Leral.net | S'informer en temps réel



LEVEE DES SANCTIONS CONTRE LE NIGER : L’empressement imprudent de Wade

Rédigé par leral .net le 5 Mars 2010 à 03:51 | Lu 1042 fois

Le président sénégalais n’a pas sa langue dans sa poche. Le fait est connu, avéré et n’étonne plus personne. Il dit ce qu’il pense, lorsqu’il le trouve opportun, rame volontiers à contre-courant, revendique le droit à la divergence que lui impose sa différence et voilà. Il pense sans doute qu’on l’admire pour cela. Premier à se prononcer sur toutes les questions brûlantes de l’heure, il dit et assume ce qu’il pense. Appréciable, sans doute. Critiquable aussi. Car, à force de toujours se prononcer avant tout le monde sur tout, on finit par donner l’impression qu’on est le seul qui sache donner de la voix. Alors que, raisonnablement, se taire quelquefois est signe aussi de sagesse et de saine pondération.


LEVEE DES SANCTIONS CONTRE LE NIGER : L’empressement imprudent de Wade
On l’aura tous vu, depuis l’éviction du président nigérien, le 18 février dernier, la junte au pouvoir à Niamey parcourt la sous- région ouest-africaine, pour une mission d’explication. Normal, il lui revient de faire comprendre aux pays voisins les vraies motivations qui l’ont conduite à mettre un frein définitif aux agissements décidément autoritaires d’un Mamadou Tandja qui avait fini par se faire une obsession de ses fameux chantiers qu’il lui fallait, coûte que coûte, terminer. La délégation de cette junte, naturellement, fera l’escale de Dakar où elle sera reçue par maître Wade himself.

La délégation, forte de 18 membres, après avoir expliqué au chef d’Etat sénégalais les raisons de la prise du pouvoir par le CSRD, tout naturellement , sollicitera son soutien, en vue du rétablissement d’un régime civil, et ce, sur les bases des principes démocratiques normaux. Jusque-là, rien que du très normal. C’est plutôt la réponse d’Abdoulaye Wade qui laisse pantois. Qu’il soit "convaincu de la sincérité des intentions formulées" peut déjà être suspect, mais passe encore. Cependant le maître ne s’en tient pas là. Il pousse l’audace jusqu’à inviter les institutions africaines et internationales à "faciliter la mise en oeuvre de ce processus" en levant les sanctions appliquées contre le Niger depuis la révision de la Constitution de ce pays par l’ancien président. C’est là où le bât blesse. Maître Wade va certainement

vite en besogne à tel point qu’il convient de se demander s’il n’a pas perdu, ici, une excellente occasion de se taire. "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage", enseigne le dicton. Il est certes indéniable que la junte au pouvoir à Niamey, depuis qu’elle s’est installée à la tête de l’Etat, force l’admiration par la pondération de sa démarche. Elle donne l’image d’une équipe qui ne tâtonne pas et qui réfléchit longuement avant de prendre ses décisions. Soit ! Elle bénéficie de la sympathie des Nigériens ainsi que de celle de la communauté internationale. A vrai dire, il y a de quoi. Le président évincé, Mamadou Tandja, avait fini par irriter tout le monde par sa superbe ainsi que son orgueil hypertrophiés qui narguaient et ses pairs africains et les instances internationales. Au point qu’à sa chute, hypocrisie mise à part, on ne peut pas dire que beaucoup aient versé à son endroit, des larmes de compassion. La junte se présente donc en sauveur et, jusqu’à présent, donne des raisons de croire qu’elle est sincère et qu’on a de sérieuses raisons de compter sur sa bonne foi.

Mais, de là à demander une levée immédiate des sanctions appliquées au Niger, il y a tout de même comme un immense abîme. Malheureusement, le président sénégalais le franchit avec une aisance et un empressement qui étonnent, mieux, qui inquiètent. La prudence commande d’accompagner cette junte. Les condamnations des instances africaines et internationales, même si elles sont de principe, participent d’une volonté avérée de voir une restauration de l’ordre normal des choses dans ce pays. Les sanctions ne prêchent pas autre chose. Elles constituent autant de pressions qui sont autant de garde-fous qui canalisent l’action de la nouvelle junte au pouvoir. Les lui supprimer peut conduire à la faire basculer.

La junte d’ailleurs, le sait très bien, elle qui, dans sa démarche, vient de décider de la mise en place d’un conseil consultatif qui aura pour charge d’élaborer le calendrier de la transition.

