosama lui versée pour la gare maritime de zig et qui revenait à l'institution.je voudrai dire à mon pére abdoulaye wade que j'aime bcoup qu'il nous a fait trés mal en nommant ce voleur,ce scroc ce prédateur comme ministre conseillé

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image