leral.net | S'informer en temps réel

L’Etat face au risque d’"ingouvernabilité" du Sénégal


Rédigé par leral.net le Jeudi 20 Septembre 2012 à 21:26 | | 4 commentaire(s)|

L’Etat face au risque d’"ingouvernabilité" du Sénégal
L’émergence citoyenne est de plus en plus consolidée à travers le Sénégal, compte tenu du dynamisme des organisations sociales et professionnelles à la base qui se dressent spontanément et parfois selon des stratégies d’engagement citoyen bien élaborées pour se faire entendre et relayer avec énergie les préoccupations des populations locales. De ce fait, l’espace public sénégalais est en train de changer d’aspects, donnant de plus en plus de place à des relais citoyens qui posent avec intelligence et promptitude les problèmes auxquels font face les sénégalais. Ces nouvelles voix éclipsent même celles des institutions régulatrices traditionnelles, notamment les cercles religieux qui se font de plus en plus discrets dans le discours quelque part discrédité par les dérives constatées chez certains leaders de ce milieu.
La société civile, au-delà de l’imbroglio conceptuel, gagne du terrain dans l’espace public sénégalais et s’impose de plus en plus fortement et devient influente sur l’opinion publique. Nous épargnant tout le débat conceptuel sur la société civile qui a été brillamment analysée par l’illustre philosophe Sémou Pathé GUEYE dans son livre (Du bon usage de la démocratie en Afrique, NEAS 2003), nous parlons ici des associations et organisations non gouvernementales de droit sénégalais qui, parfois appuyées par des ONG internationales et autres partenaires techniques et financiers de la coopération multilatérale et bilatérale, travaillent dans le sens de faire de la recherche et de mobiliser les citoyens autour de questions primordiales relevant de la demande sociale et citoyenne. Parmi les plus en vue nous pouvons citer le RADI, le CONGAD, les organisations de défense des droits de l’homme, le Forum civil, le mouvement citoyen, dont la notoriété renvoie à prés de deux décennies de labeur. Plus récemment, il ya aussi le mouvement « Y en a marre » qui à travers son concept approprié et mobilisateur a su façonner l’opinion publique de manière très originale et pratique.
Evidemment, il ya à boire et à manger dans la société civile sénégalaise. De la même manière que le concept est galvaudé, la réalité des organisations dites de la société civile laisse à désirer par moment. Si certaines d’entre elles ont su développer des activités et des programmes d’envergure et mettre en place des cadres de partenariat pertinents leur ayant permis de contribuer efficacement aux débats techniques nationaux et même d’impulser de nouvelles dynamiques en matière de gouvernance, d’autres ont été initiées selon des stratégies individualistes d’accès à la parole ou aux sphères de concertations pour gagner des strapontins. Ces organisations et leurs dirigeants ne sont pas épargnés par l’ « entrisme » et la « transhumance » qui sont des phénomènes connus des hommes politiques. Même parmi les organisations qui ont pu construire par la vision et l’engagement assidu de leurs membres une légitimité et une crédibilité devant l’opinion et se constituer de ce fait interlocuteurs valable devant l’Etat, couvent à l’intérieur des stratégies machiavéliques dignes du cheval de Troie de la part des leaders qui les animent. Ces derniers ont souvent des agendas personnels qu’ils font porter par la dynamique citoyenne de leur organisation, en guettant le moment propice pour dérouler leur plan politique, au risque de saborder ou de sacrifier l’organisation. L’avenir nous édifiera certainement sur ces « politiciens encagoulés » qui n’hésitent pas à tirer sur tout le monde pour se distinguer et se frayer un chemin en entretenant l’espoir d’un idéal possible pour mieux ferrer les populations dans leur angoisse existentielle. Pour barrer la route à ces « despotes diaboliquement éclairés » et sournois, j’en appelle à la vigilance de l’Etat et des citoyens avertis. Car leur objectif est de rendre le pays ingouvernable pour s’offrir en alternative au peuple manipulé.
Aujourd’hui, à défaut d’une évaluation objective de l’impact de l’action de ses organisations de la société civile, force est de constater que la demande sociale sur les questions de gouvernance et la revendication d’une citoyenneté plus exigeante à l’endroit des gouvernants mobilisent les sénégalais à plusieurs niveaux. Les citoyens sont devenus plus informés et avertis sur les enjeux de gouvernance et les stratégies politiques appréciés à l’échelle locale que les hommes politiques eux-mêmes, reclus dans leurs appareils. Les différentes crises internationales et la mal gouvernance ayant caractérisé le régime d’Abdoulaye WADE aidant, les citoyens sont devenus de plus en plus vigilants pour ne pas dire obligés de l’être, car il s’agit dés lors de développer des stratégies de survie par rapport à la forte agression du capitalisme mondialisé et ses corolaires au niveau de la gouvernance politique, économique, sociale et environnementale à l’intérieur des Etats. Le peuple a finalement compris l’avertissement du Professeur Joseph Kizerbo : « si nous nous couchons, nous mourons ».
Les citoyens, face à leurs difficultés demi-séculaires post indépendance ont pu construire dans leur résilience et leur stoïcisme une nouvelle conscience de leur propre condition et une maturité sociale perspicace qui les amènent à agir pour ne plus subir la médiocrité de leurs gouvernants. Devenus ainsi pro actifs et diligents sur leurs propres préoccupations, ils surprennent souvent la classe politique dirigeante et d’opposition.