Cette junte, même si à présent on a des raisons de l’apprécier positivement, il convient de la juger sur pièces avant de lui accorder des bonus faciles. Car, enfin, elle détient entre ses mains la destinée de toute une nation. On n’a pas le droit de prendre certaines décisions à la légère. Et puis, comparaison n’est pas raison, il est vrai, mais plus d’un se souvient de gages et promesses faites en Guinée par un Dadis Camara à qui, à l’époque, beaucoup donnaient le bon Dieu sans confession. Maître Wade, d’ailleurs, s’honora du vocable affectueux de "père" de l’enfant terrible de Conakry. On a vu ce qu’il en a résulté. Et puis, on finit par se demander ce qui pousse le président sénégalais à toujours donner son avis sur tout.

A l’issue de chaque sommet auquel le maître prend part, il est celui vers lequel les chasseurs de scoop se ruent volontiers : ils n’en retournent jamais bredouilles, le "vieux" a toujours quelque chose à dire. On se rappelle qu’il a été le premier chef d’Etat africain à soutenir ouvertement Dadis "le terrible". Suite à l’attentant perpétré contre ce "fils" par son lieutenant Toumba, Wade, encore lui, s’empressera d’expédier un avion à Conakry pour ramener le capitaine président à Dakar aux fins de le faire soigner. Un aéroplane burkinabè lui sera préféré. Plus récemment, lors du drame que provoqua le séisme à Haïti, on l’entendra formuler une proposition des plus inattendues : ramener les Haïtiens à la mère patrie, le continent africain. A présent, c’est la junte nigérienne qu’il souhaite voir adouber par les

instances africaines et internationales. Tout le monde se souvient de l’escale de Wade à Niamey pour rendre visite à un Tandja vomi par les Nigériens et l’ensemble de la communauté internationale. Qu’est-ce à dire ? Hier seulement consolateur de Tandja, aujourd’hui sympathisant de la junte qui l’a renversé ? Quelque part, ça manque de constance et de logique. Et puis quoi encore ? A croire que le chef d’Etat sénégalais s’agite et manifeste tant de frénésie parce que visiblement il trouve qu’on ne lui reconnaît pas assez de valeur, de compétence et de savoir-faire. Il court alors et recherche de lui-même le leadership qui lui manque pour briller de mille feux dans la sous-région.

Il faut souhaiter que pour ce cas de la junte nigérienne, ses pairs africains ainsi que la communauté internationale refusent de suivre le maître. Car, de toute évidence, il ne montre pas ici, la bonne direction. Au moment où tout le monde croise les doigts dans le but de voir aboutir un processus de sortie de crise dans l’ouest-africain, il n’est nul besoin de compliquer la chose en y introduisant de l’imprudence et de l’empressement. "Qui va lentement, va sûrement", assure l’adage. Lorsqu’il s’agit de reconstruire une nation, on se doit, raisonnablement, d’éviter de faire dans l’inutile précipitation.

"Le Pays" lefaso.net


1.Posté par LAYE le 05/03/2010 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TANDJA était un dictateur, un tripatouilleur certes mais un coup d'état reste une entrave à la démocratie, les premières intentions de la junte sont nobles ok mais le cas récent de Dadis devait au moins servir de leçon à Ablaye qui a été le seul aussi naif à croire à ses bonnes intentions dés le début, on connait tous la suite de cette histoire avec les massacres des populations guinéenne par les troupes de Dadis.Mais bon dieu qui peut dire à ce vieux gateux de se taire puisqu'il ne commet que des bourdes

2.Posté par Un patriote le 05/03/2010 11:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Laissez le parler sinon vous n'aurez rien à écrire, vous journalistes. S'ils ne parlent pas comment pouvez vous travailler; votre formation se limite à comment "critiquer Wade, votre prédident" c'est tout ce que vous sachez faire. Donc Monsieur le Président parle encore et davantages pour qu'ils se remplissent les poches.

