leral.net | S'informer en temps réel

LUTTE – TFM S’OFFRE A LUC NICOLAÏ POUR SUPPLANTER 2STV : Est-ce la guerre des télés ?

A la suite de notre article faisant état de la colère des Mbourois de ne pas recevoir le signal de la chaîne de télévision «2STV» (Cf. Rewmi quotidien n°502 du mardi 23 novembre 2010), une de ses concurrentes, «TFM» en l’occurrence, est accourue auprès du promoteur Luc Nicolaï, partenaire de la télévision d’El Hadj Ndiaye, non pas «pour offrir ses bons offices», mais plutôt «pour offrir ses services». Et pour convaincre le Mbourois que la chaîne du nouveau magnat de la presse sénégalaise, Youssou Ndour, avec sa nouvelle émission «Roffo» est en mesure de faire mieux que «Bantamba», on lui propose un blanc seing, pour ne pas dire un chèque à blanc. «Dites ce que vous voulez et nous le ferons».


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Novembre 2010 à 17:27 | | 0 commentaire(s)|

LUTTE – TFM S’OFFRE A LUC NICOLAÏ POUR SUPPLANTER 2STV : Est-ce la guerre des télés ?
Après la polémique du faux débauchage de l’animateur Bécaye Mbaye, qui avait opposé TFM à 2STV, c’est un autre front qui risque de s’ouvrir entre les deux télés. Sitôt notre article sorti, évoquant la grogne des membres de l’Association des amis de la lutte dans la Petite Côte, qui s’élèvent contre l’absence du signal de la 2STV dans leur localité, le directeur général de la TFM, Moustapha Diop, principal artisan de la collaboration entre Luc Nicolaï et 2STV, du temps où il était directeur des programmes de ladite télé, a pris son téléphone pour offrir ses services au Mbourois, au cas où la 2STV n’honorait pas ses engagements. Et pour mieux appâter le promoteur, aucun cahier des charges ne lui est proposé. On lui a simplement fait comprendre que «nous sommes disposés à satisfaire toutes vos demandes».

Pour ce faire, il faudra d’abord s’assurer d’une couverture nationale effective. Pour l’instant, seule la télévision nationale est censée arroser l’ensemble du territoire national et, à un degré moindre, 2STV et RDV. Mais ce n’est qu’une question d’investissement et Youssou Ndour semble disposé à bien équiper sa télévision afin d’atteindre ses millions de fans disséminés à travers toute l’Afrique. On fait d’ailleurs remarquer que «c’est surtout à cause de ce contrat avec Luc Nicolaï & Cie que 2STV a implanté des antennes relais à travers plusieurs régions».

Ensuite, il s’gira d’avoir une bonne émission –et pas dans le style Roffo avec ses quatre animateurs qui se bousculent au micro– et un temps d’antenne suffisant. Mais, pour l’heure, El Hadj Ndiaye est seul détenteur des droits de diffusion des galas de Luc Nicolaï & Cie, et cela jusqu’à dénonciation du contrat. Ce qui ne saurait être effectif que sur la base de manquement aux engagements souscrits. Attendons donc le 1er décembre, date d’entrée en vigueur dudit contrat, mais surtout le gala du 18 décembre à Mbour, qui verra s’affronter Pakala et Boy Nar.

Déjà hier, au moment où nous rédigions ce texte, on nous a signalé la présence des techniciens de 2STV à Mbour avec, dit-on, «beaucoup de matériels pour réparer les émetteurs». Comme quoi, chez El Hadj Ndiaye aussi, on ne laisse pas les choses trainer et on ne lésine pas sur les moyens.
Les opérateurs de téléphonie aussi

Aux côtés des chaînes de télévision qui se sont bousculées en ce début de saison aux portes du promoteur mbourois (RTS, 2STV, TFM), les opérateurs de téléphonie mobile aussi veulent jouer leur partition. Pendant plusieurs années (depuis Tyson/Fadam, en 2002), c’est «Tigo» (publicité gratuite) qui accompagne toutes les manifestations de Luc Nicolaï comme sponsor principal. Mais, il y a deux semaines, le Mbourois aurait reçu des propositions du dernier venu des mobiles, «Expresso» (pg) en l’occurrence, avec des offres mirobolantes. Hier, mardi 23 novembre 2010, «Orange» (pg), partenaire privilégié de Gaston Production, est entré dans la danse pour rafler la mise. Et quand on connaît la surface financière de ce groupe, il y a lieu de croire qu’il pourrait devenir la seule téléphonie en activité dans la lutte, eu égard à son important budget de communication.

Comme quoi, le promoteur ne perd rien au change, surtout quand ce sont les meilleurs, «aux reins sont les plus solides» qui sollicitent sa collaboration. Qui disait que la lutte ne rapporte rien aux promoteurs ? Si, à la guerre des télés, s’ajoute celle des sponsors, c’est tout bénef pour la lutte sénégalaise avec frappe.

SERIGNE MOUR DIOP rewmi






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image