leral.net | S'informer en temps réel

L'Amérique du Jazz ouvre ses portes au Sénégalais Cheikh Ndoye

Il est présentement en route pour des concerts programmés au Festival de Jazz de Cape Town en Afrique du Sud. Début avril, son retour coïncidera avec le commencement d’une série de concerts étalée sur 4 jours d’affilée : Du 3 au 6 Avril 2014, le bassiste de renommée mondiale Cheikh Ndoye occupe la scène du Club « Blues Alley », Mecque reconnue du Jazz à Washington DC.


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Mars 2014 à 16:05 | | 1 commentaire(s)|

Hebergeur d'image

Il y a 15 ans, Ndoye s’installe aux États-Unis pour entamer un cursus universitaire en Informatique et Musique. Après avoir terminé ses études, il commence à jouer avec un groupe local Postmodern Blues et de nombreux musiciens de classe mondiale, y compris le bassiste Richard Bona, que Ndoye cite comme un grand ami et mentor.

Il est aussi devenu ami du batteur / producteur Kevin Jones, qui, après avoir écouté sa démo, a présenté le jeune musicien au claviériste Russell Ferrante et au saxophoniste Eric Marienthal. Ces relations ont finalement conduit en 2009 au premier album de Ndoye, A Child’s Tale (Conte d'un Enfant), dans lequel toutes ces sommités du Jazz ont contribue.

Résidant à Wahington quand il n'est pas en tournée avec d'autres artistes, Ndoye sera à la tête de son propre groupe au Blues Alley a partir du 3 Avril. C'est une autre étape d'un voyage musical qui a commencé avec des cours de piano au Sénégal.

Autodidacte à la basse, Ndoye adopte l’instrument dans son adolescence, au moment ou ses influences valsent entre les sons indigènes de son pays natal et ceux de bassistes américains comme Jaco Pastorius. A entendre le style de Ndoye, on se rend compte que ses références musicales puisent dans bien de sources traditionnelles et modernes.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image