3.Posté par fakha le 05/03/2010 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De toute façon c'est lui le prochain y a pas de doute

4.Posté par Ndongoly le 05/03/2010 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je vous apporte la contribution d'un Sénégalais dans le journal Burkinabé "LE PAYS" (lepays.bf) sur la levée des sanctions sur le Niger par wade

"LE PAYS" vous êtes un journal du pays des Hommes intègres que je lise chaque jour pour m’informer de l’actualité au Burkina Faso. Et lorsque j’ai lu votre article sur la position officielle du Pays de la Téranga, portée aujourd’hui par le Président Abdoulaye Wade, je ne pourrai pas ne pas donner une modeste contribution à ce sujet, tout en espérant qu’elle ne sera pas censuré. Le Président Abdoulaye Wade est un authentique Africain qui ne reçoit d’ordre des chancelleries occidentales, ni penser plaire les français ou américains. Abdoulaye Wade est un libérateur pour l’Afrique car il détruit les fondements de la domination des puissances sur chacun de nous. Il faut le dire très haut, jusqu’au moment ou j’ai entrain de mettre en ligne mon message, Abdoulaye Wade est le Président le Mieux élu démocratiquement en 2000 de toute l’Afrique, voir du monde occidental. Abdoulaye Wade ne cherche pas un Leadership en Afrique, il est le Leader de tous les leaders Africains du fait que le SENEGAL a la chance d’avoir des Hommes et des Femmes de qualités une lumière céleste unique dans ce monde qui les anime chaque jour. Cette lumière Céleste avait intégré très tôt l’honorable,l’intègre Burkinabé feu THOMAS SANKHARA que votre Président actuel a préféré le tue sauvagement sous les directives et l’appui du président français de l’époque. Alors que THOMAS SANKHARA était un visionnaire, un grand tacticien,doublé de courage et de détermination, qui dépasse de mille ans l’ensemble des Burkinabés. Il est regrettable de le dire le Burkina a raté le train de l’histoire, a raté une occasion unique pour une vrai indépendance, de l’esprit, de la mentalité, de l’économie, de système, de finance etc... Je ne cesse de regarder le dernier documentaire sur cet Homme, sa vie, son combat, sa philosophie nationaliste, son Amour profond pour la liberté et la conscience de l’homme noir. Le Président Absdoulaye Wade est de ce genre d’Homme. Wade maîtrise les enjeux mondiaux, géostratégies, géopolitiques, "géoéconomiques", "géoculturels," "géoreligieux", il a compris très tôt que ce monde est un monde de vitesse qui laisse pas de place au caméléon, de confiance en toi-même. c’est pourquoi il disait que je le cite :" la richesse de ma jeunesse vaut mieux que les milliards de l’étranger". C’est Wade qui a impulser les sept pays industrialisés à accepter la présence des dirigeants africains lors de leur sommet des chefs d’état, c’est lui-même qui est à l’origine du NEPAD,c’est encore lui qui a pose le droit de l’afrique de figurer parmi les pays qui ont le droit de veto à l’ONU. Revenons sur le Niger, la position de Wade est une position de réalpolik,vous savez mieux que moi que Tandian ne souffrira de rien quelque soit la situation dans le pays, d’ailleurs les dernières nouvelles nous indiquent que Tandjan est logé dans une résidence présidentielle de luxe, alors le pauvre nigérien se démerde pour son quotidien. Alors la question se pose à savoir. faut-il continuer à sanctionner un état sachant que celle-ci ne touchera pas les dirigeants. je vous dis clairement que je suis un progressiste, un farouche opposant de Wade sur le plan politique et sur certains dossiers nationaux mais néanmoins je reconnaît que Wade est un grand Président de la République du SENEGAL qui doit être une fierté pour l’Afrique.
http:// mametapha@gmail.com

5.Posté par le soliitaire le 05/03/2010 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mametapha, je ne savais pas que le sénégalais investissait dans l'exportation de tarés. J’ose espérer que ce n'est point congénital. Chers burkinabés, n’écoutez pas cet attardé mental. Que DIEU ait pitié de son âme.

6.Posté par rasmus le 07/03/2010 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

blaise le criminel est mal place pour critiquer notre president lui qui a tue son ami pour prendre le pouvoir au moins les militaires nigeriens ont epargne la vie a TANDJAN et alors les occidentaux qui soutiennet ce criminel de blaise ne parle pas de crime contre l humanite et lui ont confie dadis camara qui a essaye a sa maniere de defendre les interets de son pays Le probleme ce n est pas wade au moins lui il dit ce qu ilpense en bon africain

7.Posté par rasmus le 07/03/2010 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

president WADE faut jamais se taire l afrique vous écoute et veut que vous parliez quand vous aviez dit que vous n appartenez plus a la franmaconnerie aucun de nos leaders n a osez se positionner pour nous dire s ils sont dedans ou pas TANOR DIENG ET compagnies vous appartenez vous a quelle loge?Peut etre dans la meme que blaise et tandja

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site