leral.net | S'informer en temps réel

L’ultime coup de force temporairement bloqué Par Dame Babou

SUCCESSION DE WADE SENIOR PAR WADE JUNIOR
Depuis que le plan d’installation de Karim Wade à la mairie de Dakar a échoué en mars 2009, après le choc de la défaite et la colère qui s’en est suivie, le président Wade est revenu à son plan initial pour installer son fils sur le fauteuil présidentiel. La mairie de Dakar avec un budget annuel de près 40 milliards, allait donner à Karim Wade non seulement une plate forme très visible pour l’aider à « démontrer » ses capacités managériales, mais aussi, lui donner le moyen de tisser une clientèle politique dans le terreau électoral le plus fertile du pays qui est la capitale.


Rédigé par leral.net le Mercredi 21 Juillet 2010 à 02:39 | | 4 commentaire(s)|

L’ultime coup de force temporairement bloqué Par Dame Babou
L’assaut sur Dakar n’était pas une initiative du patron du Pds. C’était plutôt le plan des jeunes impatients, dirigés par un certain Hassan Bâ, qui, lui-même, l’a publiquement avoué le lendemain de la débâcle des élections locales de mars 2009. Ces jeunes pensaient non seulement que le président était à son dernier mandat, mais aussi et surtout que la politique pouvait se faire à partir des combinaisons basées sur le nombre de « Une » des journaux qui parleraient d’eux.
Abdoulaye Wade, en vieux routier de la politique, ne s’était résolu à soutenir cette Opa sur Dakar que parce que la pression combinée de sa famille, de Karim Wade, de son entourage et des exigences de l’horloge politique et biologique ont eu raison de lui.
Après l’échec de la prise de la mairie, le chef est revenu à son plan de départ. Ce plan était constitué d’un puzzle, composé de plusieurs pièces complémentaires :
L’élément de base consistait à fabriquer un bilan de réalisations pour le futur candidat, une manière de lui donner une avance sur tous les concurrents éventuels. C’est ce qui explique la décision de lui confier les milliards de l’Anoci. Mais comme on dit en Wolof « Jàngul tari wax fen » (on ne démarre pas son apprentissage par le sommet). Ce sommet donc qui devait servir d’escalier à Karim Wade, finit par révéler un novice en matière de gestion et L’Anoci a finit en « Contes et Mécomptes ».
Le deuxième élément du puzzle était mené concomitamment avec le premier : il s‘agissait d’éliminer tous les concurrents potentiels du successeur désigné par le père. Idrissa Seck, en premier, pensait comme beaucoup de Sénégalais, que le vieux lion du Sopi n’aurait ni le désir ni les moyens physiques de se présenter à un second mandat après ses sept ans de présidence. Le fils d’emprunt a été aidé par « le père » à se faire des ennemis à gauche et à droite, avant d’être soumis à une épreuve physique, politique et morale d’une férocité extraordinaire. Mais Seck semble avoir, comme un chat, neuf vies (comme on dit en Anglais, a cat has nine lifes). Même affaibli, et mais ayant pu maintenir sa tête hors de l’eau, il reste toujours un obstacle au désir du Président à passer le fauteuil à son fils.
Un autre membre de l’équipe Macky Sall, surprend les Wade par une ambition et une combativité insoupçonnées. C’était un nouvel obstacle non prévu. Et la survie politique de Macky, au-delà de toutes ses espérances, finira par convaincre plus d’un, que même un lion, il devient vieux, quand il est trop âgé.
Après avoir poussé dehors les adversaires déclarés de Karim Wade, il fallait faire des autres récalcitrants et les hésitants, des soumis. On prend Adjibou Soumaré qui ne fait pas partie « des lycaons aux dents longues », pour l’entourer d’une équipe gouvernementale avec une forte dose de « Concrétistes ». Comme pour dire que désormais la seule voie aux délices du pouvoir c’est de se faire adouber par le prince. Là encore, l’errance des ministres amateurs a fait réfléchir et on finit par renvoyer un grand nombre d’entre eux.
Comme il n’est pas possible d’enlever de la tête du Wade père que « les réalisations pharaoniques », qui frappent l’imaginaire, sont la meilleure voie pour accéder au pouvoir, il crée un ministère à l’intitulé tellement long qu’il n’a d’égal que les domaines et le volume d’argent qu’il englobe. En plus du caractère titanesque de ce ministère, on exige des autres membres du gouvernement de se limiter à négocier les autres projets et laisser le prince signer les accords devant les caméras. Même quand le ministre de l’Habitat décroche un programme de logements sociaux, c’est Karim Wade qui signe l’accord.
Le troisième élément qui était l’étape stratégique consistait à un holdup du Pds. On croyait y arriver avec l’élimination d’Idrissa Seck et après avoir poussé Macky Sall vers la sortie. On croyait avoir balisé la voie : un congrès du Pds est organisé et la Génération du concret vient et impose sa « majorité ». Mais entre temps les nouveaux experts autour du successeur « désigné » avaient eu le temps de faire peur aux caciques du parti que sont les anciens compagnons du fondateur, soutenus par les transhumants, qui ne sont pas très à l’aise avec l’équipe qui occupe aujourd’hui l’ancien siège de l’Anoci.
Conséquence, le parti se cabre sous la pression des « Pds de lait » et les nouveaux souteneurs de la Cap 21 et d’autres qui ne sont attirés que par les lambris dorés du pouvoir quelque soit ce qui en a le contrôle. Tout ce beau monde a une peur bleue de cette Dream team qui va accompagner le prince, le jour ou il entrerait triomphalement au palais.
