Leral.net | S'informer en temps réel



L’allumette et le baril de poudre ou Senoussi au Mali

Rédigé par ( Les News ) le 31 Octobre 2011 à 12:42 | Lu 1121 fois

Bamako a réussi un autre scoop planétaire repris par 18 grands journaux internationaux et toutes les grandes chaînes internationales. Pour l’agence s’appuyant sur deux sources sécuritaires malienne et nigérienne, toutes deux sous couvert d’anonymat, « l’ancien patron de la Mutaba, le jadis puissant service de renseignement de Kadhafi Abdallah Senoussi, « est passé du Niger au Mali avec quelques-uns de ses hommes ».


L’allumette et le baril de poudre ou Senoussi au Mali
Citant également des responsables touareg du Niger, la dépêche ne signale pas la présence de Seif El Islam aux côtés de Senoussi. Pourtant, les mêmes sources nigériennes invoquées par l’Afp indiquent que les deux anciens dignitaires libyens avaient été signalés mardi à la frontière nigéro-libyenne contrairement à l’info diffusée en boucle mercredi sur la chaîne Al Jazeera qui donnait Seif El Islam à Bawa dans le Tibesti tchadien où il bénéficiait de la protection de Ibrahim Khalil, le redoutable rebelle darfourien qui dirige le Jem (Mouvement Justice et Egalité). Ce n’est pas la première fois que la présence de membres influents de l’ancienne nomenklatura de Tripoli est signalée dans les pays voisins de la Libye. On se rappelle que l’épouse du Guide Safia, sa fille Aicha et ses fils Hannibal et Mohammed avaient cherché refuge en Algérie le 29 août dernier. Début Septembre, la présence de Saad Kadhafi, des généraux Ali Kana, ex-chef de la sécurité de la région de Sebha et de Rifi, ancien chef d’état major de l’armée de l’air libyenne, était confirmée vers Arlit, au Nord du Niger.

Problèmes en perspective pour le Mali

Mais la dépêche Afp tranche d’avec les scénario algérien et nigérien jusque-là. D’abord le caractère officiel : l’arrivée de la famille du Guide en Algérie a été vulgarisée par l’Agence algérienne de presse suite à un communiqué du ministère algérien des affaires étrangères qui précise même que l’Onu ainsi que le Cnt avaient été informés de la présence de ces hôtes. Pour ce qui est du Niger, les autorités administratives locales étaient les premières à signaler la présence de ces ex-dignitaires libyens sur son sol. Le gouvernement la confirmera par la suite. Rien de tel pour l’instant au Mali. La dépêche Afp est la première source.

Reste à savoir si elle sera confirmée ou démentie officiellement. Elle reste en tout cas très sérieuse. Imaginons simplement la pression que subit Niamey sur la présence au Niger d’ex-dignitaires libyens qui ne sont même pas recherchés par la Cpi. On sait par exemple, d’après Jeune Afrique que ne prenant plus ce pays pour sûr, Saadi veut chercher asile en Ouganda, Rifi en Egypte et Kana au Maroc. Imaginons également le bras de fer entre l’Algérie et le Cnt qui réclame l’extradition en Libye de l’épouse de l’ancien guide et de sa famille. Or Abdallah Senoussi, né en 1949 au Soudan, marié à la sœur de Safia la veuve de Kadhafi, est l’objet depuis fin juin, d’un mandat d’arrêt de la CPI pour crimes contre l’humanité. Interpol le recherche également depuis le 9 septembre. Dans les années 1980 où il dirigeait la sécurité intérieure libyenne, la main de Senoussi était vue derrière les nombreux assassinats d’opposants à Kadhafi à l’intérieur comme à l’extérieur.

En France, il est condamné par contumace en 1999 pour l’affaire du DC 10 d’Uta qui a coûté la vie à 170 personnes. Il est plus nettement impliqué dans les exécutions d’Abou Salim qui ont fait 1200 morts en 1996. On parle aussi de lui dans la féroce répression du soulèvement de Benghazi du 15 au 20 février dernier. C’est la première fois qu’un ex-dignitaire libyen recherché par la Cpi et Interpol et crédité d’un pouvoir de nuisance hors du commun est signalé par une dépêche – non démentie au moment où nous mettons sous presse - et relayée à une aussi grande échelle. Pour les stratégistes, la présence de Senoussi au Mali, si elle se confirmait, serait simplement l’allumette qui se rapproche du baril de poudre sahélien. La réaction officielle est, à cet égard, impérative.

Adam Thiam (Le Républicain du Mali)