leral.net | S'informer en temps réel

L’APR, 5ème anniversaire ou meeting de mobilisation masque derrière l’ombre du King Fahd (Par Seydina Ousmane Sylla)

Avec la participation comédienne de Tonton Moustapha Cisse Lo un vice président de l'assemblée national aurait pu donner de l'argent en toute discrétion dans des structures plus organisées aurait plus d'efficacité et de mérite. Ce sont ces mêmes personnes qui parlent de rupture dans la gestion de l’état.nous sommes vraiment mal parti.


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Décembre 2013 à 15:25 | | 0 commentaire(s)|

L’APR, 5ème anniversaire ou meeting de mobilisation masque derrière l’ombre du King Fahd (Par Seydina Ousmane Sylla)
Le Président ne doit pas perdre de vue ou oublier tous les sacrifices qui ont été consentis pour faire partir Wade et toutes les contre-valeurs qui ont accompagné son magistère. Il est même indécent, inacceptable, que les éternels transhumants se retrouvent encore autour de Monsieur le Président de la République, avec pour unique dessein, de profiter, encore profiter et toujours profiter des ors du Pouvoir. C'est à croire que ces gens là ne seront jamais repus de leur vie. ''Goor dafay sour bala niouy guéné lokhom si ndap li way''. Gni amou niou sakh roussou kaye. Je me demande qu'est-ce qu'ils peuvent encore apporter au Président de la République? Ils ne pèsent rien du tout.

Je me désole de voir que Macky n'a rien appris de la défaite de Wade. Nous avons sanctionné le vieux justement pour ce genre de manifestations ostentatoires au frais du contribuable que nous sommes, pour le fait qu'il ait ramené ces transhumants professionnels que nous avions chassé, avec le PS, à ses côtés et pour tant d'autres tares qu'il perpétue !

Ce n'est pas parce que "les élections sont derrière nous" que vous devez penser pouvoir mettre une croix sur le message que nous vous avions adressé le 25 mars 2012. Dans une démocratie saine il faut que les opposants aient le courage de traverser le désert de l'opposition et que le Pouvoir ait le courage de ses choix. Le Pds a fini par vous faire croire que "le pays ne marche" et que "tout est bloque”. Monsieur le Président, Vous êtes tombe dans le piège. Seydou Gueye a bien compris cela. Tout le monde sait qu'un gouvernement de large ouverture cela n'a marche nulle part. C'est une mascarade. C'est juste un moyen de "partager le gâteau" et un moyen pour le Pouvoir de se donner un moment de répit sur le dos des électeurs.

A l’heure actuelle, Monsieur le président de la république la société Sénégalaise souffre d'une vie sociale bloquée, alors vous et votre coalition pensent qu’avec des discours dénués de toute vision stratégique, un homme politique ou politicien peut se transformer automatiquement en homme d’Etat. En vérité, ils sont victimes de leur propre vision idéologique, c’est-à-dire, comme le relève si bien Séverine Kodjo-Grandvaux, d’ « un ensemble de dogmes à imposer par la force et la coercition, et présentés comme les seuls et uniques fondements de l’organisation sociale ».

L’homme politique, sous nos cieux, est souvent dépourvu d’une pensée du futur
Pourquoi la gestion politique actuelle de nos pays choque-t-elle le sens moral des citoyens Sénégalais ? Tout simplement parce qu’il manque à la fois aux « politiciens professionnels » Sénégalais, une réelle éthique de la conviction et de la responsabilité. A cela, il faut ajouter l’absence de toute capacité à anticiper les mouvements de l’histoire, et d’avoir une intelligence des faits collectifs.

En définitive, pour les hommes d’Etat, il est des valeurs telles que la liberté, la paix, la démocratie, la fraternité, la solidarité qui leur semblent impossibles à enfreindre, quelles que soient les circonstances. Ils aiment, et leur patrie, et leur peuple. Ce sont des serviteurs de l’humanité car, ils ont complètement renoncé à une certaine conception de la politique et de l’Etat, reposant sur le mensonge et la violence. Ils sont toujours prêts à s’immoler volontiers sur l’autel de l’intérêt général de leur pays, de leur peuple. Ils font du pouvoir politique non pas une fin, mais un moyen. Cela dit, évitons, tout de même, toute vision manichéenne entre homme d’Etat et homme politique.

S'il n'y avait qu'au perchoir, ce serait un moindre mal en matière d'incompétence. Hélas la parabole de D'Idrissa Seck s'applique plus que jamais à notre pays où l'on voit tant d'incapables dans les ministères et à l'AN alors qu'il y a tant de compétences au Sénégal qui, elles, n'émergeront jamais du marécage politico-politicien. L'histoire dira peut-être un jour pourquoi, nous, Sénégalais, ne sommes capables d'élire que de purs politiciens, incapables que nous sommes de faire émerger de la société dite "civile" de véritables compétences notamment en matière d'économie réelle, celle qui nous fait vivre ou plutôt survivre encore.
Nous sommes entrés dans "l'économie de la connaissance", sous-entendu scientifique et technique et ce sont ceux qui n'en ont aucune, de connaissance scientifique et technique, ces beaux parleurs creux fabriqués à la chaîne, qui tiennent aujourd'hui le haut du pavé au Sénégal. La voilà, la première source d'incompétence de au Sénégal d'aujourd'hui dans la mondialisation de l'économie ! Pas étonnant que notre pays s'enfonce chaque jour un peu plus et soit sur le point de rejoindre la Guinée, Somalie et l'Erythrée, sauf miracle.


Seydina Ousmane Sylla
University of Colorado at Denver USA
Department Health Science
Membre du Parti Rewmi
Osylla62@gmail.com








Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image