leral.net | S'informer en temps réel

LE PARTI DEMOCRATIQUE SENEGALAIS EST-IL DEVENU UN CAMP DE CONCENTRATION POUR SES LOYAUX MILITANTS ?

out au long de la longue marche du Sopi, le PDS a emprunté jusqu’en 2000 une trajectoire historique avec des hommes et des femmes convaincus et déterminés pour la survenue de l’alternance.
Le PDS pré et post alternance compte encore des libéraux fidèles qui restent toujours debout et à la pointe des combats a chaque fois que les intérêts du frère secrétaire général national et ceux supérieurs du PDS ont été menacés.


Rédigé par leral.net le Dimanche 22 Août 2010 à 22:11 | | 4 commentaire(s)|

LE PARTI DEMOCRATIQUE SENEGALAIS EST-IL DEVENU UN CAMP DE CONCENTRATION POUR SES LOYAUX MILITANTS ?
THélas, le constat général est qu’aujourd’hui le parti s’est mué en camp de concentration de ses dignes et loyaux fils qui ne sont pas dans les schémas des ténors. L’image qu’offre aujourd’hui le parti est une maison hantée ou des démons portent la haine pour les militants les plus dévoués et qui se distinguent pour leur attachement au frère sécrétaire général national et au Sopi originel. Combien d’hommes qui n’ont connu que le PDS et qui lui ont tout donné, ont été, soit expulsés ou ont choisi tout bonnement de quitter à cause de vastes complots ! Combien de responsables et de vrais militants, n’ayant aucun accès à la hiérarchie du parti et ne reconnaissant plus le vrai PDS et ceux qui l’animent ont simplement décidée de croiser les bras et d’être des spectateurs impuissants et des témoins inactifs de la scène politique ?
Le PDS est aujourd’hui achalandé de démons armés de leur glaive venimeux, crachant leur bave maléfique en coupant avec délectation les têtes des vaillants soldats et combattants du sopi qui, pour la plupart sont déguenillés et sans le moindre morceau de pain à la bouche.
Le spectacle est triste et désolant, dans tous les coins du pays et à l’étranger, le PDS ressemble fort à une armée mexicaine mais surtout à une jungle où règne la domination de la force et de la violence pour ne pas dire le diktat de ceux qui ont les moyens ou qui sont bien nichés quelque part dans une bonne position de strapontin.
Les sorciers des temps modernes qui empêchent aux autres d’avancer et d’être promus sont entrain de réussir leur funeste projet de démantibuler et de déglinguer le parti aux profits d’intérêts mesquins, égoïstes, crypto personnels et d’objectifs inavoués.
Gagnés par l’arrogance, l’ivresse du pouvoir, la haine, l’inculture, le complexe et l’infatuation, certains membres de l’entourage du Secrétaire Général National et certaines « grands » responsables du parti sont entrain de conduire le régime en place tout droit vers l’impasse si des mesures urgentes et adéquates ne sont pas prises pour réconcilier Me Wade avec les militants déçus et les populations fatigués.
En outre, Jetons un regard sur ceux qui occupent certaines positions stratégiques, ne sommes nous pas toujours dirigés par les anciens bourreaux de Me Wade ?
Quels sont les pourcentages des vrais libéraux dans le comité directeur du PDS ? Dans le gouvernement ? A l’assemblée nationale ? Au Senat. Dans les directions et direction générales ? Et les présidents de conseil d’administration ?
Bref, ne sommes nous pas toujours dirigés par les Caciques du régime déchu en 2000, avec un dosage de libéraux privilégiés et qui empêchent aux autres de gravir les échelons ?
Encore une fois Me Wade n’est-il pas piégé par ses ennemis et par des partenaires aveuglés par la haine et la méchanceté vis-à-vis de leurs propres « frères » du parti ?
Devons nous croire à la facile chanson qui dit que le PDS n’a pas de cadres » ? Je pense que non !
Le Parti regorge de cadres intellectuels et politiques, on y rencontre de grandes personnalités, des hommes, et des femmes et des jeunes d’honneur et de devoir mais malheureusement qui n’ont pas toujours la chance d’être compris, écoutés, et entendus et/ou suivis ou mieux qui n’ont pas de tuteurs ou de mentors influents.
Hélas, le PDS est animé aujourd’hui en majorité par des responsables méchants, jaloux et inaccessibles , dépourvus d’écoute, de générosité et de réceptivité, totalement insensibles aux lamentables situations des militants confrontés à des besoins minimes et primaires de nécessité vitale (la bouffe, le toit, la santé) et pourtant la clameur retentit quotidiennement de la profondeur des banlieues et des régions mais aussi des zones urbaines, la coupe est pleine !
Le PDS n’est pas reconnaissant, oui ! Ce parti préfère récompenser des arrivistes, des affairistes, des opportunistes et des chasseurs de primes qui n’ont aucune légitimité dans le parti, qui n’ont contribué en rien à l’alternance et enfin qui ne peuvent brandir aucun trophée de guerre sur le terrain politique du Sopi et de sa longue marche.
Aussi, il est curieux et dommage de voir le PDS faire la promotion de maîtres chanteurs qui n’ont que l’insulte à la bouche ou aussi s’il nous plait, les lèches-bottes » et les fieffés laudateurs dépourvus d’honneur, d’éthiques, de hauteur et de pudeur mais aussi les pires adeptes de la compromission, vilains vendeurs d’âmes.
Mais , même si ça et là, quelques figures emblématiques du parti occupent certaines positions , il n’en reste pas moins vrai que de très nombreux militants surtout les anciens mourront sans doute dans la misérabilité sans revoir le président qu’ils n’arrivent plus à rencontrer depuis l’épopée glorieuse du SOPI entre le quartier général de la place de l’obélisque de Colobane et le domicile du Pape du Sopi au point E.
En effet, le PDS doit se ressaisir car le temps est venu de remobiliser les troupes et d’insuffler un réarmement moral, il est urgent d’unir et d’intégrer les forces du PDS, de réhabiliter les valeureux soldats du Sopi original qui jusqu’à nos jours continuent à consentir de lourds sacrifices pour les causes du parti et pour la défense du frère secrétaire général national Me Abdoulaye Wade.
En tout état de cause, si le parti ne veut pas subir la même raclée du 22 mars 2009, il devra accepter de faire son propre autocritique et d’apporter des remèdes politiques, sociaux et humains efficaces et adéquates et à temps.
Par ailleurs, la survie du parti dépendra de sa capacité de ressaisissement, de réhabilitation de certains militants et responsables afin de les revaloriser et les élever à la dignité humaine qu’ils méritent.
Le degré de frustration, de mécontentement, des démotivations a gagné des proportions jamais imaginées et pourtant on reste aphone ! C’est curieux !
Malheureusement hélas, certaines grosses pointures ayant accès au secrétaire général national se soucient peu et presque pas du tout de la profondeur et de la gravité de l’angoisse des pauvres militants et des responsables humiliés qui pourtant ont tout donné au parti et ont tout perdu à cause de ce même Parti.
Ces grosses pointures qui après 10 ans de pouvoir enivrant ont certainement oubliés qu’ils sont là grâce aux pauvres militants et chacun amasse à qui mieux craignant un déluge brusque ! Sont-ils bon croyants ?
Quel dommage dans un parti qui a le triste sort de se muer en camp de concentration, en champ de batailles avec des armes non conventionnelles et des coups en bas de la ceinture entre retenez le souffle : « frères » et « sœurs »
Le PDS,oui , un parti où les liquidateurs ne se fatiguent jamais s’il s’agit de tuer, des gens qui n’ont de bonheur et de plaisir que lorsque leur adversaires et frères de parti agonisent douloureusement, alors ils s’organisent une ronde des vautours alors rythmée d’une danse des sorciers pour les achever avant de passer à table pour se délecter des « frères » ou « sœurs » rôtis déjà au fond du four libéral pour un énième « barbecue bleu ».
C’est triste quand certains privilégiés baignent dans l’opulence, tirant du malin plaisir à pisser sur les tombes de pauvres militants morts de faim et de misère, en ricanant à ce petit peuple, la bouche grande ouverte, un couteau entre les dents !
Chers frères et sœurs du parti, que faut-il faire devant ces démons ?
Sopi ou Silence ?
Pour ceux et celles qui craignent la guillotine des monstres froids , qu’ils sachent que : seul le pouvoir divin est éternel !

