Leral.net | S'informer en temps réel



L'escalade entre les deux Soudan se poursuit, tentative de médiation éthiopienne

le 19 Avril 2012 à 11:41 | Lu 539 fois

Le président du Soudan, Omar el-Béchir, a déclaré ce mercredi vouloir renverser le gouvernement de Juba, qualifiant « d'insecte » le SPLM (Armée populaire de libération du Soudan) au pouvoir au Soudan du Sud. Une escalade verbale qui fait suite à la prise de contrôle par le Soudan du Sud, la semaine dernière, des champs pétroliers d'Heglig. C'est dans ce contexte que Khartoum a envoyé hier un envoyé spécial à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Mostafa Osmane s'est entretenu avec Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien, et Ramtane Lamamra, commissaire paix et sécurité de l'Union africaine. Khartoum croit encore à une solution pacifiée, mais sa patience a des limites. Il n'y aura pas de nouvelles discussions sans un retrait immédiat des troupes sud-soudanaises de Heglig.


L'escalade entre les deux Soudan se poursuit, tentative de médiation éthiopienne
Mustafa Osmane, conseiller du président Omar el-Béchir : « L’armée du Soudan du Sud, en collaboration avec des rebelles du Darfour, a envahi Heglig. Heglig n’a jamais été un territoire disputé entre le Soudan du Sud et nous. Ils veulent faire un échange entre Heglig et Abyei. Mais il n’y a aucune excuse pour envahir un territoire d’un autre pays et d’utiliser un chantage pour régler d’autres questions ».

L'Union africaine a exprimé son inquiétude face à des mouvements de troupes autour de la région d'Abyei. Un accord signé le 20 juin dernier prévoyait le retrait des troupes des deux camps, et le déploiement de forces éthiopiennes pour assurer la sécurité. Pour Mustafa Osmane, Khartoum a déjà fait sa part.

« Abyei a été pris en charge par l’Union africaine et les Nations unies, avec un accord qui est très clair, explique Mustafa Osmane. Nous avons retiré la plupart de nos forces de la zone d’Abyei. Nous n’en avons laissé que très peu, autour de 300 hommes. Le Soudan du Sud a environ 700 militaires, toujours dans Abyei et selon l’accord, ils devraient être rappelés ».

Le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi a assuré qu'il ferait son possible pour ramener les parties à la table des discussions.


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage