leral.net | S'informer en temps réel

LA VICTIME EST UNE FILLETTE DE SEPT ANS : Le cireur pédophile écope dix ans ferme

Coupable de pédophilie sur une mineure de sept ans, le cireur Amadou Boydo Diallo a été condamné à dix ans de prison ferme. Ses dénégations à la barre ne l’ont pas sauvé.


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Juillet 2010 à 05:50 | | 0 commentaire(s)|

LA VICTIME EST UNE FILLETTE DE SEPT ANS : Le cireur pédophile écope dix ans ferme
La juridiction régionale de Thiès qui avait entendu le nommé Amadou Boydo Diallo s’expliquer sur le délit d’attouchements exercés sur une mineure de sept ans et de tentative de viol, n’y est pas allé par quatre chemins pour condamner le mis en cause à une peine ferme de 10 ans. Cireur de son état, Amadou Boydo avait déposé, il y a quelques mois, son baluchon à Thiès. Et pourtant, il se débrouillait bien en dépit de la crise. Mais le voilà qui s’en prend à une fillette de sept ans pour satisfaire ses pulsions sexuelles. C’est le cireur lui-même qui a déclaré devant les policiers enquêteurs avoir exercé des attouchements sur l’innocente. Pire, il avait reconnu s’être limité à frotter son sexe sur celui de la fillette. Seulement, devant la barre du tribunal des flagrants délits, le cireur a tout nié.

Selon ses déclarations, les policiers l’avaient sévèrement battu, c’est pourquoi il a menti. Malheureusement pour lui, le 6 juin dernier, jour des faits, deux femmes avaient bel et bien vu Amadou Boydo Diallo sortir d’un bâtiment inachevé. Il était en train de refaire son pantalon. A quelques mètres, une fillette complètement désemparée pleurait à chaudes larmes. D’emblée, les deux femmes comprirent que le bonhomme en question n’était pas étranger au désarroi de la fillette.

Malgré les dénégations et cette volte-face du prévenu qui a étonné plus d’un, le ministère public dit avoir la conviction profonde de sa culpabilité. Par conséquent, le Parquet demande au tribunal des flagrants délits de requalifier le délit en pédophilie et de condamner Amadou Boydo Diallo à 10 ans ferme de prison.

Le tribunal a suivi le ministère public dans son réquisitoire en envoyant en prison le prévenu pour dix ans ferme.


Abdourahmane S. GONZALES
Source Le Soleil






Hebergeur d'image