leral.net | S'informer en temps réel

L'Ocrtis frappe au cœur de la pègre libanaise à Dakar : Comment les limiers ont démantelé le trio de trafiquants de haschich (Exclusif Leral)

C'est connu: le Liban a connu une guerre et l'une des séquelles n'en demeure pas moins cette sale réputation: celle de pays où se cultive le haschich. En tous les cas, ce joli coup à l'actif des éléments du commissaire Ndour, patron de l'Ocrtis, est à saluer. A plus d'un titre! A titre illustratif, depuis l'arrestation de ce trio, l'Ocrtis subit une intense pression aux fins de les libérer. Mais, les limiers sont restés de marbre.


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Avril 2015 à 11:19 | | 0 commentaire(s)|

L'Ocrtis frappe au cœur de la pègre libanaise à Dakar : Comment les limiers ont démantelé le trio de trafiquants de haschich  (Exclusif  Leral)
Tout est parti d'une dénonciation anonyme. Nous sommes le vendredi 10 avril 2015. L'Ocrtis , constamment sur la brèche, exploite sans tarder l'information anonyme faisant cas d'un trafic intense de hachich. Se voulant précis, le dénonciateur révèle aux élements de l'Ocrtis que le trafic se mène au niveau du centre ville de Dakar.
C'est ainsi qu'après briefing , les limiers de cette unité de la police Sénégalaise se déploie. Une souricière est alors dressée au niveau de l'emplacement donné par l'indicateur des limiers, à savoir aux alentours de la station Shell qui fait face à l'hopital Aristide Le Dantec. L'effet escompté se produit. Premier à tomber dans la nasse, le nommé Mohamed Fattah. Lequel, est vite alpagué lorsqu'il pointe le bout du nez aux environs de 22 h 30. A bord d'un véhicule de marque Ford, il est aussitôt soumis à une fouille minutieuse. Les limiers trouvent alors dans son bolide quatre boulettes de haschich et un joint mixé avec du tabac. A la pesée, la découverte accuse un poids net de 12,5 grammes.
"Cuisiné", Fattah passe à table. Il reconnait les faits. Mieux, il reconnait exercer ce trafic avec le nommé Mehdi Ali Issa. Sachant alors que les carottes sont cuites, il conduit alors les limiers auprès de son acolyte, Mehdi Aly Issa. Ce dernier prenait alors du bon temps aux abords de la piscine de l'hôtel Savana en respirant l'air suave de la brise maritime. Mis aux arrêts, les limiers découvrent alors deux boulettes posées sur sa table.
A son tour, il reconnait sans ambages les faits à eux reprochés, confirmant ainsi son acolyte.

Voulant en savoir davantage, les policiers ont conduit l'un d'eux dans sa chambre pour perquisitionner les lieux. C'est ainsi qu'ils y ont découvert deux autres boulettes de haschich accusant un poids 103 grammes et 269,5 grammes, en sus d'un pistolet automatique de marque Mikros de calibre 6,35 mm avec un chargeur vide. Qui plus est, les limiers y ont découvert un rouleau de plastique transparent de couleur blanche servant à emballer la drogue.
Confrontés, ils ont reconnu exercer ce trafic non sans balancer leur patron qui se trouve être Aymane Isseyni, lequel serait domicilié à Hann Maristes sans autres précisions.

C'est ainsi que les policiers entrent encore en action. Leurs investigations on permis d'alpaguer Aymane Isseyni en centre ville. Le fournisseur de Fattah et Mehdi a été finalement arrêté le samedi dernier dans la soirée.

Placés en garde à vue, le trio est poursuivi pour détention et trafic d'haschich en société. Ils seront probablement présentés ce lundi devant le Procureur de la République.Mais, comme annoncé, une énorme pression s'exerce aux fins d'extirper le trio de trafiquants des griffes de l'Ocrtis. Mais, c'est sans compter avec la détermination du commissaire Ndour et de ses éléments.










Hebergeur d'image