Leral.net | S'informer en temps réel



LA LIBYE PREFERE L’UNION AFRICAINE A L’UMP « Si les Européens se soucient de leur unité pourquoi pas nous ? »

Rédigé par Senegal Leral le 15 Août 2008 à 22:13 | Lu 775 fois

Si les Européens se soucient de leur unité pourquoi pas nous ? Et pourquoi adhérer à un projet qui pourrait engendrer la balkanisation de notre continent ? Pourquoi l’accepter ? L’édification des Etats unis d’Afrique demeure le seul moyen approprié pour réaliser les aspirations des peuples africains au progrès et au plein épanouissement’’. Ceci est, en substance, la teneur d’un communiqué émanant de l’ambassade de la Jamahiriya libyenne à Dakar. Pour dire que la Libye préfère de loin l’Union africaine à l’Union pour la Méditerranée (Ump) qui se propose d’intégrer les pays africains riverains de la Méditerranée dans une union avec l’Europe.

L’ambassade de la Jamahiriya libyenne à Dakar a rendu public un communiqué dans lequel il est clairement mentionné que la Libye n’est nullement pour une union qui briserait les élans unificateurs du continent africain. « La Libye rejette l’inclusion de parties du continent dans une quelconque union, à l’instar de ce qui a été fait avec l’admission d’Etats africains riverains de la Méditerranée au sein de l’Union pour la Méditerranée et n’accepte de traiter avec cette organisation que sur la base de ce qui a été décidé par l’Union africaine au sujet de la coopération avec l’Union européenne et les autres Etats du monde » peut-on lire dans le communiqué.


LA LIBYE PREFERE L’UNION AFRICAINE A L’UMP « Si les Européens se soucient de leur unité pourquoi pas nous ? »
« Non à une autre balkanisation du continent »

Toujours selon le texte, la Libye rejette tout accord qui ignore le fait de l’indivisibilité du continent « il s’agit par cette position d’apprécier le continent africain en tant que bloc indivisible, de s’opposer à toute proposition faisant fi de cette réalité et à la conclusion de tout accord qui ignore que notre continent est un tout, à savoir un seul espace, qui refuse toute partition et tout émiettement, avec comme un seul instrument politique : l’Union africaine. Cette position est d’autant plus fondée que l’idée initiale du président français Nicolas Sarkozy, initiateur de l’Union pour la Méditerranée, consistait à mettre en place une union limitée uniquement aux Etats africains et Européens bordant la Méditerranée dans la perspective de renforcer leur coopération, ce qui avait emporté l’agrément de la Libye et son soutien. Finalement, les Européens, sur l’initiative de l’Allemagne, ont rejeté cette idée sous le prétexte que sa concrétisation pourrait engendrer la division des Etats de l’Union européenne et son émiettement. Sur cette base, il a été décidé d’admettre l’ensemble des pays de l’Union européenne dans l’Union pour la Méditerranée en plus des Etats nord-africains ». On se rappelle que le guide libyen Mouammar Kadhafi avait exprimé son refus du projet d’Union pour la Méditerranée (Ump), avertissant que celui-ci porterait atteinte à l’unité arabe et africaine, à l’ouverture d’un mini-sommet arabe, à la mi-juin à Tripoli. « Nous sommes des pays membres de la Ligue arabe et aussi de l’Union africaine et nous ne prendrons en aucun cas le risque de déchirer l’unité arabe ou africaine. Il faut que nos partenaires européens comprennent bien cela. Si l’Europe veut coopérer avec nous, qu’elle le fasse avec la Ligue arabe ou l’Union africaine. Nous n’acceptons pas que l’Europe traite avec un seul groupe de pays », avait-t-il dit.

Maître Abdoulaye Wade avait, également, tiré la sonnette d’alarme

Cette position du guide libyen recoupe à la lettre les préoccupations du Président de la République, Maître Abdoulaye Wade qui appelait ses homologues nord africains à définir clairement leur option « les pays d’Afrique du Nord doivent choisir clairement, car ils ne peuvent pas appartenir à deux unions à la fois. Me Wade avait aussi dénoncé ce qu’il appelle « une coopération à double vitesse, à deux étages même, introduite par les Européens avec le lancement de l’Ump. L’Europe leur offre des infrastructures, routes et trains régionaux, tout ce que l’Afrique a réclamé en vain depuis longtemps. L’Afrique du Nord deviendra ce que nous étions en train de combattre, un mur séparant politiquement notre continent en deux parties ». Pour mieux agrémenter sa thèse, le Chef de l’Etat avait demandé à ses pairs de l’Afrique noire d’ouvrir leurs yeux sur ce qui se passe actuellement autour d’eux « nous devons nous persuader que nos enfants rejetés par le pacte européen sur l’immigration, il ne nous reste plus que les Etats unis d’Afrique. Et pour cela, il faut que les chefs d’Etat se départissent de leur micro nationalisme aveugle et regardent loin devant » s’était-il exclamé avant de finir par ajouter « finalement, l’Union pour la Méditerranée pourrait bien, après tout, accélérer le processus de la véritable unité africaine ».