leral.net | S'informer en temps réel

LUTTE – YEKINI/GRIS BORDEAUX, DIMANCHE A DEMBA DIOP : L’arène retient son souffle !

Ce dimanche 26 juillet, la lutte sénégalaise avec frappe pourrait opérer un virage à 180 degrés, avec le face-à-face Yakhya Diop Yékini/Ibrahima Dione dit «Gris Bordeaux». Invaincu pendant 11 bonnes années, Yakhya Diop, le lutteur originaire de Bassoul (île de la Petite Côte), doit faire face à un jeune lutteur, puissant et pétri de qualités, et qui baigne dans une ambiance toute particulière. Gris Bordeaux, en effet, est en passe de succéder à Moustapha Guèye à la tête de l’écurie de Fass, et un succès face aux «Roi des Arènes» serait la consécration de son prochain titre de «3e Tigre de Fass». L’enfant de Thieurigne réussira-il là où Bombardier, Tyson, Tapha Guèye et Balla Bèye n°2 ont mordu la poussière? Réponse demain au stade Demba Diop.


Rédigé par leral.net le Dimanche 26 Juillet 2009 à 01:55 | | 0 commentaire(s)|

LUTTE – YEKINI/GRIS BORDEAUX, DIMANCHE A DEMBA DIOP : L’arène retient son souffle !
L’arène retient son souffle, et c’est vraiment le cas de le dire, car entre Yakhya Diop Yékini et Gris Bordeaux, tout semble pouvoir arriver. Le premier cherche à préserver une invincibilité qui dure depuis 11 ans (1998-2009), malgré 17 sorties contre les meilleurs lutteurs sénégalais de cette décennie. Le second, beaucoup plus jeune, s’est taillé des habits de grand et veut s’ériger en digne héritier de la longue tradition de Fass. Après surtout la retraite de son leader, Moustapha Guèye, atteint par la limite d’âge. Comment pourra-t-il déraciner ce champion qui en a dompté plus d’un ?

Impérial en lutte traditionnelle, entre 1995 et 98, remportant les différents trophées mis en compétition, dont la première édition du Drapeau Ndef Leng, Yékini a buté, pour la première fois de sa jeune carrière, sur un Zale Lô au sommet de son art, en 1996, lors du Drapeau du chef de l’Etat organisé à Fatick. C’est d’ailleurs la dernière défaite subie par l’enfant de Bassoul. On retiendra que, ce jour-là, Zale Lô avait été amené par le staff de l’écurie de Fass. Deux ans plus tard, il fait irruption dans la lutte avec frappe et commence à marquer son territoire, parallèlement à une bonne carrière en lutte olympique (médaillé d’argent aux Jeux africains de Jo’burg, en 99).

Kadd-gui, Modou Pouye n°2, Pape Cissé, Mor Nguer, Mohamed Aly, Khadim Ndiaye (2 fois), Baye Fall, Lac de Guiers n°1, Balla Bèye n°2 (3 fois), Serigne Dia «Bombardier» (2 fois), Mor Fadam, Mohamed Ndao Tyson, tombent tour à tour devant le protégé d’Amadou Katy Diop. Il a fallu un autre Fassois, Moustapha Guèye en l’occurrence, pour contraindre l’ancien champion d’Afrique au nul. Un match nul qu’il digérera difficilement d’ailleurs, convaincu qu’il est que, si l’adversaire n’avait pas fuit les débats, il l’aurait battu. Demain, il fera encore face à un lutteur de l’écurie de Fass et devra méditer ses confrontations passées avec les sociétaires de cette entité.

Puissant sur le plan physique, phénoménal dans la maîtrise technique de la lutte et excellent boxeur, Yakhya Diop a suffisamment d’arguments pour vaincre n’importe quel adversaire. Toutefois, comme tout sportif, il a ses qualités et ses défauts. Apparemment très nerveux, il peut se laisser emporter par les provocations qui ne manqueront certainement pas, et qui ont du reste commencé depuis la cérémonie de signature de contrat, quand il a été obligé de dégainer une arme et de tirer en l’air, suite à des invectives de la part des supporters fassois.

Mais ce n’est pas la seule faiblesse de Yékini. Il ne semble pas très patient et se plonge, des fois, dans des attaques très hasardeuses, comme ce fut le cas contre Lac de Guiers n°1, où il s’est retrouvé dans une position très inconfortable. Comme encaisseur aussi, on peut trouver mieux, car on se souvient de sa seconde confrontation avec «Bombardier», quand il titubait sous la puissance des coups du Mbourois. Il suffisait à ce dernier d’enchaîner la frappe pour l’envoyer à terre.

Toutes ces failles, les techniciens de Fass ne devront pas manquer d’en tirer le meilleur profit. Aussi, recommanderont-ils à leur lutteur d’aller au front, de le provoquer et de déclencher la bagarre. Naturellement, si Gris veut atteindre son adversaire, il lui faudra accepter de prendre des coups, car Yékini a une meilleure allonge et maîtrise parfaitement l’art de la boxe. Il y a aussi que Yakhya n’a plus la jeunesse de ses 25 ans et son poids peut constituer un handicap, tout comme un combat trop long pourrait le vider de toute substance. Aussi, Gris Bordeaux gagnerait-il a beaucoup se déplacer, à faire bouger Yékini, afin de le vider. Mais il faudra, également, que lui aussi tienne le coup de l’endurance.
Quant au Fassois, sa fougue de jeunesse peut être son pire adversaire. Il devra tempérer son ardeur, bien réfléchir à ses attaques et, surtout, ne pas trop craindre la bagarre. Car c’est là seulement qu’il pourra pousser Yékini à l’erreur, comme ce fut le cas contre «Bombardier». Mais Gris Bordeaux n’est pas un novice et ne manquera pas de bénéficier de la vision de Moustapha Guèye. Des succès de grande valeur, il en a obtenus, lui aussi, pour avoir battu Khadim Ndiaye n°2, Antoine Bakhoum (ancien lieutenant de Yékini), Eumeu Sène, Tyson Jr etc. Il a été vaincu, à ses débuts, par Samba Diagne et Abdou Diouf du Waalo et, récemment, par Balla Bèye n°2. Gris a également connu un combat sans verdict, face à Baye Mandione.

D’autres combats, qui entrent dans le cadre du Claf 2009, sont prévus en marge de cette grande affiche. Ce qui ajoutera du piquant à ce gala du 26 juillet.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image