Leral.net | S'informer en temps réel

LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE L’Italie met 20 milliards sur la table

Rédigé par leral .net le 11 Avril 2010 à 21:40 | Lu 2023 fois

Trente millions d’euros, c’est la somme que la Coopération italienne a mis à la disposition du Gouvernement sénégalais pour l’appuyer dans sa lutte contre l’émigration clandestine et le sous emploi. Ce projet, d’une durée de trois ans, est orienté vers les émigrés légaux qui désirent rentrer et les Sénégalais résidents. Une manière les fixer au terroir. Le transport et le commerce sont exclus du financement.


LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE L’Italie met 20 milliards sur la table
Une épine est enlevée du pied de l’Etat sénégalais. La coopération italienne est venue à son secours dans sa lutte contre le sous emploi et l’émigration clandestine, en débloquant la somme de 30 millions d’euros (environ 20 milliards de francs CFA). « Cet argent est destiné à financer les projets des Sénégalais vivant en Italie en situation régulière et qui veulent investir dans des projets porteurs d’emplois au Sénégal », nous dit El Hadji Mama Kassé, le Président de la Fédération des associations sénégalaises du nord de l’Italie.
Ce projet s’inscrit dans la même ligne que celui lancé par le Gouvernement espagnol en 2005 et tendant à maintenir les Sénégalais dans leur terroir. Toutefois, on note une certaine lenteur dans son déroulement. En effet, vingt cinq projets venant d’Italie dorment dans les tiroirs de la commission d’attribution depuis le début de l’année. Or, leur financement aurait pu constituer un déclic puisque les Sénégalais vivant au pays sont également ciblés.
Les critères de sélection reposent sur le nombre d’emplois qui seront créés. Les soumissionnaires peuvent être des Groupements d’intérêt économiques (GIE), des regroupements de personnes ou des individuels. Cependant, « ils devront déposer comme garantie du projet, soit un terrain ou une caution bancaire, attestant de leur solvabilité », précise monsieur Kassé. La commission chargée d’attribuer les financements est composée du ministère des PME et de la micro finance, de la Coopération italienne, des institutions de micro – finance, des banques et du ministère des Sénégalais de l’extérieur. La durée du projet est de trois ans. Les crédits sont remboursables sur une période de cinq ans avec un différé d’une année.
Selon le président de la Fédération des associations sénégalaises d’Italie, « tous les types de projets sont éligibles sauf ceux qui interviennent dans le domaine du transport et du commerce ». Les financements peuvent aller d’un à trente millions de francs pour les petits projets et de trente à trois cents millions pour les Petites et moyennes entreprises (PME). Cependant, précise El Hadji Mama Kassé, « la priorité est accordée aux femmes, si elles sont porteuses de projets générateurs d’emplois ». L’intérêt avec cette nouvelle initiative du Gouvernement italien, c’est que « l’émigré conserve son permis de séjour ». Ce qui n’était pas le cas jadis.
Aujourd’hui, on dénombre prés de 80 mille sénégalais en situation régulière en Italie. La grande majorité de ces Modou – Modou, plus de 80 %, vivent dans le Nord de l’Italie, réputé être plus industrialisé. En plus, il faut compter aussi entre trente et quarante mille immigrés clandestins. Raison pour laquelle, note notre interlocuteur, « le Gouvernement de Berlusconi qui a durci les procédures de régularisation, a pris cette nouvelle option ».
La Fédération des associations sénégalaises d’Italie regroupe une trente d’associations. Elle vient de créer, il y a un mois, une Fondation dont le but est « d’aider les Sénégalais d’Italie dans leur insertion dans le tissu économique et de les orienter ». Elle cherche également à promouvoir l’emploi en poussant « les entrepreneurs italiens à investir au Sénégal ».
africanglobalnews.com


1.Posté par diagne le 11/04/2010 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la meme somme a ete debloquee par les espagnoles pour aider les emmigres en situation IRREGULIERE mais les rapatriments se font tous les jours et arrive a l'aeroport les rapatries reçoivent 10.000 FCFA (15€)
dommage

2.Posté par Sutura le 12/04/2010 04:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le peuples, presque tous les peuples, de tout temps, ont toujours été victimes de leurs dirigeants. Pour le cas du Sénégal, hier c'était l'Espagne, aujourd'hui c'est l'Italie et demain qui sait, peut-être un autre pays. Les propositions défilent et les problèmes demeurent.

Tous complices à quelque exception près, nos dictateurs régnants sont tour à tour assassins de l'espoir de leurs propres peuples, voleurs des biens destinés au progrès de tous et comploteurs devant l'Éternel, qui ne ratent aucune occasion de s'enrichir eux-mêmes au détriment de la majorité de leurs peuples qui croupissent dans la misère, au nom d'un certain libéralisme autorisant les uns de s'en mettre pleines les poches, pour venir narguer les autres et contempler mourir du manque.

Sutura ne croit pas quant à lui, que la question soit celle de savoir comment faire pour que les Africains retournent en paix vivre chacun dans son pays, mais plutôt, pourquoi sont-ils obligés de partir en masse de chez eux, contre vents et marrées, au risque de leur vie? Pourquoi partent-ils à tout prix et quels que soient les risques qu'ils encourent sur les mille et un circuits qu'ils empruntent et qui sont tous périlleux ?

