leral.net | S'informer en temps réel

L’augmentation ou le remaniement du gouvernement pour quelles raisons et face à quelles urgences? (Mandiaye Gaye)

Ce n’est qu’avec la réponse claire et précise de ces deux questionnements que l’on pourrait envisager de répondre objectivement, dans un sens ou l’autre. Cela ressemble fort bien à des survivances ou séquelles du régime libéral d’Abdoulaye Wade. Les rumeurs sont encore vivaces et en bonne place pour nourrir ou pourrir l’actualité dans l’espace politique et le pays en général. Du temps de Me Wade, la rumeur collait souvent à la réalité, qu’elle venait confirmer à près de 95%, par le Communiqué du Conseil des ministres. C’était une atmosphère, que les citoyens avaient beaucoup déplorée et regretté fort bien car, ils comparaient à juste titre, la salle du Conseil des ministres, au marché de Sandaga ou, à l’arbre à palabres, par le fait que tout ce qui se tramait ou se disait là-bas, était connu par le public avant son annonce officielle par le Gouvernement. Si le remaniement dont on parle tant est effectivement confirmé jusqu’aux moindres détails, les Sénégalais aurons alors raison de considérer et de dire, que ce sont les mêmes signaux que ceux, qui nous parvenaient hier du Palais de la République, par conséquent, ils peuvent penser légitimement, que c’est la confirmation de la continuité ; et non, l’annonce de la rupture formelle avec les pratiques de Me Wade, comme ils le souhaitaient si ardemment. Et surtout, quand on voit de très proches collaborateurs de l’ancien président, recyclés auprès de Macky, il y a effectivement de quoi avoir de sérieuses craintes, du retour au passé.


Rédigé par leral.net le Mardi 2 Octobre 2012 à 20:00 | | 4 commentaire(s)|

L’augmentation ou le remaniement du gouvernement pour quelles raisons et face à quelles urgences? (Mandiaye Gaye)
Osons espérer que ce ne sont vraiment, que des rumeurs infondées, que la presse comme à son habitude, nous balance tel un ballon de sonde. On pourrait bien admettre, qu’il puisse y avoir des raisons objectives, après évaluation de quelques mois d’exercice du pouvoir, que le président de la République soit amené à remanier son gouvernement, en l’augmentant ou plutôt le renforçant par des compétences avérées pour plus d’efficacité et de performance dans l’action gouvernementale en vue de prendre à bras-le-corps les problèmes qui l’assaillent de toutes parts. Et, compte tenu également des immenses tâches et engagements qu’il a pris devant la nation sénégalaise. Si tel est le cas et ce sont les raisons qui président à la révision du gouvernement, il faut concrètement l’étayer, par l’évocation des tâches majeures classées par ordre de priorité, justifiant l’appel de plus de compétences et de bras valides. Il est clair, que les forces qui se sont battues pour chasser Wade et changer sa manière de faire, ont en mémoire le calendrier et l’échéancier des premières opérations à mener. D’abord, il faut arrêter l’hémorragie des finances publiques, le stabiliser par la diminution du train de vie de l’Etat et des dépenses publiques de prestige, supprimer tous les privilèges accordés à la pelle à des individus qui n’ont rien à voir avec l’Etat, auditer sérieusement la gestion du gouvernement libéral sans exception pour assainir la situation économique du pays, ramener tous les biens mal acquis, à la suite d’enrichissement illicite, gérer de manière vertueuse la patrimoine national et tant d’autres mesures et tâches qui rentrent dans le même cadre, etc.
Le président ne doit pas oublier aussi, que la demande sociale et notamment le coût de la vie intenable, est un élément de taille qui a beaucoup joué et figuré parmi les raisons qui ont amené les Sénégalais à exiger et obtenir le départ de Me Wade du pouvoir. Ne pas retenir cela comme une leçon, serait une grave erreur de gouvernance. Et comme disait Kéba Mbaye : les Sénégalais étaient fatigués, mais ils le sont davantage aujourd’hui. De telles raisons sont compréhensibles et valent que la taille du gouvernement soit revue à la hausse pour exécuter avec succès et dans les meilleurs délais, ces tâches qui sont toutes urgentes. Et aussi pour éviter les fuites, tant des personnes que des biens, si l’on tardait à agir rapidement dans le sens indiqué. Si Me Wade avait ses grands travaux (APIX), mais le Président Macky Sall doit se dire qu’il a aussi ses grands chantiers en cours qui doivent le préoccuper au plus haut point et qui n’ont pas encore débuté sérieusement à nos yeux, en dehors de quelques balbutiements. Au moment, où certains Sénégalais doutent sérieusement, que les audits et l’application de la loi de répression de l’enrichissement illicite iront jusqu’à terme.
Précisément, la priorité et les urgences actuelles du président de la République résident bien dans ce qui précède et non dans les nominations récompense ou pour service rendu au président ou à son parti. Les Sénégalais sont devenus extrêmement vigilants, pour avoir été des victimes de Me Wade, à telle enseigne que tout ce qui ressemble à un partage du gâteau, les rebute et attire leur attention. Nous avons en mémoire tous les thèmes de campagne et engagements du candidat Macky Sall, qui sont consignés dans son programme de yoonu yookute de Macky 2012 d’abord, ensuite avec ses alliés de BBY et des Assises nationales. Dans la mesure également où, c’est lui, qui est à la tête de la République, qui détient les reines du pays, les ressources humaines et la bourse, il est objectivement plus à même de voir les séquences de programmation et d’exécution des priorités. Par ailleurs, vous n’ignorez sans aucun doute, rien des peines que nous avons subies ensemble et qui ont été en grande partie parmi les motifs de notre rapprochement et de l’association de nos forces pour mener un combat commun, contre un adversaire commun, que nous avons battu littéralement, fort heureusement. Donc, vous devez bien savoir et retenir Monsieur le président, que nous savons aussi les principales raisons pour lesquelles vous avez été mis à la place de Me Wade. Autrement dit, vous avez conclu un contrat moral avec vos alliés, tous ceux qui vous ont soutenu et le peuple sénégalais, sur la base de vos engagements publics. Alors, qu’ils soient militants APR, des alliés de circonstance, des parents et amis, etc., tous ceux qui vous poussent à renier vos promesses, au lieu de les exécuter dans la mesure du possible, au fur et à mesure, le tout dans l’humilité et le respect dû aux citoyens, agissent uniquement pour leurs intérêts et non pour les vôtres et ceux du peuple sénégalais. A cet effet, vous gagnerez beaucoup Monsieur le président, à bien écouter votre camarade Moustapha Diakhaté et d’autres comme lui et, non les va-t’en-guerre, qui vous montent contre les populations et qui ne sont en réalité à vos côtés, que pour récolter des postes de sinécure et s’enrichir immensément sans cause. Je pense que l’expérience doit servir à quelque chose, précisément à tirer des leçons. Et le cas de votre prédécesseur devrait vous servir comme une écol, où vous tirerez pleins d’enseignements. Comme par exemple quand Me Wade exprime ses regrets aujourd’hui, en disant ceci : « Interpellé par la cinéaste Nigériane Ramatoulaye Keita qui se plaignait qu'il était très difficile d’accéder au président quand il était en exercice, Me Wade répond : « Moi j'étais emmuré à la Présidence. Tous les jours j'étais en colère avec tout le monde. C'était très difficile de me voir. Des gens s'organisaient et mettaient un mur entre les gens qui veulent me voir et moi. Le pouvoir c'est très compliqué. Ça m'a fait très mal d'être coupé des gens, de mes amis » ». Monsieur le président, un homme averti en vaut deux. Et ce n’est pas pour rien que les Sénégalais insistent avec tant d’énergie pour que vous rompiez avec les pratiques de Me Wade à cause de leur nocivité, dont tous les Sénégalais peuvent témoigner aujourd’hui. Pour qu’on ne vous accuse ou reproche de faire du « Ma waxoon waxeet », c’est très simple Monsieur le président de la République, restez fidèle à vos paroles et vos engagements, quoi qu’il advienne. C’est la seule solution qui peut vous épargner de telles accusations et, elle est durable tant vous resterez attaché à ces principes d’hommes d’honneur. Le peuple sénégalais t’a fait confiance le 26 mars 2012 contre Abdoulaye Wade, fais lui confiance à ton tour et écoutes le attentivement, en tenant compte de ses critiques et ses doléances autant que possible. N’oublie jamais, Monsieur le président de la République, que le peuple est le seul détenteur du pouvoir, en dehors de Dieu. Méditez souvent le sort de vos prédécesseurs ceci vous fera beaucoup de bien si vous en tirez les enseignements qu’il faut.
Alors, autant vous êtes le président de la République du Sénégal, par conséquent, un symbole pour tout le Sénégal donc, président de tous les Sénégalais, c’est d’autant, que le Gouvernement à travers ses ministres, doit être aussi, celui de la République entière. A cet effet, l’appartenance ou l’origine ne devrait jouer nullement dans le choix respectif des uns et des autres; seules devraient intervenir en ligne de compte pour constituer une équipe gouvernementale, la compétence et l’expertise pointue dans un domaine bien déterminé. Et, ceci est d’ailleurs valable pour le choix de tout responsable quel qu’il soit. C’est cela qui doit constituer la qualité première d’un ministre, il doit être en plus, de bonne moralité, plein d’éthique et d’humilité, qui se suffit de ce dont il a droit et que la nation lui donne en retour pour ses services rendus, plus évidement, son abnégation, l’amour de la patrie et son attachement à l’unité nationale sans exclusive.
Justement, pour la sauvegarde de l’unité nationale dans la diversité qui caractérise notre pays, le président de la République, dans son état, est un cas très intéressant de synthèse ou d’intégration nationale. Il a éliminé de fait par symbiose les barrières artificielles qui se dressent parfois devant nous, rien que par chauvinisme ou xénophobie. Par son cas, il sert d’exemple à ceux qui s’évertuent à diviser notre peuple en ceci ou cela. Il doit être par conséquent, une sentinelle de l’unité nationale en s’écartant dans sa pratique, de tout ce qui peut ou semble diviser en catégories antagoniques la nation sénégalaise. Pour cela, il faudrait que le choix de ses collaborateurs et des responsables dans tous les domaines et à quelque niveau que ce soit, ne soit pas entaché d’aucun sentiment de genre : régionaliste, religieux, ethnique, linguistique, parental ou autre. Il me semble que nous perdons de vue parfois voire souvent, le caractère immuable républicain et laïc de notre pays et de même que le symbole de notre unité nationale, au moment de procéder à des choix stratégiques. Certains de ces choix sont erronés, parce que comportant des vices contraires à l’unité nationale et à la consolidation de notre volonté de vivre en commun.

