Leral.net | S'informer en temps réel



La CEDEAO appelle à éviter « la prise en otage » de la transition au Mali par la junte

le 19 Mai 2012 à 12:42 | Lu 41341 fois

La CEDEAO appelle à éviter « la prise en otage » de la transition au Mali par la junte
Le président du conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’0uest (CEDEAO), l’Ivoirien Daniel Kablan Duncan a appelé vendredi à Abidjan l’organisation sous régionale à prendre des « options » pour éviter « la prise en otage » de la transition politique au Mali par la junte militaire.« Il nous faut déterminer les options que notre organisation pourrait prendre pour éviter la prise en otage de la transition politique au Mali », a déclaré Daniel Kablan Duncan à l’ouverture d’une réunion extraordinaire du conseil des ministres de la CEDEAO.La junte militaire a rejeté la décision de la CEDEAO d’assurer une transition politique d’une année au Mali.A l’approche de la fin du mandat du président intérimaire, le 22 mai, le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, a proposé une « solution malienne » à travers la tenue d’une « convention nationale » pour le choix d’un autre président consensuel pour le Mali.Selon le ministre ivoirien des Affaires étrangères, il est « clair et sans équivoque » que la junte a décidé d’ »imposer sa vision au détriment de la Constitutionnel malienne et par une certaine défiance à la CEDEAO accusée d’ingérence ».« Il nous faudra réfléchir, dans le contexte actuel, sur la légalité même des agissements de la junte malienne et des nouvelles conditions de discussions de la médiation de la CEDEAO avec le commandement de la junte », a suggéré Daniel Kablan Duncan.« Jusqu’à quand la CEDEAO pourra laisser prospérer les actes de défiance de la junte malienne sans perdre sa crédibilité et son audience aux plan régional et international ? », s’est-il interrogé.« Il nous importe de savoir si la CEDEAO doit se plier aux exigences de la junte qui ne constitue pas en soi une entité légale et constitutionnelle reconnue », a-t-il ajouté.La session extraordinaire du conseil des ministres, qui se tient prioritairement sur le renouvellement du personnel dirigeant de la CEDEAO, se prolonge samedi en une réunion du Conseil de médiation et de sécurité sur le Mali et la Guinée-Bissau.


SOURCE:Maliweb