leral.net | S'informer en temps réel

L’APR au bord de l’implosion à Koumpentoum : des votes sanctions en vue pour les locales de juin.

Des militants de l’Alliance Pour la République (APR), voterons contre la liste Benno Bokk Yakkar dans le département de Koumpentoum. Ces militants non contents des investitures ont décidé de s’allier avec d’autres partis et ou coalitions en lice dans le département « pour apporter une réponse politique aux coups bas politique » qu’ils auraient reçu. En somme, ce sont des militants frustrés des agissements de l’honorable député Omar Sy, qui ont claqué la porte et qui ont décidé de donner une sévère correction à leur parti.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Mai 2014 à 21:47 | | 0 commentaire(s)|

L’APR au bord de l’implosion à Koumpentoum : des votes sanctions en vue pour les locales de juin.
Les jeunes de la COJER étaient les premiers à tirer la sonnette d’alarme et à inviter les dirigeants du parti à prendre leurs responsabilités et à organiser le parti. Ce qui « ne fût pas fait » s’est désolé en son temps le Coordonnateur départemental de la COJER. Ils tenteront d’ailleurs de mettre sur une liste parallèle, dans le cadre d’une nouvelle coalition, malheureusement frappé de forclusion. Cependant ils ont décidé de battre campagne contre la liste BBY. Autre défection et pas les moindre, c’est le réseau départemental des enseignants du parti. Le coordonnateur départemental a dit toute sa frustration et le manque de respect notoire dont les enseignants ont été victime dans la confection des listes.

M. Abdou K. Dione de pointer du doigt le mandataire du parti, l’Honorable député Omar Sy. Selon lui, ce dernier aurait présenté une liste autre que celle élaboré avec tous les acteurs. Pour les locales à venir, des enseignants auraient décidé de sanctionner la liste du député en soutenant une coalition de la mouvance présidentielle. D’autres cadres ont également dit toute leur frustration au lendemain de la publication des listes. Ils seraient placés à des positions indignes de leur rang et leur force politique. Ils auraient été préférés à « insignifiants, des gens qui ne représentent rien du tout » selon l’un d’eux.

Si pour les enseignants il est clair qu’ils soutiendront une coalition de la mouvance présidentielle, c’est le doute total sur la conduite que tiendront les jeunes de la COJER et de certains cadres. Une chose est sûre les municipales de juin 2014, seront âprement disputées et la coalition BBY déjà affaibli par la défection du PS, aura du mal à tirer son épingle du jeu avec un divisé et mal en point.

Yafata






Hebergeur d'image