Pape Djibril TOGOLA
Responsable Politique PDS
3ème Adjoint au Maire à Thiès





1.Posté par aly le 23/08/2010 05:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment peut-on avoir la bouche grande ouverte et en même temps un couteau entre les dents. A moins de regarder au ciel comme un corbeau.

2.Posté par Bozz le 23/08/2010 09:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est ce,avec la même rigueur de 1985,par exemple?

3.Posté par assawali le 23/08/2010 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Peut-on tromper tout le monde tout le temps ? Certainement pas.
Quel est le Bambeyois qui croit encore aux dires de Aïda Mbodji au regard de tout ce qu’elle a fait en un laps de temps à la tête de la Mairie, et même depuis qu’elle est entrée malheureusement en politique ?
Dans le combat quelle mène pour sa survie politique, l’occupation des média et sa dernière stratégie avec une cohorte de « journalistes » prompts à s’agenouiller devant elle pour relayer ses déclarations. A coup sûr, elle ne sera jamais de ceux qui démentiront feu Puritain FALL car elle sait comment les faire « travailler ». Ses sorties dans la presse sont-elles destinées aux Bambeyois ? Pas du tout !
Elles participent de la tromperie visant à se refaire une place dans le cadre de la recomposition politique en cours au PDS. La dernière en date c’est l’article de presse qu’elle a commandé dans un journal pour faire croire qu’elle serait courtisée par l’APR. C’est archi faux. Aux PDS les gens ne sont plus dupes. Madame veut sortir des oubliettes du PDS.
Qui est justement Aïda Mbodji ?
1- Une traitresse de la première heure qui financièrement a été soutenue par Assane DIAGNE à coups de millions pour asseoir le mouvement Abdoo Woor. Résultat, elle l’a trahi et deviendra son ennemi juré.
2-L’auteur du surnom « Fantômas » collé à Abdoulaye Wade .En effet elle a réussi la prouesse de susciter à l’époque chez beaucoup de sénégalais la curiosité de découvrir cette série et le personnage diabolique de Fantômas.
3- la transhumante soutenue par Pape Diouf lors de son meeting de ralliement au PDS présidé par Idrissa Seck. Des hommes qu’elle dénigrera, combattra sans merci avec le soutien non désintéressé de Macky Sall.
Ce combat l’a amené à faire bloquer l’ouverture du poste de police de Bambey, le transfert du financement de la réhabilitation de la place de l’indépendance de Bambey, et de l’éclairage de la route nationale avec l’appui de son « ami » Macky Sall alors Premier Ministre.
4-Une nouvelle riche qui juste après 3 ans 3 mois au gouvernement dispose d’un patrimoine financier et foncier impressionnant.
Que retenir du Maire de Bambey à ce jour ?
A part folklore et règlements de comptes
1- Son complot avec le Président de la Délégation Spéciale et le Préfet de Bambey pour le licenciement de 25 agents de la Mairie dont le seul « tord » est d’être proches de Pape Diouf.
Quelqu’un qui veut promouvoir l’emploi ne cautionne pas de licenciements abusifs ;
2- Le remplacement des Délégués de quartiers de DVF, Léona Nord et Sud pour le même motif,
3- La démission du secrétaire Municipal qui n’a même pas fait trois mois à la Mairie, Bizarre non;
4- Echanges d’insultes et de coups de poings et d’injures entre son frère et un Conseiller pour des questions de sous en sa présence .Ce dernier à d’ailleurs déserter la Mairie depuis ;
5- Sa politique d’exclusion au sein de l’administration de la Commune pas ses affectations arbitraires ;
6- Le blocage de la subvention aux ASC ;
7- L’octroi de marchés sans délibérations du Conseil municipal: curage des canaux, enlèvement des ordures ;
8-La délocalisation du daral sans délibération là aussi du conseil, loin de sa maison, mais très prés de la Mosquée construite par Serigne Mourtada Mbacké , de l’Eglise catholique, du CDEPS, pire dans un endroit inondable, contigu à la limite du CNRA avec tout ce que cela pose comme problèmes d’insécurité . Ainsi, saleté, bruit pour les fidèles qui fréquentent les lieux de cultes, la jeunesse qui n’a plus que le CDEPS parce que tout a été fait pour fermer le Cyber du Conseil de la Jeunesse, le calme et l’hygiène pour le Maire. Evidemment, quand on est conseillé par un athée de la première heure ce n’est pas étonnant. Pourtant Pape Diouf ne s’est jamais senti gêné par le daral, qui chaque lundi se déploie jusque devant chez lui. C’est vrai que Pape Diouf n’est pas un parvenu.
Soyons vigilants en tout cas, car l’espace ainsi libéré risque de devenir une propriété privée parce que la boulimie foncière est aussi un de ses traits de caractères.

