leral.net | S'informer en temps réel

L’Humanité en deuil - Par Madiambal Diagne

Le Président américain Barack Obama a trouvé les mots justes. «Les attaques perpétrées à Paris ne sont pas contre la France mais contre l’Humanité, contre notre mode de vie.» Tout le monde doit se sentir concerné. Les terroristes n’ont pas choisi de s’en prendre à un groupe quelconque contre lequel ils auraient un contentieux. Ils ont choisi de tuer, de tirer dans une foule paisible, innocente, sans défense. Ce qui est arrivé aux victimes pouvait arriver à n’importe qui, comme à ces deux Sénégalaises, assises paisiblement dans un restaurant de la Rue Charonne pour un dîner.


Rédigé par leral.net le Lundi 16 Novembre 2015 à 09:47 | | 5 commentaire(s)|

L’Humanité en deuil - Par Madiambal Diagne
L’une d’elles est morte et l’autre est très grièvement blessée. Plus personne ne se sent en sécurité dans aucun lieu du monde. Que veulent les terroristes ? Que plus personne n’ait le droit d’aller à un restaurant, d’aller à un spectacle, d’aller regarder un match de football, de prendre un avion, un bus, un train ou de s’attabler à un café en plein air ? Si l’horreur de vendredi dernier a pu se produire en France et précisément à Paris, c’est justement parce que l’Humanité n’avait pas su trouver les bonnes réponses face aux attaques du 11 janvier 2015 contre Charlie Hebdo.

Quand le monde s’indignait, il y avait des abrutis qui cherchaient à justifier l’injustifiable, à chercher à comprendre l’acte des terroristes. Cela a pu être un encouragement pour récidiver et, cette fois, pour faire encore plus mal. Qu’est-ce que les centaines de victimes tombées sous les balles et les bombes des terroristes ont commis comme faute pour payer un aussi lourd tribut ? Il convient dès lors de prendre de nouvelles résolutions. Quiconque s’aventurerait à faire l’apologie de ces actes devrait en payer le prix.

Ces attaques ne sont pas exclusivement réservées contre la France. La semaine dernière, des Libanais avaient été victimes de bombes kamikazes, qui ont fait plus de 40 morts et des dizaines de blessés. Baghdad a connu des attentats meurtriers. Quelques jours auparavant, on déplorait la perte en vies humaines à la suite de l’explosion en vol d’un avion russe au-dessus du Sinaï, probablement victime d’un attentat.

La France savait qu’elle allait être frappée de la sorte, de façon aussi ignoble. Elle l’avait été à plusieurs reprises et sans doute qu’elle le sera encore. Amaury Hautecloque, ancien patron du Raid, une unité spéciale de la police française, révélait sur le plateau de France 2 que «nous nous attendions à ce mode opératoire depuis 2008». Après les attentats de Bombay, une telle crainte a été confortée par les attentats de Nairobi, avec des terroristes munis d’armes de guerre qui entraient dans un centre commercial, un lieu public, pour tirer sur tout ce qui bouge.

Il faut y prendre garde. C’est assurément une guerre de civilisation, opposant l’Humanité aux barbares. Il convient de s’y préparer et de préparer des lois adaptées à lutter contre ce phénomène nouveau. L’Etat du Sénégal doit impérativement se doter d’un arsenal juridique qui lui permettra de s’assurer des conditions pour mettre des terroristes en herbe hors d’état de nuire. Le loup est dans la bergerie.

En effet, au hit-parade de l’horreur et au showroom des méthodes terroristes, on remarquera que certaines personnes arrêtées au Sénégal n’auraient rien à envier en termes de sadisme et de cruauté aux auteurs des attaques de Paris. L’enquête ouverte a permis d’établir qu’un imam enseignait dans ses prêches, comment égorger une personne sans la faire souffrir et tenez-vous bien avec des images à l’appui ! Qu’est-ce que cela peut-il avoir avec la religion ? Les jihadistes prétendent agir au nom de la religion islamique mais qui leur donne le droit de renvoyer une face aussi hideuse et horrible de l’Islam ?

Il convient que toutes les autorités morales élèvent la voix pour fustiger ces actes qui constituent la plus mauvaise propagande pour l’Islam, qui tend à devenir une religion qui fait peur. Le Mufti du Caire, la plus haute autorité religieuse en Egypte, n’a pas tardé à condamner les attentats de Paris. Des pays comme l’Iran et l’Arabie saoudite, qui ont passé de nombreuses années à chercher à faire propager l’Islam à travers le monde en s’appuyant sur des groupes les moins recommandables, semblent être réveillés par les actes lâches de Paris pour s’insurger contre cela.

Même le chef du Hezbollah a joint sa voix au concert de condamnations ! On attend aussi qu’au Sénégal des voix s’élèvent pou dire leur désapprobation de ce qui s’est passé à Paris. Il ne s’agit pas de manifester un amour ou un attachement à la France, il ne s’agit pas non plus de donner la moindre caution à la politique d’un Macky Sall ou d’un François Hollande, il s’agit simplement d’un acte d’humanité. Dans notre édition du week-end dernier, le Directeur de publication du Quotidien, Mohamed Guèye, tirait la sonnette d’alarme en écrivant : «Il ne faut pas se leurrer. Des cellules dormantes terroristes ne peuvent frapper à Bamako, à Niamey, à Kano ou à Ndjamena, et ne pas chercher à avoir pied au Sénégal. Si nous devons soutenir nos forces de défense et de sécurité, nous devons aussi garder à l’esprit que des pays mieux équipés et mieux organisés que le nôtre n’ont pas pu échapper à la folie des «fous de Dieu».

Commençons donc, la classe politique, les chefs religieux, les leaders d’opinion, à chercher un consensus autour de l’impérieuse nécessité de préserver l’unité nationale autour des valeurs qui font la spécificité du Sénégalais, et de nous préparer à les défendre quoi qu’il puisse advenir. N’attendons pas de subir les premiers coups pour agir.»






Hebergeur d'image