leral.net | S'informer en temps réel

L'ex-maire de Keur Massar, Mbacké Diop, trainé en justice par la juriste Miss Billie Mbaye, Présidente du réseau ICARE International; plusieurs personnes entendues


Rédigé par leral.net le Mercredi 4 Novembre 2015 à 02:56 | | 3 commentaire(s)|

Ce sont nos radars, au fait de ce qui se trame sous nos cieux et même au delà, qui ont "creusé" pour en savoir davantage sur cette affaire qui éclabousse l'ancien maire de Keur Massar, Mbacké Diop.

De l'économie de cette affaire, il ressort que la dame Miss Billie Mbaye (Sénégalaise de souche), vivant au pays de Barack Obama, a voulu construire une résidence pour des enfants déshérités. Sur ce, elle a pu disposer d'un terrain d'une superficie de 360 m2 à Keur Massar. Le terrain se trouve précisément au quartier Darou Missette.

Des recoupements de dakarposte.com, qui s'est déporté jusqu'au site en question, il se trouve que Miss Billie Mbaye a bénéficié du coup de pouce d'une certaine Débo Kâ ; c'est à dire que cette dernière l'a aidée à acquérir ledit terrain à la somme de cinq millions Cfa (5.000.000 Cfa). Une somme versée dans les comptes des Parcelles assainies avant que Miss Billie Mbaye ne retourne aux USA.

Mais, grande a été la surprise de la plaignante lorsque des informations lui parviennent faisant état de la destruction de la fondation qu'elle avait déjà érigée sur son terrain. Et, plus grave, de la vente de son terrain par l'édile de l'époque Mbacké Diop.

Nantis de ces informations, elle se rapprochera du maire pointé du doigt. Mais, pour toute réponse, Mbacké Diop lui notifiera que ledit terrain n'appartient à personne au regard du recensement effectué au sein de la localité et que sur ces entrefaites, il a autorisé à une autre personne d'effectuer des travaux sur une partie du terrain.

Un argumentaire qui ne convaincra pas la dame Miss Billie Mbaye qui affiche une farouche détermination à recouvrer son bien. C'est ainsi que le maire lui proposera un autre terrain. Niet catégorique de la plaignante qui finit par porter l'affaire devant Dame Justice.

Les graves révélations du clerc Mamadou Diouf, de la plaignante et de l'intermédiaire Débo Kâ, sur le maire Mbacké Diop

Dans sa déposition, la dame dira avoir acheté le terrain par l'entremise de la dame Débo Kâ dite Ndébane Kâ à 5 briques de nos pauvres francs dévalués. Après, elle avait demandé à ce qu'on lui fasse la fondation et les délimitations en attendant la sortie des papiers administratifs concernant son acquisition, c'est à dire le titre foncier et autres.

Poursuivant, elle soutiendra avoir recu des attestations de propriétés non sans engager un vigile en charge de veiller sur son terrain et de la salubrité des lieux.

"Quelques années plus tard, j'ai été avisé que quelqu'un d'autre était en train de construire sur le même site, sur mon propre terrain. C'est ainsi que j'ai saisi les autorités de Keur Massar notamment le commandant de brigade de gendarmerie de l'époque à qui j'ai montré les documents attestant que je suis propriétaire légitime. Il avait fait arrêter les travaux de cette tierce personne qui détenait une attestation de vente délivré par le maire de l'époque Mbacké Diop. L'acquéreur a alors pointé du doigt le maire Mbacké Diop comme étant celui qui lui a vendu mon terrain", a soutenu mordicus la plaignante qui réclame la restitution de son terrain et la réparation du préjudice subies.

Interpellée par les pandores en charge de l'enquête, la dame Débo Kâ de reconnaître avoir bénéficié de la confiance de la plaignante pour l'achat du terrain en question. "J'avais confié la surveillance du terrain à un gardien qui est décédé. Pendant son vivant, feu Sidath m'avait fait la remarque comme quoi il y avait des individus qui sont en train de construire un mur sur le même site. Je me suis rapproché du maire et ce dernier m'a dit que c'est le nommé Malick Sall et le chef de quartier qui lui ont informé que le terrain n'a pas de propriétaire. C'est par la suite que le maire a vendu le terrain à un immigré. Voulant se racheter, le maire nous a proposé un autre terrain en guise de compensation, mais nous, la plaignante et moi, avons refusé. Quelques temps après les mêmes maçons ont reprit les travaux et j'avais attiré l'attention du maire qui n'a pas réagi..." dira Débo Kâ.

"Cuisiné" à son tour, le maire Mbacké Diop de botter en touche. Il précisera que le terrain litigieux se trouve entre l'unité 7 et 8 des Parcelles assainies et ont été donné à la commune de Keur Massar. A l'en croire, c'est le directeur des parcelles assainies de l'époque qui leur avait donné le plan. Mbacké Diop de renchérir qu'il n'y avait ni eau ni électricité et que c'est le comité de santé de la commune, dirigé par un certain Cheikh Tall Bâ, qui avait donné l'ordre de vendre le terrain pour les besoins de la réfection de la Case de santé. Il rappellera qu'à la fin des travaux, une cérémonie avait été organisée. "Je n'ai jamais vendu de terrain à quiconque. Le terrain appartient à la mairie".

Convoqué, le clerc Mamadou Diouf de révéler que le maire Mbacké Diop, durant son deuxième mandat en 2009, avait fait une visite de courtoisie dans le quartier de Darou Missette et la population lui avait présenté des doléances. "C'est ainsi que le maire avait demandé aux délégués du quartier de faire le recensement de tous les terrains inoccupés et de lui rendre compte". C'est par la suite, renchérira-t-il, "que le délégué Bayel Sow avait trouvé une parcelle inoccupée qu'il avait présenté au maire".

Selon Mamadou Diop, "Mbacké Diop avait demandé à ses services domaniaux de vérifier l'authenticité de la parcelle. C'est par la suite que le maire avait ordonné la vente du terrain dont vous faites cas. Un habitant du nom de Abdoulaye Diaw à l'époque avait émis le voeu de l'acheter au profit de son parent Kalidou Diaw".

A la question des enquêteurs de savoir qui lui a rendu compte du déroulement de la vente de la parcelle, Mamadou Diouf de soutenir dur comme fer : "J'ai pris connaissance de cela par l'intermédiaire de Soda Diop".

Cent commentaires!

dakarpost.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image