leral.net | S'informer en temps réel

La Bagarre vire au drame…Le chauffeur de bus Tata donne un coup mortel au client

Une rocambolesque affaire a été jugée, hier, devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Un chauffeur de bus Tata a été mis au banc des accusés pour avoir donné un coup mortel à un client qui avait refusé de payer son transport. Il risque deux ans de prison ferme. L’affaire est mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 09 juin prochain.


Rédigé par leral.net le Samedi 14 Mai 2016 à 03:56 | | 1 commentaire(s)|

La Bagarre vire au drame…Le chauffeur de bus Tata donne un coup mortel au client
Chauffeur de bus Tata de profession, Cheikh Ibrahima Fall a comparu, hier, devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour répondre du délit de coup mortel. S’agissant des faits, au courant du mois d’octobre 2015, les gendarmes ont été informés d’une vive altercation à l’issue de laquelle un individu est resté inerte sur la chaussée. Interrogé sur les faits, Cheikh Ibrahima Fall, chauffeur de bus Tata (Ligne 66) a informé que la victime, Alassane Thioye et son ami sont entrés dans son bus et ont refusé de payer le transport. C’est ainsi que chaudes empoignades ont éclatées entre la receveuse, Fatou Sarr, et ces derniers. Lorsqu’ils sont descendus du bus, le chauffeur est aussi descendu pour s’en prendre aux deux garçons. Les témoins qui étaient présents ont déclaré que le chauffeur a donné un coup de poing à Alassane Thioye et ce dernier est tombé inerte. C’est sur ces entrefaites que le chauffeur a continué son chemin avant d’être arrêté quelques mètres par un gendarme en faction sur la route qui mène à Sangalkam. Le gendarme a donc récupéré les papiers du chauffeur avant de lui demander des explications sur les faits. Sur ce, Cheikh Ibrahima Fall déclare : « Lorsque je les ai entendu en train d’échanger avec la receveuse, Fatou Sarr, je suis intervenu pour leur demander de payer le transport. C’est ainsi que la bagarre a éclaté. Sur ce, j’ai poussé Alassane Thioye et il est tombé. Je l’ai vu en train de vomir ». Sur la question de savoir pourquoi il ne s’est pas arrêté pour s’enquérir de la situation du sieur Thioye, le chauffeur rétorque : « Je ne me suis pas arrêté parce que tout simplement il était ivre. C’est en cours de route que j’ai été interpellé par un gendarme qui a pris mes filiations. Malheureusement, j’ai appris plus tard qu’Alassane Thioye a succombé de ses blessures. Je dois vous dire que je ne l’ai pas frappé ».
La partie civile réclame un milliard au chauffeur
Entendue, hier, par les juges, la mère de la victime a déclaré que le médecin lui a dit que son fils a fait un choc et il a une hémorragie interne. « C’est à l’hôpital que j’ai vu mon fils et le médecin m’a décrit les blessures qu’il avait au niveau de sa tête. Il est décédé quelques jours après », narre-t-elle. Pour sa part, l’avocat de la partie civile soutient que cette affaire très grave. Car, dit-il, le mis en cause a violemment poussé Alassane Thioye et il est tombé. « Il a eu un choc et le certificat de genre de mort atteste que la victime est décédée des suites d’une hémorragie interne, traumatisme crânien, etc. Ce jeune est parti à la fleur de l’âge parce qu’il n’avait seulement que 31 ans. Ses parents comptaient beaucoup sur lui parce que c’était un soutien de famille », a indiqué la robe noire. Ainsi, demande-t-elle au tribunal de reconnaître le prévenu coupable. « Tous les milliards du monde ne sauraient apaiser la souffrance de la mère de la victime. Cependant, nous réclamons un milliard de nos francs », ajoute l’avocat.
De son côté, le procureur a soutenu que les faits sont constants mais ce qu’il faut retenir, c’est que le mis en cause n’a jamais eu l’intention de tuer. « Il faut également retenir qu’il y a eu un contact physique et c’est à la suite de ces faits qu’il est décédé. Je vous demande donc de le déclarer coupable et pour la répression de le condamner à 2 ans de prison ferme », a déclaré le maître des poursuites. Dernier intervenant dans cette affaire, l’avocat de la défense a révélé qu’il est constant que la victime était malade et c’est sa mère qui le dit. Il est diabétique et malgré tout cela, il était alcoolique. S’agissant des faits, poursuit-il, c’est la malchance qui a conduit son client devant la barre du tribunal. Parce que, son intention était simplement d’essayer de faire régner l’ordre. C’est pourquoi, il a demandé à ce que la clémence du tribunal soit accordée à son client. L’affaire est mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 09 juin prochain.

rewmi.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image