Leral.net | S'informer en temps réel



L'USAID lance la deuxième phase du programme “Leadership des femmes et journalisme citoyen”

le 5 Février 2014 à 13:00 | Lu 269 fois

L'USAID lance la deuxième phase du programme “Leadership des femmes et journalisme citoyen”
La deuxième phase du programme “Leadership des femmes et journalisme citoyen” a été lancé le 20 novembre 2013 dans le village de Kaïré, communauté rurale de Thiénaba. Grâce à l'Usaid, 60 femmes ont déjà été “transformées” en journalistes de proximité et alimentent une radio communautaire, Gindiku FM.

Ce programme vise à renforcer la présence et la voix de la femme dans les différentes entités chargées de la gestion des affaires. Elle repose sur un financement de l’Usaid à hauteur de 1 million de dollars pour la formation des femmes des 85 villages des 17 collectivités locales situées dans les départements de Thiès, Mbour, Tivaouane et Bambey. Elle veut aussi consolider la pratique d'un journalisme citoyen dans les trois prochaines années.

Selon Sandra Clark, Première conseillère de l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal, ce projet soutenu depuis 2010 par l’USAID à travers l’Association rurale de lutte contre le Sida (ARLS) tend à améliorer la condition des femmes dans leurs communautés respectives, grâce à la formation de 60 femmes reporters devenues des journalistes de radio. “Ces femmes couvrent maintenant les événements communautaires sur la radio Gindiku Fm qui touchent plus de 150 000 auditeurs”, a révélé Sandra Clark.

Cette radio communautaire, couvrant un rayon de 50 km, est considérée comme l'épine dorsale du programme par la coordonnatrice, Khadidiatou Guèye. “Elle reste un espace d’expression sous le contrôle des femmes et est orientée uniquement vers la promotion de la femme’’.

Pour le ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, madame Anta Sarr, le droit à l’information sans aucune restriction est l’un des principes fondamentaux de la bonne gouvernance. “Il constitue pour les femmes un levier d’influence et d’action leur permettant de peser réellement sur les questions importantes relatives au développement de leurs terroirs”, a-t-elle affirmé.