leral.net | S'informer en temps réel

LE VOLEUR « FOU » PERD SON BUTIN : IL ÉCOPE DEUX ANS FERME SUITE À SA PROPRE PLAINTE

Le prévenu Laurent Mendy, qui se faisait passer pour un fou et qui était prévenu de vol commis la nuit avec effraction au préjudice de Hamidou Sarr, n’a pas bénéficié des dispositions de l’article 50 du Code pénal, comme le souhaitait son conseil. Il a été jugé coupable et condam- né à deux ans ferme.


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Juillet 2011 à 12:15 | | 0 commentaire(s)|

LE VOLEUR « FOU » PERD SON BUTIN : IL ÉCOPE DEUX ANS FERME SUITE À SA PROPRE PLAINTE
Laurent Mendy, qui se présente comme étant un homme de douze métiers, n’a pas réussi son coup hier lors de sa comparution à la barre du tribunal des flagrants délits pour des faits de vol commis la nuit avec effraction au préjudice de Hamidou Sarr. Portant un sous-vêtement, dès l’entame du procès, il a commencé à raconter sa vie, allant du coq à l’âne, comme le « fou » qu’il a prétendu être. « Je suis le roi des rois » ; « Le tribunal est une maison de Dieu » ; « Mon corps est en acier » ; « L’homme c’est l’esprit » ; a-t-il lancé, entre autre. Ce prévenu hors du commun n’a pourtant rien dit sur les faits, objets de sa comparution. Au début, il parlait de 15 millions de Fcfa, alors qu’il ne s’agit que de près de 5 millions de Fcfa. Le président du tribunal, imperturbable, a laissé Laurent Mendy faire son show pendant une dizaine de minutes. Il a fallu l’intervention du gendarme, préposé à la sécurité, pour calmer son ardeur. Bref, les faits qui lui ont valu son arrestation ainsi que celles de sa tante Diminga Mendy et de sa grand-mère Thérèse Basse remontent au mois de janvier dernier, juste après la célébration du Magal. Le plaignant Hamidou Sarr, habitant Grand-Yoff à l’instar des prévenus, de retour de Touba n’avait eu le temps de fermer la porte de sa chambre du fait de la fatigue du voyage. Se réveillant vers 2 heures du matin, il a constaté que son sac contenant 5 millions de francs était entrouvert et que la somme avait disparu. Il apprendra par le biais de ses voisins que Laurent menait une vie royale dans un bar de la place en payant de la boisson à des tiers. Appréhendé, il sera libéré, les enquêteurs estimant qu’il était atteint de démence.

Le « fou » se dévoile en confiant le butin à sa tante
Mais ces derniers seront vite rectifiés par le mis en cause lui-même. Car, après son forfait, il avait remis une partie de l’argent à la garde de Thérèse Basse. Quelques temps après, Laurent est venu réclamer ses sous volés, alors que Mme Basse en concert avec Diminga Mendy avaient remis le reste de l’argent au grand-frère du prévenu. Cela n’a pas plu à Laurent qui a porté plainte contre elles. Dans sa déposition, il s’est trahi en soutenant qu’il avait volé cet argent au préjudice de M. Sarr. Voilà comment Laurent Mendy, le « fou », a été interpellé. Très émue, la partie civile a demandé la restitution du restant de ses biens, après avoir reçu à l’audience 1,5 million de francs Cfa des mains d’un grand-frère du prévenu. Quant aux dames en l’occurrence Diminga Mendy et Thérèse Basse, prévenues de recel, elles ont soutenu qu’elles ignoraient l’origine frauduleuse de l’argent que Laurent leur avait confié.
Assurant la défense de Laurent Mendy, Me Diallo a plaidé les dispositions de l’article 50 du Code pénal à l’endroit de son client. Sa conviction est que la place de Laurent Mendy n’est pas en prison. « La meilleure manière de l’aider est d’ordonner son internat dans un hôpital psychiatrique. C’est un danger pour la société », fait-il remarquer. Mais la conviction du tribunal est tout autre. Il a déclaré Laurent Mendy coupable et l’a condamné à deux ans ferme. Il doit aussi payer 3,4 millions de francs Cfa à la partie civile. Quant aux dames, elles ont été relaxées purement et simplement.

Souleymane Diam SY le soleil






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image