leral.net | S'informer en temps réel

LIMOGEAGE DE AMARA TRAORE : Un entraîneur d'ici «fin mars» pour les lions

Les yeux rougis de Me Augustin Senghor et son visage en sueur témoignent de sa «longue» journée hier. Pendant plus de neuf tours d'horloge, les vingt-trois membres du Comité exécutif de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) se sont enfermés dans la grande salle de cette instance pour «évaluer» la participation du Sénégal à la Can 2012 où il a été éliminé dès le premier tour après trois défaites d'affilée. Et, suite à l'examen d'«un certain nombre de rapports», le Comité a pris la décision de se séparer de l'entraîneur national Amara Traoré et son staff. Â l'issue du conclave, Me Augustin Senghor est revenu sur les points saillants.


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Février 2012 à 22:12 | | 0 commentaire(s)|

LIMOGEAGE DE AMARA TRAORE : Un entraîneur d'ici «fin mars» pour les lions
«Sur la base de tous ces rapports, un débat serein a été mené, mais nous avons voulu aller en profondeur sur cette évaluation pour voir ce qui explique cette élimination prématurée à la Can qui a été un échec en termes d'objectifs qu'on s'était fixés, mais surtout en termes d'objectifs intermédiaires. Même si tout n'a pas été parfait dans l'organisation, dans la gestion financière et dans d'autres aspects, l'échec de cette compétition est d'abord et avant tout sportif. (...) L'entraîneur avait pour mission de nous emmener jusqu'en demi-finale et c'était une obligation contractuelle. (...) Après réflexion, nous avons donc décidé de mettre un terme à la collaboration avec l'entraîneur national et ses collaborateurs pour des objectifs qui n'ont pas été atteints. Mais également pour un certain nombre de manquements que nous avons constatés dans la durée de la compétition. Mais nous avons la volonté d'aller de l'avant. Nous avons tenu d'abord à informer de vive voix l'entraîneur national de ces questions. C'est le moindre respect qu'on lui doit. Nous lui avons même dit ce matin qu'il lui était loisible de venir présenter son rapport, mais il nous a dit que ce n'était pas nécessaire. Certainement, une lettre de confirmation suivra avec les motifs. Nous sommes en relation contractuelle avec des gens (...) qui doivent avoir la primeur des motifs pour lesquels ils n'ont pas été maintenus. Nous avons aussi appelé le ministre d'Etat pour lui informer de notre décision.

Un entraîneur d'ici a «fin mars»

Pour le remplacement du staff, le Comité exécutif a décidé de mandater le président (lui-même) avec les personnes dont il s'entourera. Parce qu'il est important de savoir que pour nous, il ne s'agit pas de tout effacer et de recommencer, mais de conserver les acquis dans la droite ligne de la politique que nous avons menée. Pour continuer à progresser et voir quels sont les profils qui peuvent nous permettre d'avoir un staff technique à la hauteur des attentes que nous n'avons pas pu atteindre pendant cette compétition, mais que nous sommes en droit d'attendre par rapport à un certain nombre de projets que nous avons réalisés. Pour cela, on s'est donné un délai jusqu'en fin mars pour finaliser. Etant entendu que d'ici fin mars, compte tenu des échéances futures et d'un futur proche, c'est un dead-line…(Il ne termine pas sa phrase).

Le staff de l'équipe olympique pour assurer l'intérim

La Fédération avait déjà programmé un match pour le 29 février et nous avons pensé qu'il est important que même si nous devons changer de staff, on puisse se mettre dans une logique de continuité et ce match sera maintenu avec notre Equipe nationale. Mais nous avons dit que les avantages des acquis que nous avons nous permettent d'avoir aujourd'hui des attelages qui sont là en permanence dans toutes les équipes. Et pour assurer un intérim, la logique voudrait qu'on se tourne vers les attelages existants, et celui qui est le plus concerné par les échéances à venir est l'équipe olympique qui est déjà en préparation. Pendant que nous étions encore à Bata, ses entraîneurs (Karim Sega Diouf et Aliou Cissé, ndlr) étaient ici en préparation avec l'équipe, et on s'est dit que le plus simple pour jouer ce match est de leur demander de pouvoir emmener cette équipe. Nous pensons que cela peut être une bonne chose car, souvent après des Can, surtout décevantes, il est difficile de remobiliser tous les joueurs de l'équipe A. Cela peut aussi être une bonne occasion pour les entraîneurs de lancer dans le bain certains jeunes joueurs qui sont déjà dans l’Equipe nationale A ou qui sont déjà à la porte. Cela leur servira de préparation pour l'échéance de qualification aux prochains Jeux olympiques qui nous paraît aussi importante. Et de mettre en chantier un nouveau départ après ce que je peux considérer comme un accident de parcours.

Redéfinition de la Mission du Dtn

Nous avons aussi pensé qu'il serait important de redéfinir la mission du Directeur technique national en rapport avec les textes qui le régissent, c'est-à-¬dire qu'il est chargé de superviser toutes les équipes nationales sous l'autorité de la fédération. Nous avons aussi pensé que pour le futur, il serait important de veiller à une meilleure implication de l'instance fédérale dans la gestion (...), parce qu'il n'y a pas eu qu'un échec sportif. Il y a d'autres constats qui nous ont poussés à la décision que nous avons prise et qui ne l'a pas été de gaieté de cœur. L'oeuvre de reconstruction implique des décisions qui ne sont pas toujours faciles, mais qui doivent être prises et assumées. Nous avons été témoins de quelques écarts de conduite de certains joueurs, soit pendant les matches, les hymnes nationaux ou au protocole de la Caf qui nous a valu des sanctions financières. Il y a à ce niveau un rappel pour une meilleure application, une application plus rigoureuse du règlement intérieur et des règles disciplinaires en Equipe nationale. Nous veillerons dans le futur, avec le staff qui sera en place que la fédération puisse prendre en main ces aspects.»

BILAL DIENG, MEMBRE DU STAFF DE AMARA «Des difficultés d'Une semaine ont fait oublier 2 ans de travail»

«Nous avons pris la décision avec beaucoup de philosophie, car toute mission a un début et une fin. On s'en remet maintenant à Dieu, car c'est aussi cela le sort d'un entraîneur. Il faut regretter que des difficultés d'une semaine fassent oublier la joie et le travail de deux ans. Si le Sénégal ne doit disputer qu'un seul tour pour les éliminatoires de la CAN 2013, c'est grâce à Amara. Mais nous espérons que ceux qui viendront réaliseront le miracle.»

Ferdinand Coly, le seul rescapé

Contrairement à Amara Traoré et ses adjoints, Ferdinand Coly a été maintenu à son poste de coordonnateur de l’Equipe nationale. «Les gens ont estimé qu'il n'y avait rien à lui reprocher. Il ne faut pas seulement sanctionner pour le plaisir de sanctionner», informe un membre du Comité exécutif.

Les adjoints restent à la Dtn

Les adjoints de l'entraîneur national Abdoulaye Sarr, Mayacine Mar et Samba Fall sont confirmés par cette mesure (le limogeage). Mais ils restent attachés à la Direction technique nationale comme membres. Ce qui n'est pas le cas d'Amara Traoré qui n'était pas membre de la Dtn.

obs






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image