Leral.net | S'informer en temps réel

L'étonnant testament de Ben Laden

le 4 Mai 2011 à 16:33 | Lu 5787 fois

Dans un document non authentifié, l'ex-chef d'al-Qaida s'excuse auprès de ses enfants de son absence, et demande à ses femmes de ne pas se remarier.


L'étonnant testament de Ben Laden
Le regret pourrait presque être touchant s'il n'émanait pas d'Oussama Ben Laden. "Je m'excuse auprès de vous, mes enfants, de vous avoir donné si peu de mon temps." Le chef d'al-Qaida, tué dimanche par un raid américain au Pakistan, aurait pris le soin d'écrire son testament en décembre 2001. Soit trois mois après les attentats du World Trade Center, à un moment où il était déjà pourchassé par les troupes américaines dans les grottes de Tora Bora, à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan. Un texte de quatre pages, publié mardi dans un quotidien du Koweït et cité par le quotidien anglais Daily Telegraph.

L'authenticité du document reste à prouver. Une précédente version de ce testament avait déjà été diffusée en 2001 et 2002 dans les pays arabes. Al-Qaida avait déclaré que le texte était un faux, mais les services de renseignements occidentaux avaient répondu qu'ils prenaient les souhaits de Ben Laden très au sérieux.

"Je vous conseille de ne pas rejoindre les activités d'al-Qaida"

D'après le texte cité par le Daily Telegraph, Oussama Ben Laden justifie son absence auprès de ses vingt-quatre enfants par "les besoins du djihad". Dans le reste du document, il légitime son combat et ses efforts pour détruire l'Amérique et Israël, mais ne fait pas mention de ses biens.

Le cerveau d'al-Qaida demande par ailleurs à ses enfants de ne pas rejoindre la guerre sainte. "Je vous conseille de ne pas rejoindre les activités d'al-Qaida", écrit-il. À ses femmes - au nombre de quatre -, Ben Laden demande de "ne pas envisager de se remarier et de se consacrer aux enfants, de les guider sur le bon chemin". À peine croyable...

L'ennemi numéro un des États-Unis a été tué dimanche au Pakistan au terme d'un raid de l'armée américaine sur la ville d'Abbottabad, non loin de la capitale Islamabad. Le chef d'al-Qaida se cachait dans un vaste complexe surprotégé et coupé du monde extérieur, près d'une base militaire pakistanaise. Une situation qui a jeté le trouble sur le rôle des services secrets pakistanais.

Le Point


1.Posté par chiime le 04/05/2011 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un bon musulman ne demande pas a sa femme de ne pas se remarier apres sa mort....il est faux ce type... na dee ci safara bi
il a fait teorisme et demande a ses enfant de ne pas le faire. il sait quil ete dans lerreure

2.Posté par Aminata le 05/05/2011 08:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE DOCUMENT EST FAUX

3.Posté par buguma le 05/05/2011 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le document et faux

4.Posté par baugue diame le 05/05/2011 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien sur 3 il l'ai ben ne dit jamain ca

5.Posté par vps le 07/05/2011 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Spécialistes dans la vente des Machines de Transformations, de Gadgets , de la Golden Fashion , automobiles et accéssoires, destockages, Machines agricoles, pc portables et accéssoires et des concepts.

Montez une petite industrie avec moins de 3.000.000Fcfa , MAINTENANT POSSIBLE !!!!

une seule adresse : www.trucdeluxe.com

6.Posté par Ousmane le 10/05/2011 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mensonges purs et simples. Ossama est décédé de mort naturelle suite à une maladie il y a de cela 10 ans, précisément en décembre 2001, et non pas comme vous le prétendez, dans "le raid de l'armée américaine sur la ville d'Abbottabad".

La plupart des journalistes ne sont que des propagandistes à la solde des média sionistes essayant de dissimuler le fait que le 11 septembre n'était pas du tout l’œuvre de Ben Laden, mais plutôt celle des services secrets israéliens et américains dont la CIA et le Mossad. Ceci est largement prouvé.

Vous les journalistes, vous êtes des ridicules!!!

