leral.net | S'informer en temps réel

LE SENEGAL A PERDU LA RAISON


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Février 2012 à 09:12 | | 0 commentaire(s)|

LE SENEGAL A PERDU LA RAISON
C’est ça la réalité : le Sénégal a perdu la raison. Et, cette situation, je l’avais prédit dans le Week-end Magazine du 13 au 20 décembre 2008. A la page 51, je déclarais : « sous peu, il arrivera l’irréparable au Sénégal parce que les gens, en plus d’être fatigués, sont stressés et furieux.

Même l’émigration clandestine est une forme de folie ». Justement, c’est cette même folie qui a gagné la société sénégalaise à travers toutes ses couches, surtout la classe politique qui se dispute aveuglément le fauteuil présidentiel. Au moment où la vie devient de plus en plus chère, ajoutée, entre autre, au système éducatif totalement bloqué, en passant par le secteur de la santé, plus malade que les malades eux-mêmes, des candidats mus seulement que par leurs intérêts personnels, s’élancent vers un scrutin qui va embraser tout le pays. Qui, aujourd’hui ignore que cette présidentielle constitue un danger pour la population ? Alors, pourquoi nous ne nous arrêtons pas comme nous l’impose notre propre culture ou même la religion qui nous interdisent le suicide ?


Dans cette même édition du Week-end Magazine, je disais aussi : « j’avais prévenu qu’il arrivera un moment où les malades mentaux s’attaqueront aux autorités ». Et, cela s’était réalisé. De la même façon, j’avertis tout le monde encore que si nous prenons le risque d’aller à cette élection, nous allons tous y périr. Normalement, la mort du jeune policier Fodé NDIAYE, tué lors d’une manifestation contre la candidature du Président Abdoulaye WADE, devait nous contraindre tous à suspendre ce processus électoral, ce combat qui est entrain de nous conduire en enfer.

Malheureusement, personne dans ce pays, n’est en mesure d’arrêter la Pirogue « Sunugaal » qui fonce directement vers ce rocher que constitue cette présidentielle et le choc la fragmentera inévitablement en plusieurs petits morceaux pour nous plonger ensuite dans un fleuve de sang dans lequel personne ne survivra. D’ailleurs, ceux-là qui prétendent que cette élection doit se tenir à date échue, n’ont rien compris car, dans tous les cas, les résultats seront vivement contestés à cause d’un manque de consensus dans la préparation du scrutin. Si c’est uniquement dans la campagne électorale que la police, censée d’assurer la sécurité des citoyens, tire sur des manifestants, qu’en sera-t-il lorsque le président Abdoulaye WADE gagnera comme il l’a déjà dit avec un score de plus de 53%.


Alors, il est encore temps pour nous tous de nous retirer de cette folie qui nous fait croire qu’à ce stade actuel, nous pourrons avoir la paix, seulement par des prières, comme si DIEU ne nous l’a pas déjà offerte. Qu’on se le tienne pour dit : nous aurons la paix que lorsque nous accepterons de nous mettre autour d’une table, meilleure façon pour résoudre tout conflit. Ainsi, tels des malades mentaux, nous avons abandonné notre sens du dialogue pour emprunter le chemin de la violence qui se trouve être l’une de leurs caractéristiques, pour prétendre contraindre le président Abdoulaye WADE à retirer sa candidature.

Alors qu’à travers un dialogue national, objet même d’une lettre que je lui avais adressée le 14 juin 2011, publiée à l’époque seulement que par l’APS, chacun y retrouverait son compte. Donc, il n’existe pas d’autres solutions : seul le dialogue peut sauver le Sénégal à travers un consensus qui en réalité, constitue le droit que chacun des protagonistes et même au-delà, considère comme étant la seule condition pour préserver la paix sociale.
Le Président
Ansoumana DIONE






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image