Leral.net | S'informer en temps réel

L'Indonésie lance les «préparatifs» de l'exécution de Serge Atlaoui

le 24 Avril 2015 à 09:35 | Lu 627 fois

L'Indonésie lance les «préparatifs» de l'exécution de Serge Atlaoui

Dix condamnés pour trafic de drogue, pour la plupart étrangers, pourraient être fusillés dans les prochains jours. François Hollande a promis de «tout faire jusqu'au dernier moment» pour que l'exécution du Français n'ait pas lieu.

 

Les autorités indonésiennes ont annoncé jeudi avoir donné l’ordre de préparer les exécutions de dix condamnés à mort pour trafic de drogue, principalement des étrangers, dont le Français Serge Atlaoui, suscitant l’indignation de la France et de l’UE.

«L’ordre a été donné de lancer les préparatifs», a déclaré à l’AFP le porte-parole du bureau du procureur général, Tony Spontana, sans plus de détails. Les Européens, réunis en sommet jeudi à Bruxelles, ont vivement réagi: «L’Union européenne est totalement opposée à la peine de mort. Cela ne peut pas être une réponse au trafic de drogue», a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk.

A lire aussi : le recours rejeté de Serge Atlaoui, un double symbole

Le président français François Hollande a pour sa part affirmé qu’il fallait «tout faire jusqu’au dernier moment» pour que l’exécution de Serge Atlaoui n’ait pas lieu. «L’abolition de la peine de mort est pour nous un principe essentielPour Serge Atlaoui la mort ne peut pas être la sanction», a-t-il déclaré.

Aucune date n’a été fixée pour les exécutions qui seront notifiées 72 heures au préalable aux condamnés. Le procureur général a précisé que cela n’avait pas encore été le cas. Les dix condamnés, originaires d’Australie, France, Brésil, Philippines, Nigeria, Ghana et Indonésie, seront alignés ensemble devant un peloton d’exécution.

Paris n’a cessé de hausser le ton depuis le rejet du dernier recours du Français mardi par la Cour suprême d’Indonésie pour tenter de le sauver. Serge Atlaoui, incarcéré depuis dix ans, affirme qu’il n’a fait qu’installer des machines industrielles dans ce qu’il croyait être une usine d’acrylique, et qui abritait en réalité une fabrique clandestine d’ecstasy.