Leral.net | S'informer en temps réel



L'attentat en Bulgarie commis par un kamikaze

le 19 Juillet 2012 à 10:36 | Lu 397 fois

L'attentat anti-israélien qui a couté la vie à huit personnes mercredi en Bulgarie était l'oeuvre d'un kamikaze selon le ministère de l'Intérieur bulgare. Benyamin Nétanyahou annonce une réaction très ferme contre l'Iran qu'il juge responsable.


L'attentat en Bulgarie commis par un kamikaze
De notre correspondant à Jérusalem

Sans la moindre hésitation, Benyamin Nétanyahou a accusé mercredi l'Iran d'être responsable d'un sanglant attentat anti-israélien en Bulgarie. Une explosion s'est produite dans un autobus qui transportait des touristes en cours de transfert à l'aéroport de Burgas, une station balnéaire sur la mer Noire, à 400 km de Sofia. Le bilan provisoire fait état d'au moins huit morts et d'une trentaine de blessés, tous Israéliens. Selon le ministère de l'Intérieur bulgare, l'attentat a été commis par un kamikaze. «L'explosion a été provoquée par un homme qui est mort dans l'attentat et dont l'identité exacte n'est pas établie. Son document de voyage était un faux permis de conduire délivré dans l'Etat du Michigan», a déclaré le ministre de l'Intérieur bulgare Tsvetan Tsvetanov jeudi matin.

«Israël réagira fermement contre l'offensive terroriste iranienne, qui se répand dans le monde entier», a averti le premier ministre Benyamin Nétanyahou. Il a rappelé que des projets d'attentats anti-israéliens avaient été déjoués in extremis ces derniers mois en Inde, en Thaïlande, en Géorgie, au Kenya et à Chypre. Plusieurs ressortissants iraniens impliqués dans ces tentatives ont été arrêtés.

Selon les commentateurs militaires, l'attaque en Bulgarie aurait également été commise par le Hezbollah avec la bénédiction de Téhéran. «Nous sommes confrontés à une vague mondiale de terrorisme (...) l'attentat de Bourgas a été mené par des activistes du (mouvement chiite libanais) Hezbollah et commandité par l'Iran», a déclaré Ehoud Barak, le ministre israélien de la Défense à la radio publique israélienne. L'Iran et Israël se livrent en effet une guerre secrète où tous les coups sont permis. Le Mossad, les services secrets israéliens, est notamment soupçonné d'être à l'origine de l'élimination en trois ans d'au moins quatre savants atomistes sur le territoire iranien, ainsi que d'une série de cyberattaques visant à saboter les systèmes informatiques liés au programme nucléaire iranien. L'Iran chercherait pour sa part à répliquer en recourant à des attentats visant des touristes israéliens à l'étranger, considérés comme des cibles plus «faciles», ajoutent les médias. Citant des responsables du ministère, le quotidien Haaretz avait lancé au début de la semaine une mise en garde à Téhéran en affirmant qu'un attentat qui ferait de nombreuses victimes civiles pourrait déclencher des représailles massives sous forme d'une attaque israélienne contre les installations nucléaires.

Une réaction sûrement discrète
Il semble toutefois qu'Israël n'ait pas l'intention pour le moment de se lancer dans une telle aventure, à laquelle les Américains s'opposent. Les médias estimaient mercredi que les responsables israéliens vont tenir compte de l'extrême tension qui règne dans la région liée aux incertitudes sur une chute apparemment imminente du régime de Bachar el-Assad. Il y a peu de chances dans ces conditions que l'aviation israélienne se livre à des raids contre le Hezbollah pour ne pas déclencher une nouvelle guerre au Liban. Les experts militaires prévoient qu'Israël devrait réagir de façon plus «discrète» en relançant une campagne d'éliminations et de mystérieuses explosions en Iran et au Liban. Signe des temps: Ehoud Barak, le ministre de la Défense, a téléphoné mercredi soir au secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, pour envisager des «opérations communes» du Mossad et de la CIA, a révélé une chaîne de télévision israélienne. «Toutes les options sont sur la table», a pour sa part prévenu Danny Ayalon, le vice-ministre des Affaires étrangères.

Par Marc Henry

Par lefigaro.fr


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage