leral.net | S'informer en temps réel

L’encre indélébile est – elle encore nécessaire pour notre démocratie?


Rédigé par leral.net le Samedi 26 Mars 2016 à 09:08 | | 6 commentaire(s)|

L’encre indélébile est – elle encore nécessaire pour notre démocratie?
Voilà près de deux décennies que les élections s’organisent dans notre pays sans contestation majeure et sans que les dysfonctionnements notés ne puissent entachés à la régularité des résultats (comme disent les observateurs nationaux et internationaux).
Ce qui est à mettre sur le génie créateur du Peuple sénégalais. Tous les acteurs politiques et de la vie associative reconnaissent la maturité de notre démocratie.
L’idée décrire cet article m’est venue suite à l’accomplissement de mon acte citoyen lors des élections référendaires du dimanche 20 mars 2016.
La scène qui a été servie dans notre bureau de vote est plus que désolante. Et bien la pauvre secrétaire était obligée de donner à chaque électeur un voire deux mouchoirs blancs pour se nettoyer après avoir trempé son doigt dans l’encre indélébile.
Seulement, nous osons espérer que les 13000 bureaux de votes des différentes localités n’ont pas servi cette même scène qui a fait frémir tout environnementaliste ou toute personne soucieuse de son environnement.
Sinon combien de paquets de mouchoirs ont été servi à travers tout le Sénégal ?
Combien de millions de mouchoirs trempés d’encre ont été lancés après usage et surtout où est ce qu’ils ont été lancés ?
Quel est le poids de ces déchets électoraux qu’on peut bien éviter ?
Et enfin combien peut bien coûter ces milliers de paquets de mouchoirs ?
Notre niveau de démocratie mérite– t- elle encore l’utilisation de l’encre indélébile avec les NTIC, le contrôle citoyen, la vigilance des media, et peut être demain les cartes nationales équipées de puces. ?
Sûrement NON NONNON !!!

Dernièrement, hormis notre pays, les pays qui utilisent cet outils sont : l'Albanie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cambodge, le Cameroun, le Timor -Oriental, l'Ethiopie, la Gambie, la Guinée Bissau, la Guyane, Haïti, le Lesotho, le Liberia, la Micronésie, le Monténégro, le Nicaragua, le Rwanda, St-Vincent et les Grenadines, l'Ouganda et le Yémen.
Est – t- on dans le même lot ou veut on continuer à rester dans ce même lot que ces pays aux situations politiques particulières ?
Est - ce à dire que seules les riches démocraties peuvent se permettre ce luxe de non utilisation de l’encre indélébile ?
Il est vrai que pendant longtemps, dans de nombreux pays, le notre y compris, l'usage de l’encre indélébile a évité les votes multiples. En effet, dans les précédentes expériences électorales, certaines personnes réussissaient à voter plusieurs fois pour le même candidat et dans différents bureaux de vote. Il faut cependant reconnaître que ce phénomène ne peut plus prospérer chez nous, au regard des dispositions actuelles.
Il est louable de se poser cette question : L'encre sympathique ou l’encre indélébile est-elle vraiment utile pour les élections au Sénégal?
Peut- on éviter de dépenser de l'argent dont on aurait pu faire l'économie avec le retrait de cette pratique qui a fait son temps. Surtout si l’on sait bien qu'une opération aussi importante que des élections nationales impose des dépenses importantes.
Il nous faudra y réfléchir davantage car une journée d’élection, de choix de nos représentants locaux et nationaux, de renforcement de notre dispositif légal, réglementaire et institutionnel, doit être une journée de gaieté, de propreté et d’où l’électeur ou l’électrice doit sortir aussi élégant ou élégante qu’il ou qu’elle est entré (e) dans son bureau de vote.
Nous ne devrons plus sortir de nos bureaux de vote le doigt écartelé, comme si nous avions une blessure, pour éviter de tâcher nos habits !!!
Parmi, les nombreuses autres raisons, et si c’était une supplice que de nombreux électeurs ont voulu évité en s’abstenant tout simplement depuis une dizaine d’années !!!!

MbayeBabacar DIAGNE
babacar.diagne@gmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image