leral.net | S'informer en temps réel

LE PDS ATTEINT DE LA MALADIE DU RETROVISEUR

Rédigé le Jeudi 27 Décembre 2012 à 01:30 | | 1 commentaire(s)

Depuis quelque temps, on assiste à un cirque dont l'instigateur est l'ancien parti au pouvoir et principalement « ses responsables » qui doivent répondre à des convocations de la Justice. Ainsi entre 2000 et 2012 ayant eu à gérer le pays après une alternance démocratique saluée à travers le monde, ils ont été évincés parce que n'ayant plus la confiance du peuple souverain. Ce peuple qui s »est senti grugé par des libéraux arrogants pratiquant sans retenue le népotisme, la gabegie, la concussion et l'affairisme dans les hautes sphères de l'Etat. Des scandales, il y a en eu à la pelle et sont restés sans conséquences pour les auteurs. Avec la volonté affichée par les nouvelles autorités et particulièrement le Président de la République d'aller jusqu'au bout dans le but d'élucider toutes les affaires qui dormaient dans les tiroirs et de traquer les biens mal acquis, on comprend le désarroi et les gesticulations du Pds.



Cependant aucune baguette magique ne peut empêcher les temps de changer surtout si ceux-ci sont voulus par l'immense des Sénégalais. Il faut savoir accepter la volonté populaire et aussi assurer ses responsabilités dans sa gestion à un moment donné. C'est pourquoi toute l'énergie du Président et du gouvernement sera dispensée vers les objectifs suivants : 1. Favoriser le développement/l'émergence d'une conscience citoyenne forte et rapatrier tous les biens mal acquis. 2. Assurer les bases de la rupture et de la gouvernance vertueuse en ne changeant ni de cap ni d'objectifs. 3. Accompagner tous les Citoyens sans distinction aucune du berceau au tombeau en ne laissant personne au bord de la route.
L'ancien parti au pouvoir, l'oeil rivé sur le rétroviseur, fera tout son possible pour freiner, chahuter et discréditer les actions du gouvernement car ils pensent qu'ils sont encore au pouvoir et on du mal à se plier aux contraintes d'une opposition responsable dont les membres sont des justiciables comme Madame X ou Monsieur Y. Ils sont encore dans la bulle de l'insoutenable légèreté de l'arrivisme qui a caractérisé le régime de Wade et cela permet de mieux comprendre la lamentable sortie d'El Hadji Amadou Sall et la pseudo motion de censure déposée à l'Assemblée nationale.

Avec le 25 mars 2012, les choses ont changé parce qu'avec la mise en œuvre du Yoonu Yokkute adossée à la déclaration de politique générale du Premier Ministre, gouverner, c'est choisir, savoir distinguer les dépenses d'Etat improductives de celles productives et loin des dépenses de prestige à l'opposé des préoccupations du peuple. La rupture incarnée par Macky Sall les effraie car jusqu'à présent il a fait preuve de courage et de clarté dans les actes posés. C'est un homme de courage qui n'a pas peur de sortir des conformismes contrairement à Wade, champion de l'éphémère, du populisme de mauvais aloi et de la patrimonialisation de l'Etat ; ce qui a été la quintessence de la République de 2000 à 2012.

Entre la volonté d'un pouvoir décidé à remettre de l'ordre, l'héritage sulfureux de Wade et leur difficulté à se projeter, les libéraux peinent à se défendre. Au point d'utiliser une méthode qu'ils décriaient naguère. Ils n'ont donc pas d'autre parade que de provoquer, c'est-à-dire ressusciter le bon vieux clivage par le rétroviseur. Certes, le désarroi des libéraux est compréhensible. Il s'explique par le fait que beaucoup de choses ont changé depuis leur perte du pouvoir. D'ailleurs, l'héritage de Wade et Cie qui a plus dit qu'il n'a fait, laissant ainsi au président Macky Sall une addition très difficile en ayant pas su améliorer le niveau de vie, donc le pouvoir d'achat des Sénégalais, démocratiser l'enseignement, développer la formation, renforcer les infrastructures du pays entre autres priorités. Autrement dit, pour préserver le pouvoir d'achat de ses affidés, l'ancien Président a lourdement endetté le pays et il a tardé d'entamer les restructurations nécessaires. Du coup, ils doivent assumer leurs bévues et c'est comme une chemise qui aurait pris un mauvais pli. On a beau multiplié les coups de fer, on arriverait pas à l'enlever. Cela fait beaucoup. On comprend que, faute de cap clairement défini, en l'absence d'un tournant idéologique, ils cherchent la parade par la maladie du rétroviseur.C'est peine perdue. Le président a été élu pour remettre le pays en orbite et il ira jusqu'au bout car manifestement il mène un combat d'avant garde au service exclusif du Sénégal.



Ben Yahya SY
Convergence des Cadres Républicains




1.Posté par Bey le 27/12/2012 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chapeau mon cher, vous avez remis les pendules à ces macaques sur-nourris qui ont pillé nos caisses sans vergognes !!! En tous cas si Macky recule, on le lâche, vite fait et bien. De plus, ils sont tous nuls en politique car les bons analystes savent qui si Wade et les siens sont parterre, c'est surtout du fait de la société civile qui a recrédibilisé les Partis politiques aprñs le 23 Juin. C'est dire que ce n'est ni massamba ou mademba qui leur fait la chasse, c'est le peuple qui souhaite, qui veut, qui exige que ces parvenus mal fagotés rendent jusqu'au dernier centime les sommes faramineuses qu'ils ont volées au Trésor Public !!!
En avant Président Macky, donne à la justice tous les moyens politiques et institutionnels qu'il faudra afin qu'elle mene à bien cette grande oeuvre de salut public !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >


Hebergeur d'image

Hebergeur d'image