7.Posté par Ousmane le 10/05/2011 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et je voudrais ajouter: la photo que vous montrez ici n'est pas de Ben Laden, c'est une photo truquée figurant une autre personne déguisée en Ben Laden. Et les personnes qui figurent en arrière-plan et que l'on souhaite présenter comme des membres d'Al qaeda ne sont que de vilains agents de renseignements. Sénégalais, réveillez vous, il est grand temps.

8.Posté par FALL le 10/05/2011 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans quel pays nous sommes ! Pauvres con dans notre siécle fo plus croire a cent pr cent o écrits ou o dir des journalistes. tou les hommes mur le savent.

9.Posté par bisounours le 11/05/2011 07:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

yo !

c'est ben laden tout entier qui es fau

La CIA bin Laden à Dubaï en Juillet 2001

Le chef de l'organisation Al Qaida est resté dans les Émirats arabes unis au début de l'été pour des raisons de santé par Richard Alexandra Le Figaro 31 octobre 2001 (Traduction en anglais, version française est ci-dessous) Dubaï, l'un des sept émirats de la fédération des Émirats arabes unis, est au nord-est d'Abu Dhabi. Cette ville de 350.000 habitants a été le théâtre discret d'une rencontre secrète entre Oussama ben Laden et le représentant local de la CIA, en Juillet. Un homme, un partenaire professionnel de la gestion administrative de l'hôpital américain de Dubaï, affirme que l'ennemi public numéro séjourné dans cet hôpital de Juillet 4-14. En venant de l'aéroport de Quetta au Pakistan, Oussama ben Laden a été transféré à l'arrivée à l'aéroport de Dubaï. gouverne du lieutenant Accopanied par son médecin personnel et fidèle, qui pourrait être l'Égyptien Ayman al Zawahari, - sur ce point l'témoignages ne sont pas pleinement confirmé -, quatre gardes du corps, ainsi qu'une infirmière algérien, Ben Laden a été admis au hôpital américain, un bâtiment de verre et de marbre situé entre le pont Al-Garhoud et le pont Al-Maktoum. Chaque étage dispose de deux suites VIP et environ 15 chambres. Le milliardaire saoudien a été admis au service d'urologie du très célèbre Dr Terry Calloway, spécialiste des calculs rénaux et de l'infertilité masculine. Joint par téléphone, à plusieurs reprises, le Dr Calloway n'a pas voulu répondre à nos questions. Déjà en Mars 2000, la Semaine de l'Asie hebdomadaire publié à Hong Kong, etc .... une machine de dialyse portable livré à sa planque à Kandahar, dans la première moitié de 2000. Selon nos sources, «ben Laden se déplacer pour des raisons de santé' n'est pas le premier. Entre 1996 et 1998, Oussama ben Laden s'est rendu à Dubaï plusieurs fois pour les entreprises. Le 27 Septembre, 15 jours après les attentats contre le World Trade Center, sur la demande américaine, la Banque centrale des Emirats arabes unis a annoncé qu'il avait ordonné le gel des comptes et des investissements de 26 personnes ou organisations soupçonnées d'avoir des contacts avec les organizaiton de Ben Laden, en particulier la banque islamique de Dubaï. «Les relations entre les Emirats et l'Arabie Saoudite ont toujours été très proche,' nos sources d'expliquer, «les princes de la famille royale (qui règne) de la famille qui avaient reconnu le régime taliban, s'est rendu en Afghanistan fréquemment. Un prince de la famille régnante ont participé régulièrement à des chasses sur les terres de Ben Laden, qu'il avait connu et fréquenté pendant de nombreuses années. ' Une liaison aérienne entre Dubaï et Quetta est garanti par jour Airlines Pakistan et les Emirats. Quant à l'Arabie ou les avions privés émirat, ils fréquemment Quetta service, où ils sont la plupart du temps ni enregistré ni inscrites dans les registres de l'aéroport. Pendant son hospitalisation, Oussama ben Laden a reçu la visite de membres de la famille de plusieurs personnalités saoudiennes et émirat. Au cours de la même séjour, le représentant local de la CIA, que beaucoup de gens connaissent à Dubaï, a été vu prenant l'ascenseur principal de l'hôpital pour se rendre à la salle d'Oussama ben Laden. Quelques jours plus tard, l'homme de la CIA se vantait à quelques amis qu'il avait visité le milliardaire saoudien. Selon