leral.net | S'informer en temps réel

LA MESAVENTURE D'UN CHAUFFEUR ENTRE LES MAINS D'UN POLICIER : «Il m'a tabassé avant d'emporter mes 140 mille francs»

Déposer une plainte contre x pour coups et blessures volontaires. C'est ce que le taximan Bara Mbaye compte faire ce matin. Suite à sa mésaventure avec un policier qui l'a tabassé avec son pistolet juste parce qu'il a refusé d'obtempérer.


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Mai 2010 à 07:09 | | 2 commentaire(s)|

Tabasser un chauffeur qui refuse d'obtempérer et partir avec ses papiers et son argent. C'est le forfait qu'aurait commis un policier. Les faits se sont déroulés dans l'après-midi du lundi à la cité Fadia. D'après les témoins qui ont téléphoné aux sapeurs-pompiers, le limier a même abreuvé d'injures le conducteur, avant de le cogner avec son pistolet. C'est tard dans la nuit du lundi que Bara Mbaye, 31 ans, chauffeur de taxi débarque à Walf Grand- Place. Chemise maculée de sang (voir photo), lèvres inférieure enflée, la victime peine même à raconter sa mésaventure. Accompagné de deux témoins de la scène et de son tuteur, il revenait de l'hôpital général de Grand- Yoff où il a reçu ses premiers soins.

Verbe difficile, Mbaye relate : « Je juré que je n'ai pas vu le policier m'arrêter. J'étais seul dans le véhicule. Je n'ai pas intérêt à le fuir parce que je suis dans la légalité. J'écoutais la radio et d'un coup, je l'ai aperçu se diriger vers moi. L'insulte à la bouche, il a enchaîné : «je vous arrête et vous refusez de vous exécuter». «Je lui ai rétorqué, poursuit le taximan, que je ne l'avais pas vu et qu'il n'avait non plus pas le droit de m'insulter de mère. Comme un fou furieux, il m'a frappé avec son pistolet. J'ai perdu connaissance. Mais je le connais, car je lui ai une fois offert 1.000 francs. Il m'avait arrêté pour mauvais stationnement.» D'après un autre conducteur qui a assisté à la scène, c'est lui-même qui est accouru pour tirer d'affaire son collègue. «J'ai aperçu le policier prendre la fuite. Je pensais que ce monsieur avait commis un accident. Je suis sorti pour m'enquérir de la situation. Et je l'ai trouvé dans un état piteux avec le sang qui giclait. Ce sont les sapeurs qui l’ont transféré à l'hôpital.»

À son réveil, Bara Mbaye qui était parti faire des commissions pour le compte du propriétaire de la voiture dit avoir perdu ses 140 mille francs y compris son versement de la semaine.

jointe hier, la victime nous a fait savoir qu'elle va dès ce matin déposer une plainte contre x pour coups et blessures volontaires. Son tuteur rappelle que le Sénégal est un Etat de droit. «Et ce policier sera corrigé », dit-il. «C'est un élément de la police de Guédiawaye. La hiérarchie a téléphoné à son supérieur, le commissaire Demba Sarr. L'auteur aurait nié les faits. C'est son droit de tenter de se défendre, mais le certificat médical et les témoins édifieront la justice.»

À son tour, le commissaire Sarr nous dira ne pas être au courant de cette histoire parce qu'il se trouve en séminaire à Kaolack.

Ndèye Awa LO
Source Walf Grand Place



1.Posté par le solitaire le 28/05/2010 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les commissaires de police et les commandants de brigade de gendarmerie, comme par hasard, sont toujours absents ou ne sont pas au courant des faits. les juges qui traitent l'affaire, laissent pourrir. les témoins sont menacés et enfermés. tout le peuple doit cesser d'avoir peur des hommes en tenue de comportement véreux. il faut les débusquer et porter plainte contre eux sans arrét chaque fois qu'ils abusent de leur autorité. il faut accepter de témoigner et au besoin, d'aller en prison pour que triomphe la vérité. c'est à amnesty international qu'il faut porter l'affaire pour qu'elle ait le maximum de bruit sur le plan international et national. les policiers et magistrats honnetes n'accepteront jamais que leur nom soient assocviés à celui de collègues véreux. c'est une lutte et une lutte qui vaut la peine d'être entreprise. il y a trop d'exactions de la part de la police, de la douane et des gendarmes sans quel'on ait un lieu où se plaindre. il nous faut débusquer et dénoncer tous ces voleurs et agresseurs tapis dans les postes de police, dans les carrefours, le long des frontières et qui à partir de 23 heures, fréquentent bars et dibiteries pour consommer le fruit de leurs rapines. ce sont des criminels.

2.Posté par ramadan le 28/05/2010 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

COMMENT ON PEUT TRAITER UN CITOYEN DE CETTE SORTE L AUTRE JOUR JE REGARDAIS UNE EMISSION TELEVISEE SUR LES RELATIONS ENTRE LES POLICIERS ET LES CONDUCTEURS BELIQUEUX MAIS QUELLE GRANDEUR DE LA PART DE LA POLICE AMERICAINE AUCUN MOT OU DERRAPAGE DANS LE COMPORTEMENT LE RESPECT EST AU MAXIMUM .Il faut savoir raison garder et savoir que il nous reste beaucoup a faire.Les associations des droits de l Homme qui s agitent dans la politique devrait axer leur intervention au niveau des brigades et commissariats ils s y passent des choses terrifiantes les droits des presumes coupables sont royalement violes

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image