Sans se donner la peine de retracer les acquis historiques des luttes civiles qui ont favorisé ce contexte, nous pouvons faire la diachronie récente des faits saillants de l’émergence citoyenne au Sénégal.
Plusieurs faits étayent nos propos en commençant par le combat qui a été mené contre le régime de Wade jusqu’à sa défaite de Mars 2012. L’opposition politique d’alors a souvent été à la remorque d’identifiés remarquables et d’organisations de la société civile qui ont véritablement occupé l’espace de la contestation citoyenne et du contrôle citoyen. Tout d’abord avec le journaliste d’investigation Abdou Latif Coulibaly qui avait ouvert les hostilités en mettant fin à la période de grâce qui fut accordée à Wade. Il a ensuite maintenu la cadence à travers ses différentes publications qui ont révélé les déboires et piéges de la gouvernance sous Wade. Ensuite des organisations comme le Forum civil ont pu propulser les assisses nationales initiées par les partis d’opposition et facilitées la participation de personnalités comme Amadou Maktar Mbow, et même des généraux qui ont pu mettre fin à leur mutisme devant les dérives insupportables du régime en place. Ces dérives qui ont plongé les sénégalais dans une misère et une terreur acculantes ont généré de nouveaux types de révoltes ingénieusement organisées par le mouvement « Y en a marre » qui a su embarquer la majorité de la jeunesse plongée jusque là dans l’inertie, certainement hypnotisée par la profondeur de la crise. Toutes ces forces diffuses ont pu se retrouver en mutualisant leurs efforts pour faire face à l’injustice de trop qui consistait pour Me Wade de déployer sa propre stratégie pour conserver le pouvoir en passant par des tripatouillages de la constitution. Cette action collective pour le refus de l’inacceptable a dressé la majorité du peuple sénégalais, y compris même dans le camp du pouvoir, pour reprendre le pouvoir qui a été délégué aux députés le 23 Juin 2011.
Toutes ces victoires ont contribué à cristalliser dans les mentalités des citoyens la prise en conscience de la force du peuple et que désormais le pouvoir sera par le peuple. Le premier principe de la démocratie est acquis, maintenant reste à conquérir le reste : le pouvoir pour le peuple.
Cette lutte qui a abouti à l’échec du projet de confiscation et de dévolution monarchique du pouvoir par Wade a également consacré le changement de régime avec l’élection d’un président d’une nouvelle génération. Une deuxième alternance qui implique également la nécessité et l’espoir de ruptures déterminantes pour la transformation du système de gouvernance politique au Sénégal.
A cet effet, la société civile est restée avant-gardiste et vigilante en continuant la mobilisation citoyenne autour de nouveaux défis, notamment la lutte contre la corruption, l’impunité et la prise en charge en priorité par le nouveau régime des préoccupations prégnantes des populations et la déclinaison d’une vision de refondation de l’Etat pour un service public efficient et une gouvernance vertueuse.
La campagne contre l’impunité lancé par le Forum civil et relayé par des coalitions d’organisations de la société civiles dans plusieurs localités a contribuer à renforcer la vision et les actes prémices du régime du président Macky Sall en matière de gouvernance vertueuse, de rapatriement des biens mal acquis et d’obligation de reddition de compte,...A ce niveau, des décisions restent incompréhensibles de la part du président de la République. Ce qui tend à réveiller le doute dans les esprits et à davantage interpeller le devoir de vigilance permanente des citoyens.
Cette effervescence citoyenne est certes motrice d’un engagement citoyen indispensable à une démocratie vitale. Mais si elle bouscule l’Etat pour se substituer à lui dans ses prérogatives et responsabilités, elle peut être source d’ « ingouvernabilité » et donc de reddition de l’Etat.
La gestion des inondations marquée par une réaction tardive du gouvernement qui a ainsi laissé le chemin à des initiatives plus proactives des citoyens est un des exemples qui contribuent à davantage fragiliser l’autorité publique. La responsabilité publique a été usurpée selon les termes du ministre de l’intérieur par les entreprises de presse qui ont initié et amplifié l’appel à la solidarité nationale. L’Etat a juste suivi, en montrant son impuissance devant le sinistre
Le problème des sénégalais en Gambie a également été marqué par l’initiative individuelle de l’ancien premier ministre devenu citoyen lamda qui a pu informer les sénégalais sur nos compatriotes en détention et condamnés à mort. L’Etat n’a rien pu faire de plus si ce n’est attiser le brasier, avec des vociférations qui mettent en danger un même peuple divisé en deux états.
Les atermoiements du nouveau régime qui a tendance à vouloir diriger le Sénégal selon le pool de l’opinion publique souvent subjective témoigne d’un manque d’audace et de détermination à apporter avec méthode les ruptures fondamentales attendues. Les victoires citoyennes sur l’Etat constituent dés lors une source de fragilisation de la force publique qui institutionnalise la pression citoyenne. Alors que celle-ci n’est pas toujours indemne de manipulation de pouvoiristes encagoulés aux agendas secrets et purs stratèges issus de l’école du trotskysme. Pour endiguer la furie citoyenne et accompagner la citoyenneté responsable, l’Etat doit faire sa mue et ajuster sa mise !



