leral.net | S'informer en temps réel

L'ETAT et le défi des valeurs citoyennes : l’urgence de la rectification comportementale !

Par Elimane H. KANE, Psychosociologue, membre du Forum civil, elihkane@gmail.com / 776508844.

Au Sénégal, aujourd’hui la question des valeurs se pose en termes de crise et avec acuité. Cette crise se manifeste par le déclassement de certaines valeurs terminales en valeurs instrumentales qui font par exemple que le pouvoir de l’argent et l’influence du statut social triomphent sur les droits fondamentaux des individus comme la liberté de penser et d’agir, de se nourrir et de se loger, de choir et d’assumer,.... C’est également ce constat contradictoire entre l’élection de valeurs centrales comme la famille, la patrie, la démocratie, le partage, face à la récurrence de certains comportements comme le divorce, les séparations, … la mal gouvernance, l’accaparement, la répression, la manipulation de la justice et des lois,…


Rédigé par leral.net le Dimanche 5 Août 2012 à 19:37 | | 2 commentaire(s)|

L'ETAT et le défi des valeurs citoyennes : l’urgence de la rectification comportementale !
A la place des valeurs traditionnellement célébrées comme la bravoure, l’intégrité sont placés des types de comportements renvoyant à des contre-valeurs largement diffusées à travers les supports des célébrités, hommes politiques, hommes religieux généralement adulés par la société pour le pouvoir de l’argent et le pouvoir social et politique dont ils sont dépositaires.
Cette évolution malheureuse de la société a pour conséquence l’affaiblissement du contrôle social et l’impunité outrancière. Elle fait le lit du laxisme, de la baisse de la productivité nationale, de l’inefficacité du service public et de la déréglementation de l’environnement des affaires. Elle est cependant perpétuée par le grand schisme constaté autour des pratiques des hommes religieux, à qui la société a toujours attribué des fonctions de régulateurs, souvent versés sur les aspects qui renforcent leur pouvoir temporel au détriment de l’éducation religieuse, à savoir le sectarisme, l’instrumentalisation de la religion pour des enjeux de pouvoir et à des fins purement personnelles.
Dans la gestion de l’espace publique, la crise des valeurs se traduit par une attitude laxiste et excessivement tolérante sur la gestion frauduleuse des affaires publiques par certaines personnalités politiques, hauts fonctionnaires, voire de fonctionnaires tout court. Les conséquences les plus graves à ce niveau demeurent la corruption, la gabegie, le népotisme, la crise d’autorité dans les différents services de l’Etat, mais également l’affairisme. Ce qui nuit considérablement à l’intérêt national et bien souvent à l’intérêt des citoyens les plus démunis.
L’analyse de la question des valeurs aboutit à un constat désobligeant caractérisé par une récession dramatique des valeurs dites morales et culturelles qui ont caractérisé notre peuple dans le passé au détriment de pratiques et attitudes désobligeantes et honteuses.
La vague de nationalisme ayant suivi la période coloniale dans la plupart des pays en Afrique a tenté de greffer à des Etats de type jacobins des valeurs sociales ancestrales reléguées au second plan pendant près de quatre siècles de domination. L’avènement de l’indépendance et l’émergence d’un Etat moderne avaient inscrit en lettre d’or certaines valeurs cardinales inspirées du vécu socioculturel de notre peuple. Ce contexte a été marqué au Sénégal par une communication sociale organisée par les institutions de la république autour de valeurs comme le « jom », le « ngor », la « kersa », ainsi que le « soutura », « foula », « fayda », « fit »,... Nous pouvons en citer d’autres socialement colportées comme «yar ak téguine», «mandu», «jambaar», «jüb», «julitë»,…
Ces termes ne renvoient plus à grand-chose aujourd’hui sauf pour quelques marginalisés considérés comme les derniers des mohicans de la sagesse. Ce qui explique l’ampleur et la profondeur de la gangrène dans notre société. La question des valeurs est aujourd’hui abordée en association à la citoyenneté.
Dans un tel contexte, la réflexion commande un intérêt particulier sur les voies et moyens d’arriver à un consensus autour de valeurs citoyennes correspondant à un nouveau projet d’Etat refondé qui réconcilie les peuples avec leurs cultures les exigences du monde actuel. Car le défi sénégalais est prioritairement comportemental ! Quelques soient les efforts économiques, financiers et infrastructurels accomplis par l’Etat et les investisseurs, ils ne serviront à rien si les sénégalais, dans leur majorité, ne changent pas qualitativement de façon de penser, d’agir !
Les conclusions des assises nationales ont accordé une part importante aux questions de valeurs et d’éthique considérées comme priorité d’action. Raison pour la quelle les récentes initiatives du gouvernement pour le respect des horaires de travail et contre le laxisme dans la délivrance du service public viennent à point nommé. Ces mesures sont à soutenir et à amplifier car favorisant la mobilisation des citoyens autour de la nécessité de changement de comportement.
En effet, c’est une mobilisation citoyenne accompagnée par l’Etat sur des bases légitimes, qui -avec la volonté Divine- permettra de prendre un nouveau cap et d’aller vers un nouvel élan. Mais cette action nécessite la mise en place d’un cadre stratégique pour une intervention pertinente et durable. Il s’agit d’inventer un cadre qui permet de réfléchir et d’agir ensemble et autrement sur la question des valeurs, du comportement citoyen, des forces motrices et des leviers à actionner ; des mécanismes et des instruments à utiliser, de coproduire un code de conduite accessible à tous.
Ce code doit être matérialisé en objectifs éducationnels pertinents et traduits en pratiques à travers des méthodes pédagogiques innovantes et des processus de socialisation citoyenne insistant essentiellement sur la transmission de valeurs et attitudes successibles de doter chaque citoyen sénégalais des comportements identitaires partagés en fonction des valeurs conventionnelles.
La sensibilisation et la prise de conscience des populations passeront par un dialogue entre celles-ci et les institutions représentatives pour aboutir à une démocratie participative citoyenne effective.
L’Etat est donc invité à déclarer son engagement ferme à garantir dans son fonctionnement les valeurs fondamentales de la république et à partager avec ses membres les valeurs d’éthique et de citoyenneté. Il doit initier des synergies en capitalisant les actions des organisations de la société civile à l’endroit des populations consistant à promouvoir l’éducation citoyenne et à renforcer et encourager les comportements exemplaires des sénégalais en vue d’offrir la vertu comme référence aux nouvelles générations.
L’initiative d’un programme national de promotion de la citoyenneté réorientant le service civique national et capitalisant d’autres innovations sociales en cours peut être un levier d’action déterminant. Une politique bien élaborée et appliquée sur une base inclusive et participative peut apporter une contribution dans la promotion de l’engagement citoyen pour l’émergence d’un autre type de sénégalais capable de porter les nouveaux défis de transformation sociale auxquels l’ensemble des franges de sénégalais s’accorde à faire face.



1.Posté par S le 05/08/2012 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excellent Publiez vos Annonces gratuitement sur www.maketbi.com

2.Posté par CHERIF AIDARA le 07/08/2012 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chérif aidara le petit fils de cheikh sadibou aidara grand marabout
est la aujourdhui pour aider ce qui on besoin de lui pour tout les domaine
amour chance reussite travail mariage santé succés dans vos entreprises basé sur le saint coran incha allah kou gneuw sa adio fadiou
thi barké cheikhna cheikh sadibou thi barké yonentebi mouhamad salalahou aleyhi wa salam wa salatou wa salam hairou leumbiya badar ak ouhout
contact ;00221 77 921 57 39 MERCI

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image