Leral.net | S'informer en temps réel



L'Espagne interpelle trois membres d'al-Qaida

le 3 Août 2012 à 11:21 | Lu 485 fois

L'un des suspects arrêtés était en possession d'explosifs en quantité suffisante pour faire sauter un autobus.


L'Espagne interpelle trois membres d'al-Qaida
C'est sans doute une des redoutées cellules dormantes d'al-Qaida en Europe qui vient d'être démantelée. Les autorités espagnoles ont annoncé l'arrestation mercredi de trois hommes soupçonnés de préparer un attentat de grande envergure «en Espagne ou en Europe». Les suspects, dont les identités réelles restent à déterminer, serait un Turc et deux ressortissants d'un pays d'Asie centrale, sans doute la Tchétchénie. Les terroristes présumés étaient sous l'étroite surveillance de plusieurs polices européennes depuis deux ou trois mois.

Le Turc louait un appartement à La Línea de la Concepción, une petite ville près de Gibraltar, où il vivait avec son épouse marocaine. Lors des perquisitions effectuées dans ce quatre pièces, la police a découvert des explosifs. «Ils auraient pu être particulièrement meurtriers si on y avait ajouté de la mitraille. Ils auraient pu détruire un bus», a détaillé Jorge Fernandez Dias, le ministre espagnol de l'Intérieur. Selon les enquêteurs, le Turc ne serait qu'un logisticien.

L'Espagne interpelle trois membres d'al-Qaida
À leurs yeux, les «opérationnels» seraient les deux Tchétchènes. Ils ont été arrêtés peu après minuit à Almuradiel, dans le centre du pays, alors qu'ils voyageaient dans un bus entre Cadix et Irun, à la frontière française. Les deux terroristes ont opposé une «résistance peu commune» aux hommes du GEO, les forces spéciales de la police espagnoles qui conduisait l'opération. L'un des deux suspects serait un spécialiste des explosifs et des armes chimiques et l'autre un membre imminent de Lashkar-e-Taiba. Ce groupe djihadiste pakistanais, lié à al-Qaida, est responsable des attentats de Bombay qui firent 170 morts en 2008. Tous deux avait suivi d'intenses entraînements dans des camps au Pakistan. «Ce sont des gens extrêmement dangereux», a insisté le ministre.

La justice espagnole soupçonne les deux Tchétchènes d'avoir tenté de se rendre à Irun pour rejoindre la France. Ils y auraient déjà effectué un séjour dans les mois passés, notamment pour s'entraîner au pilotage de paramoteurs, sortes de parapentes autopropulsés. Si le juge Pablo Ruz, en charge des investigations, semble ignorer pour l'heure la cible précise des djihadistes, il les soupçonne d'avoir voulu utiliser ces paramoteurs pour commettre leurs attentats.

Selon le quotidien El País , les policiers ont noté que l'appartement du Turc était très près de Rota, la base navale conjointe ibéro-américaine, qui pourrait bien être l'objectif du commando. Ils ont aussi remarqué que le suspect Turc travaillait à Gibraltar et qu'il traversait donc quotidiennement la frontière. Mais les enquêteurs redoutent surtout que les explosifs découverts ne soient qu'une partie de l'arsenal. Il y a quelques jours, les policiers avaient surpris un appel téléphonique de l'épouse du Turc. Elle annonçait à son mari qu'elle avait nettoyé l'appartement. C'est ce coup de fil qui a décidé les policiers à intervenir.

Toujours traumatisés par les attentats du 11 mars 2004 qui avaient fait plus de 200 morts et 1400 blessés à Madrid, les Espagnols se savaient à nouveau visés.

Début juillet, la base centrale d'al-Qaida avait publié sur Internet un appel pour recruter des «loups solitaires» parlant espagnol et «vivant au milieu des ennemis . Ce texte, rédigé en espagnol, encourageait les attaques suicide.


Par Tanguy Berthemet