Par Elimane H. KANE, elihkane@gmail.com.



1.Posté par Le petit le 21/09/2012 02:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Du nouveau arrivage ordinateur de bureau marque
HP Compaq xw 4400 Workstation presque neuf
Reference :
Processeur Core2 duo 2.13
Lecteur dvd graveur
Dis dure : 160g
Ram: 1giga
Ecran 15 pouce
HP xw4400 Workstation, un système basé sur le processeur Intel Core 2 Duo "Conroe" processeur et chipset 975X Express. La carte mère HP propose quatre emplacements DIMM et peut accueillir jusqu'à 8 Go de mémoire en utilisant des modules DIMM de 2 Go.
Des résultats surprenants
Bien équipé d'un accélérateur graphique milieu de gamme plutôt que sur les planches haut de gamme, la xw4400 s'est très bien comporté, bien valider les avantages de performance supposés de l'architecture Intel Core 2 Duo.

Prix exceptionnel Appel moi au 775168735 / 775168735/ 775168735



2.Posté par toby le 21/09/2012 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Du nouveau arrivage ordinateur de bureau marque
HP Compaq xw 4400 Workstation presque neuf
Reference :
Processeur Core2 duo 2.13
Lecteur dvd graveur
Dis dure : 160g
Ram: 1giga
Ecran 15 pouce
HP xw4400 Workstation, un système basé sur le processeur Intel Core 2 Duo "Conroe" processeur et chipset 975X Express. La carte mère HP propose quatre emplacements DIMM et peut accueillir jusqu'à 8 Go de mémoire en utilisant des modules DIMM de 2 Go.
Des résultats surprenants
Bien équipé d'un accélérateur graphique milieu de gamme plutôt que sur les planches haut de gamme, la xw4400 s'est très bien comporté, bien valider les avantages de performance supposés de l'architecture Intel Core 2 Duo.

Prix exceptionnel Appel moi au 775168735 / 775168735/ 775168735



3.Posté par didi le 09/10/2012 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Du nouveau arrivage ordinateur de bureau marque
HP Compaq xw 4400 Workstation presque neuf
Reference :
Processeur Core2 duo 2.13
Lecteur dvd graveur
Dis dure : 160g
Ram: 1giga
Ecran 15 pouce
HP xw4400 Workstation, un système basé sur le processeur Intel Core 2 Duo "Conroe" processeur et chipset 975X Express. La carte mère HP propose quatre emplacements DIMM et peut accueillir jusqu'à 8 Go de mémoire en utilisant des modules DIMM de 2 Go.
Des résultats surprenants
Bien équipé d'un accélérateur graphique milieu de gamme plutôt que sur les planches haut de gamme, la xw4400 s'est très bien comporté, bien valider les avantages de performance supposés de l'architecture Intel Core 2 Duo.

Prix exceptionnel Appel moi au 775168735 / 775168735/ 775168735



4.Posté par jumelle le 24/10/2012 01:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Du nouveau arrivage ordinateur de bureau marque
HP Compaq xw 4400 Workstation presque neuf
Reference :
Processeur Core2 duo 2.13
Lecteur dvd graveur
Dis dure : 160g
Ram: 1giga
Ecran 15 pouce
HP xw4400 Workstation, un système basé sur le processeur Intel Core 2 Duo "Conroe" processeur et chipset 975X Express. La carte mère HP propose quatre emplacements DIMM et peut accueillir jusqu'à 8 Go de mémoire en utilisant des modules DIMM de 2 Go.
Des résultats surprenants
Bien équipé d'un accélérateur graphique milieu de gamme plutôt que sur les planches haut de gamme, la xw4400 s'est très bien comporté, bien valider les avantages de performance supposés de l'architecture Intel Core 2 Duo.

Prix exceptionnel Appel moi au 775168735 / 775168735/ 775168735



Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image