des sources autorisées, l'agent de la CIA a été appelé par son siège le 15 Juillet, le lendemain du départ de Ben Laden pour Quetta. À la fin de Juillet, les coutumes EAU autorités ont arrêté Djamel Beghal .... mission de Beghal: faire sauter l'ambassade des États-Unis, avenue Gabriel, près de la Place de la Concorde, à son retour en France. Selon différentes sources diplomatiques arabes et les services secrets français, des renseignements très précis a été communiquée à la CIA concernant des attaques terroristes visant les intérêts américains dans le monde, y compris sur le territoire de l'Union ***. Un rapport de la DST daté du 7 septembre, recueilli la totalité des informations détaillées, précisant que l'ordre d'agir devait venir de l'Afghanistan. En août, à l'ambassade américaine à Paris, etc ... incompréhensible silence. Les contacts entre la CIA et Ben Laden remontent à 1979, lors de la représentation de l'entreprise familiale à Istanbul, il a commencé à recruter des bénévoles du monde arabo-islamique, à la résistance afghane contre l'Armée rouge. Examen de l'août 1998 des attaques contre les ambassades américaines à Nairobi (Kenya) et Dar es-Salaam (Tanzanie), les enquêteurs du FBI ont découvert que les traces laissées par les explosions provenaient d'un explosif militaire *** de l'armée américaine, et que cet explosif avait été livré trois ans plus tôt pour Afghansi arabes, les brigades de volontaires internationaux célèbres, en prise avec Oussama ben Laden durant la guerre d'Afghanistan contre l'armée soviétique. À la suite de leurs investigations, le FBI a découvert des «structures» que la CIA avait développés avec ses «amis islamistes» depuis des années. La réunion à Dubaï, par conséquent, n'est autre que la suite logique d'une «certaine politique américaine». La CIA Aurait Rencontré Ben Laden en Juillet Alexandra Richard Le Figaro le 31 octobre 2001 Dubaï, l'un des sept émirats de la fédération des Emirats arabes unis, au nord-est d'Abu Dhabi. Cette ville de 350 000 habitants a été le théâtre discret d'une rencontre secrète entre Oussama ben Laden et le représentant de la CIA sur place, en juillet. Un homme, partenaire professionnel de la direction administrative de l'hôpital américain de Dubaï, affirme que l'ennemi public numéro un a séjourné dans cet établissement hospitalier du 4 au 14 juillet. En provenance de l'aéroport de Quetta au Pakistan, Oussama ben Laden a été transféré dès son arrivée à Dubaï Airport. Accompagné de son médecin personnel et fidèle lieutenant, qui pourrait être l'Égyptien Ayman al-Zawahari - sur ce point les témoignages ne sont pas formels -, de quatre gardes du corps, ainsi que d'un infirmier algérien, Ben Laden a été admis à l'hôpital américain, un bâtiment de verre et de marbre situé entre Al-Garhoud Bridge et Al-Maktoum Bridge. Chaque étage comporte deux suites «VIP» et une quinzaine de chambres. Le milliardaire saoudien a été admis dans le très réputé département d'urologie du docteur Terry Callaway, spécialiste des calculs rénaux et de l'infertilité masculine. Joint par téléphone à de multiples reprises, le docteur Callaway n'a pas souhaité répondre à nos questions. En mars 2000 déjà, l'hebdomadaire Asia Week publié à Hongkong s'inquiétait de la santé de Ben Laden, faisant état d'un grave problème physique précisant que ses jours étaient en danger à cause d'une «infection rénale qui se propage au foie et nécessite des soins spécialisés». Selon des sources autorisées, Ben Laden se serait fait livrer dans son repaire afghan de Kandahar l'ensemble d'un matériel mobile de dialyse au cours du premier semestre 2000. Selon nos sources, le «déplacement pour raison de santé de Ben Laden» n'est pas le premier. Entre 1996 et 1998, Oussama ben Laden s'est rendu plusieurs fois à Dubaï pour ses affaires. Le 27 septembre, quinze jours après les attentats du World Trade Center, sur demande américaine, la Banque centrale des Emirats arabes unis a annoncé avoir ordonné le gel des comptes et des investissements de 26 personnes ou organisations soupçonnées d'entretenir des contacts avec l'organisation de Ben Laden, notamment auprès de la Dubaï Islamic Bank. «Les rapports entre l'Emirat et l'Arabie