Leral.net | S'informer en temps réel

L'Europe met Athènes sous pression

le 14 Mai 2012 à 10:41 | Lu 562 fois

À l'approche de la réunion de l'Eurogroupe, ce lundi soir, les dirigeants européens multiplient les déclarations sur le thème: la monnaie unique peut très bien se passer de la Grèce si celle-ci ne respecte pas ses engagements.


L'Europe met Athènes sous pression
Les pays de l'euro, déchirés sur les voies de la croissance et le coût de l'austérité, trouvent une quasi-unanimité sur la Grèce. Toutes institutions et capitales confondues, la pression monte sur Athènes et sur un gouvernement peut-être introuvable, mais déjà sommé de choisir entre le respect de ses engagements et l'abandon de l'euro.

L'hypothèse d'une rupture entre la Grèce et la monnaie commune avait déjà trouvé des adeptes à la fin de l'été 2011, au plus fort des tractations entre l'ex-gouvernement Papandréou et ses créanciers. Après deux ans de renflouements et de promesses rompues, le scénario n'est plus tabou. Mais jamais jusqu'ici des responsables européens n'avaient clamé aussi fort que le «Grexit», comme on dit sur les marchés, pourrait être, après tout, la moins mauvaise ­solution.

D'habitude consensuel, le président de la Commission, José Manuel Barroso, a ouvert le feu en assurant qu'il «vaudrait mieux» que la Grèce quitte le club monétaire si elle ne veut pas en respecter la loi. Olli Rehn, son bras droit, enfonce le clou en expliquant que la zone euro est aujourd'hui en meilleure posture pour encaisser le choc. En clair, Athènes n'aurait plus les moyens d'un chantage avec ses créanciers. Pour la zone euro, insiste le commissaire, «il n'est pas question» d'assouplir le second plan de redressement, accepté en mars.

Du côté des capitales, l'Allemand Wolfgang Schäuble a voulu donner le «la». La zone euro, dit-il, «peut supporter une sortie de la Grèce». Et à la BCE, deux gouverneurs abondent. Si Athènes ne tient pas parole, «il n'y a plus de raison de la soutenir financièrement», avance Jens Weidmann, également patron de la Bundesbank. Depuis l'Irlande, pays lui-même sous perfusion, son collègue Patrick Honohan affirme que la Grèce «se retrouverait ipso facto hors du bloc monétaire» si elle renonçait à la parole donnée. Un tir groupé qui précède le rendez-vous de l'Eurogroupe, ce lundi soir à Bruxelles.

Unité de façade
Le message est plus politique que financier: il s'agit d'amener les Grecs - majoritairement attachés à la monnaie unique, d'après les sondages - à refuser leur soutien aux extrémistes et à ouvrir les yeux sur les chimères qui rendent le laxisme budgétaire compatible avec l'euro. Rien ne dit que cette manœuvre aboutira au résultat escompté. Rien ne garantit non plus qu'une sortie de la Grèce serait bénéfique pour ses partenaires, au-delà de l'échec politique qu'elle consacrerait pour la monnaie commune et l'UE tout entière. Le président du Conseil, Herman Van Rompuy, plus nuancé, note que «la solution à la crise sera toujours plus d'Europe».

Le casse-tête grec permet au moins une unité de façade aux chefs de file de la monnaie commune. À l'Eurogroupe, deux autres dossiers risquent de les montrer sinon divisés, du moins indécis: d'abord, la conduite à tenir à l'égard de l'Espagne, visiblement incapable de tenir l'objectif d'un déficit budgétaire réduit à 3% en 2013, ensuite une partie de chaises musicales sans cesse repoussée à la tête d'institutions financières de l'UE. Sont concernés au moins quatre postes sensibles: la présidence de l'Eurogroupe (pour lequel l'Allemand Wolfgang Schäuble est candidat), la direction générale du nouveau fonds de secours permanent MES, un poste au directoire de la BCE et, pour finir, la présidence de la Banque européenne de reconstruction et de développement (Berd). Sur ce siège, Paris et Berlin divergent, au désespoir de beaucoup d'Européens. Côté français, l'absence ce lundi soir à l'Eurogroupe d'un ministre des Finances - François Baroin, titulaire sortant du portefeuille, ne s'y rendra pas - viendra ajouter à l'inertie.