L’iPhone est responsable de la fusillade au Texas selon le gouvernement Trump

elon l’un des plus hauts responsables du Department of Justice du gouvernement Donald Trump, Apple a une part de responsabilité dans la fusillade survenue au Texas le 6 novembre 2017. En refusant de revenir sur sa position concernant le chiffrement des iPhone, la firme a selon lui une part de responsabilité dans le massacre, et pourrait encore « coûter des vies » dans l’avenir.


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Novembre 2017 à 10:50 | | 0 commentaire(s)|

Le 6 novembre 2017, 26 personnes ont perdu la vie dans une fusillade perpétrée dans une église au Texas. Un fait divers tragique, qui relance le débat sur l’autorisation des armes aux Etats-Unis, mais pas seulement. Selon le Deputy Attorney General Rod Rosentein du Department of Justice de Donald Trump, Apple et sa position concernant le chiffrement des iPhone  a une importante part de responsabilité dans cet événement. À ses yeux, « aucune personne raisonnable » n’empêcherait les autorités d’accéder au smartphone du tueur.

Ce haut responsable ne cite pas directement Apple dans son interview accordée au Washington Examiner, mais évoque le constructeur du smartphone du tueur. Or, ce dernier utilisait un iPhone. Selon Rosenstein, « lorsqu’une personne tue des douzaines de citoyens américains innocents, les autorités doivent être en mesure d’inspecter ses communications et ses données. Il y a des choses qui doivent être sues ». D’après lui, en s’obstinant à concevoir son système d’exploitation iOS comme une forteresse impénétrable, Apple  « coûte beaucoup de temps et d’argent aux autorités fédérales, mais coûte également des vies ».

L’iPhone et son chiffrement pourraient encore « coûter des vies » dans l’avenir

Ce n’est pas la première fois qu’Apple se retrouve au cœur d’un débat sur le chiffrement des smartphones aux Etats-Unis. En décembre 2015, lors de la fusillade de San Bernardino, le FBI avait déjà exigé qu’Apple ouvre l’accès à l’iPhone du tueur , en vain. Le FBI avait fini par faire appel à une entreprise tierce pour déverrouiller l’iPhone . La position d’Apple est claire : certes, la création de portes dérobées sur iOS permettrait d’accéder aux données stockées sur les smartphones des criminels, mais risquerait aussi de compromettre la confidentialité des consommateurs innocents.

Les accusations du DoJ de Donald Trump à l’égard d’Apple peuvent sembler exagérées. En imputant à la firme une part de responsabilité dans ce massacre, Rosenstein se trompe de coupable. Toutefois, il est vrai que de nouveaux drames similaires risquent de survenir dans le futur tant qu’il sera impossible de surveiller les smartphones de tous les citoyens américains. Ce débat est très épineux, et les deux parties ont leurs arguments. Et vous, quel est votre avis sur la question ?



Phonandroid