Saoudite ont toujours été très étroits, expliquent nos sources, les princes des familles régnantes qui avaient reconnu le régime des talibans se rendaient souvent en Afghanistan. Un des princes d'une famille régnante participait régulièrement à des chasses sur les terres de Ben Laden qu'il connaissait et fréquentait depuis de nombreuses années.» Une liaison aérienne entre Dubaï et Quetta est d'ailleurs quotidiennement assurée par les compagnies Pakistan Airlines et Emirates. Quant aux avions privés émiratis ou saoudiens, ils desservent fréquemment Quetta où ils ne sont la plupart du temps ni enregistré ni consigné dans les registres de l'aéroport. Durant son hospitalisation, Oussama ben Laden a reçu la visite de plusieurs membres de sa famille, de personnalités saoudiennes et émiraties. Au cours de ce même séjour, le représentant local de la CIA, que beaucoup de gens connaissent à Dubaï, a été vu empruntant l'ascenseur principal de l'hôpital pour se rendre dans la chambre d'Oussama ben Laden. Quelques jours plus tard, l'homme de la CIA se vante devant quelques amis d'avoir rendu visite au milliardaire saoudien. De sources autorisées, l'agent de la CIA a été rappelé par sa centrale le 15 juillet, au lendemain du départ de Ben Laden pour Quetta. A la fin juillet, les douaniers émiratis arrêtent à l'aéroport de Dubaï un activiste islamiste franco-algérien, Djamel Beghal. Début août, les autorités françaises et américaines sont alertées. Interrogé par les autorités locales à Abu Dhabi, Beghal raconte qu'il a été convoqué en Afghanistan fin 2000 par Abou Zoubeida - un responsable militaire de l'organisation de Ben Laden, Al Quaida. La mission de Beghal: faire sauter l'ambassade des Etats-Unis, avenue Gabriel, près de la place de la Concorde, à son retour en France. Selon différentes sources diplomatiques arabes et les services de renseignements français eux-mêmes, des informations très précises ont été communiquées à la CIA concernant des attaques terroristes visant les intérêts américains dans le monde, y compris sur le territoire de l'Union. Un rapport de la DST daté du 7 septembre rassemble la totalité de ces données, précisant que l'ordre d'agir devait venir d'Afghanistan. En août, à l'ambassade des Etats-Unis à Paris, une réunion d'urgence est convoquée avec la DGSE et les plus hauts responsables des services américains. Extrêmement inquiets, ces derniers présentent à leurs homologues français des demandes de renseignements très précises concernant des activistes algériens, sans toutefois s'expliquer sur le sens général de leur démarche. A la question «que craignez-vous dans les jours qui viennent?», les Américains opposent un mutisme difficilement compréhensible. Les contacts entre la CIA et Ben Laden remontent à 1979 lorsque, représentant de la société familiale à Istanbul, il commença à enrôler des volontaires du monde arabo-musulman pour la résistance afghane contre l'Armée rouge. Enquêtant sur les attentats d'août 1998 contre les ambassades américaines de Nairobi (Kenya) et de Dares-Salaam (Tanzanie), les enquêteurs du FBI ont découvert que les traces laissées par les charges proviennent d'un explosif militaire de l'armée américaine et que cet explosif a été livré trois ans auparavant à des Afghans arabes, les fameuses brigades internationales de volontaires, engagés au côté d'Oussama ben Laden durant la guerre d'Afghanistan contre l'armée soviétique. Poursuivant ses investigations, le FBI découvre des «montages» que la CIA avait développés avec ses «amis islamistes» depuis des années. La rencontre de Dubaï ne serait donc que la suite logique d'une «certaine politique américaine».

10.Posté par FARAFINA de ZIG le 11/05/2011 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que des balivernes de l'occident, Ils veulent refaire le monde selon leur vision mécréante sous tendue par l'ignorance et le mépris de la voix de DIEU.
Ils ne perdent rien pour attendre.
Ils peuvent contrôler leur média, répandre leur culture commandée par le DIABLE en question, mais qu'ils sachent qu'ils ne seront que prisonniers de leur idéologie tôt ou tard la VERITE jaillira et l'emportera.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site