leral.net | S'informer en temps réel

LUTTE: Papa Sow corrige Bathie Seras et montre la voie à Gris Bordeaux

Bathie Séras a joué gros et a perdu face à un lutteur qui l’a dominé du cap à la cheville. Pour nombre d’amateurs, de techniciens et de simples observateurs, la victoire de Papa Sow est plus que logique tant les forces en présence étaient trop inégales. Ce triomphe a été fêté par les supporters de Fass qui y voient un signe du destin en direction de la prochaine sortie de Gris Bordeaux.


Rédigé par leral.net le Lundi 20 Juillet 2009 à 15:19 | | 0 commentaire(s)|

LUTTE: Papa Sow corrige Bathie Seras et montre la voie à Gris Bordeaux
Sacré Papa Sow ! Il n’a certes pas réinventé la roue face à Bathie Séras. Néanmoins, il a repris à son compte le vieil adage « on ne change pas une équipe qui gagne » pour en faire « on ne change pas une stratégie qui gagne ». Et comme à son habitude, il a littéralement marché sur son adversaire, proprement malmené et qui a dû recourir aux ... sacs pour abréger sa souffrance. Il est vrai que la supériorité de Papa Sow était trop manifeste et par moment, on a craint le pire. Dominé de la tête et des pieds, Bathie Séras a usé parfois d’expédients pour retarder l’échéance. Cette stratégie a fait durer un combat qui, par moments, a pris les allures d’une correction pure et simple.

Pour le 20e combat de sa carrière (16 victoires et 4 défaites), Papa Sow a passé, comme qui dirait, une après-midi tranquille face à un Bathie Séras qui a raté son retour. Une défaite qui « encombre » sa colonne « Passif » de sa carrière d’une 6e défaite. Comme « Actif », il comptabilise 5 victoires et 1 nul.

19H 16 minutes. Papa Sow et Bathie Séras après avoir sacrifié aux derniers préparatifs au milieu de l’aire de combat, se font face. Le traditionnel round d’observation est mis à profit par chacun des deux antagonistes pour se faire une idée des intentions de l’autre, affûter une stratégie, imaginer une parade tout en restant sur ses gardes. Il est vrai l’enjeu du combat est très important pour chacun d’entre eux. Mais sans doute plus pour le Fassois qui doit ramener la sérénité dans son camp à une semaine de la sortie plusqu’importante de son coéquipier Gris Bordeaux face au « roi » des arènes. En lieu et place d’une pression qu’un tel défi pouvait lui créer, Papa Sow a paru très concentré sur son sujet face à un Bathie Seras un peu trop libéré. Sans doute une stratégie pour dérouter l’adversaire afin d’arriver à ses fins. Mais force est de constater qu’il n’y est pas arrivé. Et l’on peut dire qu’il a même été pris de court par son vis-à-vis qui a déclenché les hostilités après avoir pris la mesure. Et c’est une rafale de coup qui s’ abat sur le Pikinois sauvé par les sacs. C’est l’action d’envergure de cette première séquence du combat.

A partir de cet instant, Papa Sow entre dan son élément, contrôle le combat et le mène à sa guise. Cependant, il a manqué de promptitude et de réaction après une série de coups administrés à son adversaire qui avait complètement perdu le Nord. Pour peu que le Fassois eut fait preuve d’un peu de vigilance et de promptitude, le combat aurait été scellé dès la seconde séquence. Le combat tire donc en longueur. Bathie Seras s’accroche alors que Papa Sow, toujours très en verve, se livre à son jeu favori de l’après-midi : l’offensive à outrance. Résultat des courses : le Dr Ardo est mis à contribution par les deux lutteurs dont les accrochages ont laissé des séquelles. Bathie Seras en a souffert le plus avec une blessure à la main gauche. Un handicap qui l’a quelque peu diminué mais le frangin de Ouza Sow n’en a cure et de siffler la fin de la récréation à la 3e séquence après un corps à corps violent, fatal à Bathie Seras proprement foudroyé et qui s’est affalé de son long sur le sol, groggy. Papa Sow venait de signer la 16e victoire de sa carrière. Un triomphe bruyamment fêté par les inconditionnels de l’écurie Fass qui y voient un signe du destin en prévision de la sortie, le week-end prochain, du successeur désigné de Moustapha Guèye, le 2e « Tigre » de Fass qui joue sa dernière saison.

Lever de rideau

Les lever de rideau de ce choc ont permis de vivre des moments palpitants avec des espoirs qui ont montré de réelles dispositions à la lutte. Les vedettes du jour ont été Tabarn N°2 de l’Ecurie Légoubui, Lac Rose de Fass qui a peint en ... rose Ronaldo de Lébougui, Thialawer de l’écurie Amou Séral qui a administré une véritable leçon à l’américain à ... Américain (Ecurie Lébougui) et enfin Drogba (Ecurie Pikine) qui a déjoué la vigilance de Zazou Ndiaye N°2 pour remporter le gain du match.

L’autre temps fort de cette journée organisée par le promoteur Papa Mbengue, a été la très belle prestation des troupes de « ndawrabine » qui ont revisité le riche folklore lébou, le ballet féerique présenté par des rameurs répartis dans cinq pirogues posées à même le gazon avec fort coups de pagaies. Toute cette ambiance a été bénie par la grande prêtresse dont les incantations protectrices ont servi à éloigner les mauvais esprits de cette manifestation qui a enregistré un grand succès au double plan sportif et folklorique.

SAMEDI A IBA MAR DIOP : Double Less 2 surprend Aliou Mané

L’Ecole de Lutte Balla Gaye est resté dans la dynamique de victoire avec le triomphe de Double Less face à Aliou Mané (Boul Falé). Une victoire qui efface le revers subi par la tête de file de l’ELBG, Balla Gaye 2 face à Eumeu Sène, le 8 février dernier au stade Demba Diop.


Babacar S. FAYE
Source Le Soleil






Hebergeur d'image