4.Posté par assawali le 23/08/2010 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le PDS : un machin !
Qui disait que la PDS n’était pas un parti ? Et pourtant il semblait l’être tout le temps qu’il était dans l’opposition, et même durant ses premières années de pouvoir. Aujourd’hui, il est méconnaissable. Quelles en sont les causes ? L’usure du pouvoir ! C’est quand même trop tôt.
Il faudrait chercher entre autres, du côté de la qualité de certains des hommes et des femmes accueillis à partir de 2000 jusqu’à maintenant. Qui sont-ils ? Quelle attitude avaient-ils à l’endroit du PDS au paravent ?
Ont-ils rejoints par conviction, par intérêt, ou encore par goût du pouvoir ? Là, la réponse est toute trouvée.
De cette bande de transhumants, les plus nocifs, parce que de très mauvaise foi, sont les ex socialistes qui n’ont ménagé aucun effort 25 ans durant pour supprimer le PDS et son leader.
Leur historique et surprenante défaite de 2000 hante encore leur sommeil.
De ce point de vu, n’ont-ils pas rejoints pour servir le même plat au PDS ?
A Bambey, tout laisse croire, que Madame Aïda Mbodji est de cette bande de néo libéraux.
Après avoir frappé le PDS de vote sanction aux locales de 2001, semé la zizanie au sein de la fédération locale, mal « gagné » la Mairie, craché par indiscipline et excès de prétention sur un poste ministériel, la peur ne la quitte plus. Peur de tout perdre à commencer par sa position au bureau de l’Assemblée Nationale.
En fait, le 22 mars 2009, elle est allée aux élections sans les PDS authentiques, elle les « gagne » avec 09 conseillers sur 13 sur la liste proportionnelle en usant de transfère massif de militants des villages environnants. Dés lors où se trouve la majorité à Bambey ?
En caméléon politique hors normes, elle distille une rumeur qui tend à préparer l’opinion sur ses éventuelles retrouvailles avec le PS si Macky Sall ne veut pas d’elle.
En vérité, les retrouvailles WADE – IDY l’inquiètent à plus d’un titre. En effet cela signifierait le retour du véritable leader libéral du département de Bambey en l’occurrence Monsieur Pape DIOUF, premier à avoir gagné une collectivité locale pour la PDS en 1996 : celle de Lambaye.
Si le PDS compte en partie sur des éléments de la trempe de l’auteur du surnom « Fantômas » collé WADE, qu’il commence à faire son deuil du pouvoir.
Pour accueillir le Premier Ministre à l’occasion du lancement des vacances citoyennes, elle a administré la preuve qu’elle reste un pur produit du PS, par l’exode rural massif qu’elle a organisé pour meubler le stade.
Monsieur le Secrétaire général, de grâce, épargnez nous d’un héritage empoisonné séparez pendant qu’il temps, la bonne graine de l’ivraie. Sinon vous nous léguerez un machin, qui ne vous survivra pas. Ce sera là une fin tragique pour votre œuvre. Fraternellement
Ass FAYE le bambeyois

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image