La résistance commence à agacer et on essaie la méthode forte. Farba Senghor est imposé pour préparer le passage du témoin entre Wade fils et Wade père à la tête du Pds. Mais avant cela, il fallait supprimer les dangers qui menacent le processus de succession dynastique, en déclarant que la contestation n’est plus permise. D’où la « candidature » d’Abdoulaye Wade annoncée de Washington. Cette candidature aura surpris tous les autres prétendants, en attendant de voir plus clair et de préserver l’héritage pas encore assuré. Le choix de Farba Senghor visait deux objectifs majeurs : identifier tous ceux qui donneront les gages que leur seule ambition est de rester à leur position de pouvoir et emmener les autres à lever l’ancre. Parmi les éléments que l’on cherchait à humilier pour les pousser à claquer la porte, on peut citer Idrissa Seck qui continue de roder dans les parages, Aminata Tall, Abdou Fall, Pape Diop, et même Modou Diagne Fada . Mais ce que cette manœuvre n’avait pas pris en compte est le fait que tout ce monde est convaincu que le temps joue contre Karim Wade et il est possible de mener une guérilla politique qui fera peur à Abdoulaye Wade à mesure que l’échéance de 2012 s’approche. Deux événements récents confirment que le camp des Wade commence à s’impatienter. Se rendant compte de plus en plus que les renouvellements des instances du Pds risquent de ne jamais se réaliser à temps pour lui permettre la prise de contrôle du parti, la Génération commence à vouloir défier publiquement le patron du Pds. Pas plus tard qu’il y a quelques semaines, dans un communiqué rendu publique, la Gc menaçait d’organiser ses propres assises pour se compter au cas ou les renouvellements du Pds seraient bloqués.
Le deuxième événement est cette mise en demeure attribuée au secrétaire général du Parti démocratique sénégalais adressée à des responsables qui n’auraient pas reversé l’argent de la vente des cartes. Presque tous ceux qui ont été cités par la presse dans ce groupe « d’indélicats » sont des responsables non encore domestiqués par Karim Wade et sa Génération.
Abdoulaye Wade, Karim Wade, Idrissa Seck, et tous les Pds originels continuent de penser que la seule voie à la victoire en 2012 passe par le contrôle de l’appareil du Parti. C’est cette conviction qui pousse Idrissa Seck à vouloir rester dans les parages et être prêt à agir en cas de précipitation des événements. Karim Wade et sa Génération sont pressés de s’emparer du parti. De même que les Modou Diagne Fada, Aminata Tall, Lamine Bâ et autres qui ont accepté d’avaler toutes couleuvres pour rester dans la périphérie.
Pendant que le projet de succession se débat avec toutes ces difficultés internes dans le propre camp politique de Wade, la situation sociale se dégrade avec les problèmes insolubles de la Senelec, les inondations qui arrivent à grands pas et qui seront une bombe si l’on n’y prenne garde, le front diplomatique qui n’a jamais été aussi hostile publiquement dans l’histoire du pays, une opposition requinquée, un parti démobilisé, des alliés qui s’entredéchirent pour de l’argent et des querelles de leadership etc. Wade et son fils étaient obligés de desserrer l’étau.
C’est d’abord le fils qui souffle (par l’intermédiaire de qui ?) à un nouveau site Internet bitimrew, que « le pays ne s’hérite pas, il se mérite », avant d’organiser tout un tintamarre sur une soit disant interview accordée à une maison de production audiovisuelle qu’on tente de présenter comme une télévision américaine. Mais pourquoi tout ce brouhaha ? Karim Wade n’avait il pas déjà dit la même chose à son « oncle » Amath Dansoko depuis longtemps ?
Se rendant compte que cette déclaration de la part de Karim n’a pas produit l’effet désiré, le père vient à la rescousse en reprenant la même déclaration, en plus raffinée bien sûre, sur les ondes d’Europe 1.
Tout cela laisse croire que le projet de dévolution du pouvoir de père en fils bute sur de sérieuses difficultés et il a besoin de manœuvrer pour traverser la zone de turbulence avant de revenir au galop ; comme c’était le cas après la bourrasque du 22 mars 2009. Mais pour qui connait Abdoulaye Wade, ce blocage n’est que temporaire. Wade recule mais ne renonce jamais. C’est sa nature !
sudonline.sn



1.Posté par AMADOU le 21/07/2010 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Asalam !

Qu'a réalisé, NOTRE président dans ce pays avant 2000 , même pas un bon cabinet d'avocat ou de conseil en économie ...Et son enfant ? a - t - il créé ou géré la plus petite PME ? Nous avons été trompé et trahi mais avons assez payé .
Ne nous entre-tuons pas pour leurs permettre de s'enfuir ...Restons lucides reprenons notre destin en main ds la foi et la paix ...






2.Posté par BABACAR TOURE le 21/07/2010 14:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wow!!! un grand "analyste" politique! c'est ca le senegall qui gagne!!!
Bravo continuez comme ca "SUD".Le reveil sera brutal......

3.Posté par ridial le 21/07/2010 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Ce plan était constitué d’un puzzle, composé de plusieurs pièces complémentaires"......... "pleonastico-redondant"

4.Posté par joe mills le 21/07/2010 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors connait tout, donne la correction comme tout bon prof face aux lacunes de ses eleves. Pedant!
Quant a cette bande de Wade, elle finira mal, tres mal. Dois-je les rappeler les destins des Duvalier, de Moboutou et des plus tragiques de Mainassara, de Samuel Do. Wait and see.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image