«L’Europe va avoir besoin de 6 millions d’immigrés»

Défi migratoire Le commissaire européen Dimitris Avramopoulos était à Genève ce lundi soir. Rencontre avec un «ministre» en pleine crise de l’UE.


Rédigé par leral.net le Vendredi 10 Mars 2017 à 08:35 | | 0 commentaire(s)|

«Quand j’ai été nommé à la Commission, à Bruxelles, j’ai d’abord cru que je devenais ministre du gouvernement européen. J’ai très vite réalisé que le vrai pouvoir était entre les mains du Conseil, c’est-à-dire les gouvernements nationaux.» Sourire en coin, Dimitris Avramopoulos ne cachait pas, lundi soir, le plaisir qu’il éprouvait à s’exprimer à l’Université de Genève, ville où il fut jadis consul général de Grèce. C’était il y a vingt-cinq ans, avant de devenir maire d’Athènes, puis successivement, ministre de la Santé, de la Défense et des Affaires étrangères dans son pays.

Le commissaire européen aux Migrations et aux Affaires intérieures est le tout premier invité du nouveau Centre de compétences Dusan Sidjanski en études européennes, inauguré en octobre par le Global Studies Institute. C’est d’ailleurs par amitié pour le professeur suisse, ancien collaborateur de Denis de Rougemont, que Dimitris Avramopoulos est venu parler. «Lorsque j’ai pris mon poste en novembre 2014, l’UE se démenait avec la crise financière. Je n’imaginais pas que les migrations et les affaires intérieures deviendraient bientôt les deux défis les plus importants pour l’Union!»

Crise existentielle

«La vague migratoire et le terrorisme ont plongé l’Europe dans une crise existentielle. Les fondements mêmes de l’UE sont remis en question», assure le commissaire. «Sa raison d’être, depuis soixante ans, c’est d’assurer paix, stabilité et sécurité sur le continent. Or, alors que nous commémorerons la signature du Traité de Rome le 25 mars, les pays membres font face à l’instabilité et l’insécurité.»

Bref, l’Europe est à la croisée des chemins, estime-t-il. «C’est un moment historique. Nos valeurs sont en jeu. Allons-nous nous laisser submerger par la montée du populisme, du nationalisme et de la xénophobie? Allons-nous réintroduire des contrôles aux frontières internes de l’UE? Sacrifier la liberté de mouvement si chère à nos citoyens? On oublie un peu vite que l’UE est l’un des plus grands accomplissements de l’Histoire. Après deux guerres mondiales, réaliser une telle union, cela ne va pas de soi. Même aujourd’hui, on a tort de considérer cela comme un fait acquis.»

Défi migratoire

«Phénomène sans précédent, la crise migratoire a pris de court l’UE. Ce fut un test. Quelque 1,6 million de désespérés ont traversé les Balkans pour se rendre en Allemagne et en Suède. Il s’agit principalement de requérants d’asile du Moyen-Orient et de migrants illégaux d’Afrique de l’Ouest. Mais maintenant, tout est à nouveau sous contrôle», assure Dimitris Avramopoulos.

«Nous avons des hotspots efficaces en Italie et en Grèce, pour faire le tri. Nous avons un arrangement avec la Turquie (qui héberge et nourrit 3 millions de réfugiés) pour y traiter les dossiers de requérants et éviter qu’ils ne tentent la traversée vers l’Europe (ndlr: leur nombre a baissé de 98% en un an, selon l’OIM). Des contacts sont aussi en cours avec la Libye, malgré l’instabilité. Nous voulons convaincre les migrants africains de retourner chez eux et d’introduire une demande d’immigration légale.»

«Les Vingt-Sept auront besoin à l’avenir de 6 millions d’immigrés», dit le commissaire européen. «Nous allons ouvrir des bureaux dans tous les pays de la rive sud de la Méditerranée et en Afrique de l’Ouest. C’est le meilleur moyen de lutter contre les passeurs. Evidemment, nous n’allons pas juste ouvrir les frontières et laisser tout le monde entrer. Ce serait absurde et ne ferait qu’alimenter xénophobie, nationalisme et populisme. Cela dit, nous nous devons de protéger les personnes persécutées et de traiter tout le monde avec dignité.»

Dignité à géométrie variable

La critique est à peine voilée. La Hongrie et la Pologne refusent obstinément d’accueillir une partie des réfugiés acceptés par l’Europe. Par ailleurs, Budapest vient d’annoncer que tout migrant sera mis en détention, probablement derrière la deuxième clôture qui sera érigée d’ici à la fin du printemps à la frontière de la Serbie. Mais de manière plus générale, le programme de répartition dans l’UE de 160 000 migrants arrivés en Grèce et en Italie est un fiasco. Seulement 13 546 personnes ont été relocalisées… alors que le programme expire en septembre.

Mais Dimitris Avramopoulos est lui-même critiqué par les ONG, pour avoir appelé les Vingt-Sept à mettre en détention les personnes déboutées, y compris les mineurs. Il y aurait un million de personnes dans cette situation et on estime qu’un tiers seulement des déboutés repart. Il est aussi question de réduire les délais de recours contre les rejets d’asile et d’autoriser jusqu’à dix-huit mois de détention en attendant de pouvoir expulser.

Sécurité trop fragmentée

«Quant aux attentats terroristes dans l’UE, ils ont été commis par des citoyens européens. A une exception près, ce n’était jamais le fait de réfugiés !» relève le commissaire européen. «Or les services de sécurité sont nationaux, ils restent une prérogative de chaque gouvernement. C’est cette fragmentation qui nous rend vulnérables. Les attaques de Paris ont été commises par des personnes basées à Bruxelles, qui ont traversé nombre de pays sans être arrêtées… alors qu’elles figuraient sur des listes! Il est temps de mettre en commun ces données sensibles.»

Europe fédérale?

«L’Europe a besoin de politiques communes en matière de sécurité, de migrations ou encore d’économie, affirme Dimitris Avramopoulos. Mais attention, il ne s’agit pas de devenir un système fédéral comme les Etats-Unis, qui furent littéralement créés par des migrants. On a tort de comparer. Au sein de l’Union européenne, nous sommes citoyens de nos différents pays, que nous aimons du fond du cœur. Nous sommes des patriotes, pas des nationalistes. Notre Union est basée sur la solidarité et la responsabilité. Pas la haine de l’autre.»

Par Andrés Allemand








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image