leral.net | S'informer en temps réel

La CPE-TAXAWU SENEGAL propose à l’Etat de lever les tabous et confusions sur la masse salariale


Rédigé par leral.net le Jeudi 12 Mars 2015 à 23:36 | | 0 commentaire(s)|

La CPE-TAXAWU SENEGAL propose à l’Etat de lever les tabous et confusions sur la masse salariale
La série de perturbations que connaît présentement l’Université, où le Syndicat des enseignants du supérieur conteste la "Loi-Cadre", relativement au mode de désignation des membres du Conseil d’administration et du Recteur des universités publiques, et les menaces que font planer – du préscolaire au secondaire - les syndicats du Grand Cadre, qui exigent du gouvernement le respect des accords signés, ont atteint un seuil qui ne saurait laisser aucun Sénégalais indifférent.

En dépit des multiples bons offices, dont le dernier en date émane de la Coordination nationale des inspecteurs d’académie du Sénégal, le Grand cadre des syndicats de l’enseignement persiste dans ses débrayages, dont les plus grands perdants restent les apprenants, pour une année académique qui court toujours le risque d’être définitivement compromise. D’autant qu’un "troisième plan d’action" est lancé depuis quelques jours, faisant monter la tension de plusieurs crans, avec la rétention des notes du premier semestre et le boycott des conseils de classe.

Il est évident que l’impact budgétaire de revendications de cette envergure – dont nous ne réfutons pas la légitimité syndicale - ne peut être sans conséquences sur la continuité des servitudes routinières de la direction de la Solde qui, au-delà des enseignants, se doit également de se préoccuper de la régularité du paiement des salaires des autres corps de métier parrainés par l’Etat, et qui sont loin d’être moins méritants que les enseignants, dont la masse salariale a connu des bonds inédits, ces dix dernières années, en passant de 105 milliards en 2000 à 438 milliards, en 2010 !
En termes de recrutement, ce corps a également connu une explosion des effectifs, en passant dans la même période de 22.000 enseignants à 86.000, avec une indemnité de logement qui a presque doublé – de 35 000 Fcfa à 65 000 Fcfa !
Il n’est pas besoin d’être intelligent pour comprendre que notre pays n’évolue pas dans un désert macro-économique.

Le Sénégal est souverainement partie-prenante des "critères de convergences" que l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) a fixé pour les huit pays qui la composent. A l’instar de ses pairs, notre pays se doit donc de respecter un certain nombre de règles budgétaires, dont celles régissant la masse salariale, qui ne doit excéder 35% des recettes fiscales. Plafond que le Sénégal a présentement crevé, avec une masse atteignant 46,3% des recettes fiscales, soit 717 milliards ! Et d’après la Banque mondiale, la cause n’est pas à chercher ailleurs que dans l’augmentation des indemnités des agents de l'Etat, et surtout ceux qui sont organisés dans de puissants syndicats, qui font que l’Etat continue de ployer sous une écrasante masse salariale.

Le Ministère de l’enseignement supérieur et le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) doivent se retrouver ce vendredi 13 mars 2015, pour des négociations décisives sur la plateforme revendicative.

La CPE-TAXAWU SENEGAL exhorte les parties prenantes à un sursaut patriotique pour sauver l’Ecole sénégalaise. Elle invite surtout le Président de la République à délivrer à la Nation un message solennel sur cette crise de l’Education, afin que, de par sa voix autorisée, il puisse permettre aux partenaires sociaux, en particulier, et à l’opinion, d’une manière générale, de disposer de tous les éléments d’appréciation, pour une «vérité sur la masse salariale» (budgétivore), dont prés de la moitié est absorbée par une Fonction publique, qui pourtant ne constitue que 1% de la population active! D’où la nécessité, pour le chef de l’Etat, procéder à un rééquilibrage de la répartition du budget, pour atténuer les inégalités sociales, et rétablir une meilleure justice salariale, gages de la stabilité et de la paix sociale.

En conclusion de leur réunion, la Conférence des Leaders de la CPE a décidé à l’unanimité d’adopter une nouvelle dénomination, qui se décline désormais ainsi : «CPE-TAXAWU SENEGAL».

Dakar, le 11 mars 2015
Pour la Conférence des Leaders
Le Coordonnateur
Me Ousmane Séye






Hebergeur d'image