Si nous promenons un petit miroir rétrospectif sur notre histoire récente, nous constatons aisément que la presque totalité de ceux qui vendent l'Afrique sous prétexte qu'ils la dirigent, ont fait école dans ces pays qui refusent à nos pauvres d'y séjourner ne serait-ce que temporairement. Il s'y ajoute, que ce sont ces mêmes dirigeants qui se servent du pouvoir qu'ils ont entre les mains, pour piller l'Afrique avec la complicité des occidentaux.

C'est dans ces mêmes pays qu'ils envoient étudier, leur progéniture qui demain viendra les remplacer, tant et si bien que voici, le serpent se mord désormais la queue de sorte que le pauvre restera pauvre ad vita eternam, tandis que les tenants du pouvoir passeront toujours le relais à leurs propres enfants, afin que rien ne change de rien.

Pourtant, la même histoire nous enseigne qu'il faut parfois oser aller au loin chercher fortune: jusqu'en Chine, s'il le faut. Si l'Amérique est ce qu'elle est aujourd'hui, c'est parce que les Européens, dans une espèce de chasse aux sorciers, ont déporté en masse tous ceux qu'ils appelaient les aventuriers, dans ce vaste continent pour purifier les mœurs de chez eux à un moment donné de leur histoire. C'était, de façon insoupçonnée une espèce de purification ethnique proche du génocide, pour des raisons purement et simplement économiques.

Dans leur générosité, Dieu et l'histoire ont béni ces "déportés" et de leur sort, en ont décidé autrement. C'est ce pays "goulack", de jadis, qui aujourd'hui dirige le monde, au grand dam des destructeurs des peuples et de nos jours, c'est presque permis de dire que la chance peut aussi se trouver au bout de l'aventure. Ce ne sont pas nos anciens colonisateurs, ni les immigrants d'origines diverses, ni mêmes les vrais errants , qui diront le contraire.

Et puis, ces milliards que débloquent ces pays pour faire rapatrier les indésirables Africains de chez eux, demain retrouveront leurs tiroirs-caisses comme d'habitude et l'on recommencera, ne vous en faites pas. C'est tout juste un drôle de commerce triangulaire dans lequel notre peuple est un simple objet de trafic, tandis que les deux complices que sont les gouvernements impliqués, sont les seuls bénéficiaires: non, les deux dirigeants qui n'ont jamais assez de faire souffrir leurs peuples en les trompant constamment par ces palliatifs artificiels n'ayant rien d'une vraie recherche pérenne de solutions, au vrai et persistant problème des mêmes peuples

God save Africa !

Mais tous les deux, trafiquants du désespoir des peuples, ne perdent rien à attendre.Il a été souvent dit que c'est toujours le peuple qui aura le dernier mot, lui et le temps.

3.Posté par ANCIEN SOLDAT le 12/04/2010 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI SUTURA DE VOTRE CONTRIBUTION. DOMMAGE L'AFRIK ET VICTIME DE CES DIRIGENTS. (exemple) WADE ET FAMILY...

4.Posté par Bozz le 12/04/2010 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malgré tous les efforts déployer, ce phénomène persiste;
Ce sera un problème conjoncturelle.

5.Posté par abdou rahmane fall le 12/04/2010 19:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

croyez chers lecteurs l'europe n'est plus l'europe des annees 1999 a 2005.. les choses ont trops changee ici maintenant c'est plutot la galere mais je prefere la galere d'europe que le malheur de vivre au senegal je suis souvent a dakar avec les coupures d'electricite interminables... les moustiques. le paludisme. la colera. la tuberculose. j'en passe ici au moins les soins medicaux sonts gratuite l'ordonnance et toujours payee par les assistentes sociale du quartier ou tu vit quand tu n'a pas les possibilites l'ors de mes sejours a dakar j'ai vue comment le paludisme fait ravage a dakar vraiment c'est graves il y'a trops de mouches a dakar et de moustiques yo.. trops de dechees a la rue et les chaleurs et inhumains il y'a pas une personne qui peut supportee tels chaleurs je note que nous les habitants de la medina gueule tapee - fass delorme karim wade l'imbecile nous a quitter les plages vendu a des hotels... il nous reste un sale plongeoir devant la cour de cassation moi je me deplace jusqu'a n'gor ou virage pour aller a la plage taxi y compris 6000 francs aller et retour le pauvre senegalais y souffre le plus vraiment ont croyez que diouf et le parti socialiste etait mauvais mais enfin wade et le pire reste a venir avec abdoulaye wade et sont fils karim meissa wade je merappel dans les temps ont tiree les bouteilles de boissons grands format a la mer du thon du tak gaal du guinarou guedj sur le feu de bois au terrou -bi la brise nous rentree au poumons on n'a eu une jeunesse d'or tellement que c'etait trops beaux vivre a dakar en ce moment et un cauchemar sauvezdu senegal actuel votre qualite de vie sera garantie et celle de progenitures

6.Posté par robert alain lipothy,president de l association des rapatrié le 01/05/2010 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l initiative italienne est tres appreciable,seulement la question que je pose c'est celle de savoir,pourquoi ces aides ne sont pas directement aux associations?

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site