Mandiaye Gaye
Gaye_mandiaye@hotmail.com



1.Posté par Cnqp Cnqp le 02/10/2012 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SOS CNQP
Le Centre National de Qualification Professionnelle (CNQP) créé par l’état du SÉNÉGAL pour rehausser le niveau de qualification professionnelle des ouvriers des secteurs modernes de l’industrie et de l’artisanat traverse aujourd’hui une situation critique et si on n’y prend pas garde il risque une disparition prochaine. En effet depuis la nomination du Directeur Général beau-frère de l’ancien Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle Moussa SAKHO en Octobre 2007 et celle de Madame Coumba NDIAYE comme Présidente du Conseil d’Administration le CNQP ne cesse de vivre les pires moments de son existence. L’actuel Directeur Général horticulteur de formation nommé par Moussa SAKHO est la principale cause de cette situation, car ne maitrisant pas les règles élémentaires de la gestion d’une structure de formation. En plus ils ont mobilisé (DG et PCA) tous les moyens du centre en 2011 et 2012 pour des meetings du PDS à Ziguinchor et à Mbacké. Ces meetings comme on le sait étaient destinés à élire Abdoulaye WADE pour un troisième mandat. En ce moment nous les travailleurs du CNQP nous n’avions que nos cartes électeurs pour bouter WADE dehors et élire Monsieur Maky SALL président de la république du Sénégal. Aujourd’hui que WADE et son Ministre Moussa SAKHO ne sont plus là, les voilà (DG et PCA) maintenant dans le camp de l’APR pour brouter encore.
Une voiture 4x4 immatriculée AD est mise à la disposition de la PCA Coumba NDIAYE, elle a changé la plaque d’origine pour pouvoir l’utiliser pour les besoin de son restaurant sis aux almadies. Présentement cette voiture est actuellement à ziguinchor pour ses propres besoins. On lui a donné une autre voiture avec beaucoup de carburant toujours pour son restaurant ceci en complicité avec le directeur général.
Qu’est-ce que nous avons fait pour mériter cela ?
En tout cas nous avons tout fait (rencontrer l’actuel ministre de La formation professionnelle et ceci avant leur ralliement à l’APR, conférences de presse, etc…) mais on dirait que la politique prime sur la formation professionnelle des jeunes sénégalais. On ne peut pas comprendre des individus (DG et PCA) qui ont pillé les ressources du CNQP pour combattre Monsieur Macky SALL soient toujours maintenus à leurs postes.. Nous comptons sur l’aide de tout le monde pour qu’enfin le CNQP retrouve son lustre d’antan.

2.Posté par FocusActu.Com le 02/10/2012 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

3.Posté par ndiaye le 02/10/2012 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Macky, le president risque de dérayer ou d'emboitre le meme pas que ces predecesseurs dont leur politique ò installer un lot de misère et de désolation. Depuis pus de 50 ans, on arrete pas de nous parler d'agriculture et d'energie comme axe fondamentale de politique de developpement et les autres secteur telle que l'industrie? quant est ce se réveillera l'Africain pour se rendre compte que le seul gage du developpement est l'industrie. A l'instar de tous les pays develloppés ou émergents, leur developpement est trivial de l'essort industriel. Il faut savoir prendre le taureau par les cornes; il y'a trop de laxisme en Afrique et surtout de la part de nos de nos chefs d'Etats qui confont president de la REPUBLIQUE ò la royauté.

4.Posté par Samba le 02/10/2012 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Macky vas dans le sens des assises nationales. Ne suis pas les arrivistes. Notre Senegal a des forces et des leviers qui savent defendre l interet du peuple au moment opportun.C est le fruit de notre histoire.Wade une fois elu n y croyait plus, Entoure de larbins il prenait pour argent compte tous les eloges que balancaient les escros de la Republique.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image