leral.net | S'informer en temps réel

L’importance du chiffre 5 dans la vie de Serigne Touba


Rédigé par leral.net le Mardi 1 Décembre 2015 à 19:17 | | 0 commentaire(s)|

L’importance du chiffre 5 dans la vie de Serigne Touba
Le chiffre 5 est fort de symboles dans la confrérie mouride, comme dans l’Islam. Elle évoque dans cette religion le nombre de piliers, de prières quotidiennes, des sens humains. Ce chiffre est celui même de l’homme parfait, celui de l’harmonie et de l’équilibre, de la limite de la maitrise de l’homme sur l’Univers.

5 DATES MAJEURES DE LA VIE DE SERIGNE TOUBA

.1853 : Sa naissance à Mbacké Baol

.1887 : Il fonde la ville de Touba

.1895 : Il est arrêté par l’autorité coloniale, qui le met en prison à Saint-Louis avant de l’exiler au Gabon. Cet événement marque le Grand Magal célébré ce 1er décembre.

.1902 : C’est la date de son retour du Gabon après 7 ans et 9 mois d’exil. L’année suivante, il connaîtra un autre exil, moins lointain et long. Ce sera en Mauritanie pour 4 ans.

.1927 : Son départ de ce monde. Ce sera précisément le 27 juillet à Diourbel.



5 MINARETS A LA GRANDE MOSQUEE

Visibles à 10 km de la ville sainte, les minarets sont au nombre de 5. Mis en exergue dans bien des odes sur le mouridisme, les 4 sont de 66 mètres de haut et placés aux angles du bâtiment, le cinquième étant de 86,80 mètres est appelé Lamp Fall en hommage à Cheikh Ibra Fall le fidèle compagnon du fondateur de la confrérie.

La construction a commencé en 1926, l’année précédant la disparition du Cheikh. Son fils et premier Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké poursuivra le travail après avoir obtenu de l'Administration un bail sur 400 hectares. A sa disparition en 1945, son successeur Serigne Falilou reprendra les travaux jusqu’à l’inauguration le 7 juin 1963.



5 DE SES FILS SEULEMENT KHALIFES GENERAUX

Le fondateur du mouridisme a eu une descendance nombreuse, de femmes et d’hommes. Parmi ces derniers, seuls cinq seront khalifes généraux. Des connaisseurs de la confrérie rapportent que le marabout l’avait prédit. Toutefois, des non khalifes on en connaît qui ont acquis une renommée mondiale. Par exemple, Serigne Mourtalla considéré comme un Ambassadeur du mouridisme à travers le monde ou encore Serigne Souhaibou dit le « gardien du Temple coranique ».

Les fils khalifes ont été dans l’ordre :

.Cheikh Mouhammadou Moustapha Mbacké (1927-1945)

.Cheikh Mouhammadou Fadilou Mbacké (1945-1968)
.Cheikh Abdoul Ahad Mbacké (1968-1989)
.Cheikh Abdou Khadr Mbacké (1989-1990)
.Cheikh Saliou Mbacké (1990-2007)






Hebergeur d'image