leral.net | S'informer en temps réel

LUTTE – ABDOU DIOUF/TAPHA TINE, DIMANCHE A DEMBA DIOP : Deux colosses pour une place au soleil

Demain, dimanche 24 mai, la structure Manga 2 Production marque son retour dans la lutte avec frappe, après quelques galas en lutte traditionnelle, organisés au terrain Gaal-gi de Khar Yalla. Pour son come-back au stade Demba Diop, l’ancien «Roi des Arènes» a choisi d’offrir à deux ténors de la lutte qui, malheureusement, connaissent un énorme retard quant dans leur carrière. Abdou Diouf, deuxième l’année dernière derrière Holifield, lors de la seconde édition du Claf, et Tapha Tine, alias le «Géant du Baol», qui relève d’une défaite devant Bazooka de Mbour. Tous deux cherchent la réhabilitation, qui passe forcément par une victoire, demain. Ce gala, doté du Drapeau Koromack Faye, le grand Saltigué (voyant) de Saly.


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Mai 2009 à 02:39 | | 0 commentaire(s)|

LUTTE – ABDOU DIOUF/TAPHA TINE, DIMANCHE A DEMBA DIOP : Deux colosses pour une place au soleil
Le premier, Abdou Diouf, principal lieutenant de Lac de Guiers n°1, n’a connu que deux défaites, trois au plus, dans une carrière qui avoisine les dix ans. Pourtant, il tarde à s’affirmer parmi les jeunes qui dominent l’arène, malgré un gabarit impressionnant et un registre technique très varié, qui n’a rien à envier aux lutteurs les plus talentueux de l’arène. Il a eu, certes eu quelques démêlés avec la justice, qui l’on éloigné de l’arène, un temps, en plus d’une période sabbatique qu’il avait décidé d’observer.
Se réhabiliter, après «Holifield»

Son retour, le «Lion du Waalo» l’a marqué par des succès sans équivoque, face à Ouza Sow de Fass et Khadim Ndiaye n°2. Malheureusement, pour lui, son élan à été brisé par le puissant Soulèye Dop alias «Holifield», lors de la dernière journée du Claf, Saison 2. Demain, il voudra prouver à ses supporters que le tombeur de Gris Bordeaux qu’il est a encore les moyens de rebondir. Il l’a dit à son adversaire, la semaine dernière, à l’occasion de la signature de contrat. «Ce qui se fait ici (à ladite signature), n’est que du folklore. Le véritable combat, c’est dimanche prochain et tu verras ce que je ferai de toi. Les adversaires que les battus sont sans commune mesure avec toi».

Le mot est lâché, et c’est suffisant pour mettre l’enfant de Réfane dans tous ses états. Distribuant une dizaine de coups en l'air, avant de faire face à son adversaire, Tapha Tine lance : «Je ne me soucie point des lutteurs que tu as battus. Ce qui m’intéresse, c’est que nous soyons l’un face à l’autre, dimanche. Ainsi, on verra qui de nous deux est le plus prêt». Les défis lancés, il ne reste plus qu’à se faire face, dans une enceinte d’un stade Demba Diop qui, à coup sûr, va refuser du monde.

Abdou Diouf, c’est le lutteur le plus craint de sa génération, ce qui explique les difficultés que les promoteurs éprouvent à lui trouver un adversaire. Deux victoires contre Ouza Sow, d’autres succès face à «Ambulance», Ousmane Diop etc. on fait de l’héritier de Mohamed Aly un des plus sérieux prétendants au titre de «Roi des Arènes», dans les années à venir. Toutefois, il lui faudra confirmer tout son talent, car Dieu sait qu’il en a à revendre. Doté d’une réelle puissance physique, ce colosse qui taquine les 2 mètres, n’en est pas moins un pur produit des Mbapattes, ce qui explique ses bonnes dispositions techniques, et sa frappe a déjà envoyé plusieurs adversaires «Chez Ardo» (comprenez la commission médicale du Cng).

Oublier «Bazooka»

Mais la tâche ne sera pas de tout repos pour le «Waalo-Waalo», qui fera face à un Tapha Tine qui digère mal sa récente défaite devant Pape Touré «Bazooka». Promis à un bel avenir, en raison surtout de son gabarit impressionnant, Tapha Tine, qui n’avait jamais connu la défaite au coup d’envoi du Claf de Gaston Production, était donné comme potentiel vainqueur de ce tournoi. Hélas, on se souvient qu’il avait perdu ses deux premiers combats, face à Issa Pouye et Lac de Guiers n°2. C’est à sa troisième sortie qu’il a fait parler sa classe et sa puissance, en déracinant Yékini Jr. Il s’est ensuite offert Boy Sèye, avant sa déroute devant «Bazooka. Et pour redimensionner sa carrière, Tapha Tine a fondé sa propre écurie, «Baol Mboolo», et s’est doté d’un nouveau staff, où on retrouve un préparateur physique, ancien champion militaire, en la personne d’Omar Diagne «Omez».

Pour lui, comme pour Abdou Diouf, ce sera le combat pour la réhabilitation, mais aussi celui qui doit les confirmer dans la cour restreinte des lutteurs qui négocient leurs cachets en terme de trentaine de millions. Signalons, enfin, que ce gala doté du Drapeau Koromack Faye, le «sorcier qui fait des démonstrations en direct à la télé», sera présidé par Cheikh Mouhamadou Mbacké Noreyni, alias «Général Kara», guide spirituel mouride et fondateur du Mouvement mondial pour l’Unicité de Dieu. Il compte, à cette occasion, lancer un message en direction de la jeunesse.






Hebergeur d'image