Leral.net | S'informer en temps réel



L’épouse de Bill Gates parle de son combat pour les mères africaines

Rédigé par ( Les News ) le 16 Novembre 2013 à 13:12 | Lu 519 fois

Du 12 au 15 novembre s’est tenue la conférence internationale sur la planification familiale (PF) à Addis Abeba organisée par plusieurs acteurs dont la Fondation Bill et Melinda Gates. Dans l’écrit ci-après, la co-présidente Mme Melinda Gates souligne les progrès accomplis depuis le Sommet de Londres de l’année dernière sur la PF et les attentes du futur.


L’épouse de Bill Gates parle de son combat pour les mères africaines
« Je dois beaucoup voyager, en tant que co-présidente de la Fondation Bill & Melinda Gates. Cela ne m’enchante pas toujours d’être éloignée de mes enfants, mais je sais que ces déplacements sont nécessaires pour aller à la rencontre de mères qui, dans les pays africains, travaillent dur pour nourrir leurs propres enfants. Au cours des quinze dernières années, j’ai demandé à des centaines de femmes, dans des douzaines de pays en développement, ce qu’elles souhaitent pour l’avenir, et c’est pourquoi je suis devenue un fervent défenseur de la planification familiale. Ces femmes m’ont répété, encore et encore, que pour avoir une vie meilleure, elles ont besoin d’informations sur les moyens de planifier leur famille. Nous savons que donner accès à la planification familiale est le premier maillon d’une longue chaîne d’interventions qui donnent aux gens la possibilité d’avoir une vie confortable : maternité sans risque, nouveau-nés en bonne santé, enfants vaccinés, la liste est longue. J’ai répété ce message dans le monde entier. J’ai parlé de planification familiale à Berlin, à Londres, à Washington. Il est important d’expliquer aux décideurs politiques de ces villes pourquoi une vie productive saine commence lorsqu’une femme a le pouvoir de décider quand tomber enceinte, afin qu’elle puisse subvenir aux besoins de base de ses enfants et investir dans leur éducation lorsqu’ils seront plus grands. Mais au début de la semaine, c’est en Éthiopie que j’ai parlé du planning familial. J’ai pris la parole devant 3 000 délégués venus de tous les pays du monde à la Conférence internationale sur la planification familiale d’Addis-Abeba. Ce fut un vrai plaisir d’avoir une telle conversation dans un pays africain, car c’est là que se déroule la majeure partie de nos activités. Il s’agit d’un mouvement international, mais qui s’organise en fonction des besoins exprimés par les femmes qui vivent sur ce continent, et qui a pour moteur les pouvoirs publics et la société civile des pays africains. À la conférence, j’ai rencontré les dirigeants d’Afrique du Sud, du Botswana, d’Ethiopie, du Ghana, du Nigeria, du Sénégal et de Tanzanie. Ils m’ont expliqué ce qu’ils ont accompli au cours des deux dernières années pour que leurs citoyens aient accès aux informations sur la planification familiale et aux contraceptifs ».