Leral.net | S'informer en temps réel

La Cedeao au chevet de la Côte d’Ivoire - 10 chefs d’Etat boycottent le sommet du complot

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 8 Décembre 2010 à 12:41 | Lu 2896 fois

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui s’est invitée dans le débat ivoirien n’a enregistré à son sommet, hier à Abuja, que la participation de seulement 4 chefs d’Etat sur les 15 que compte l’organisation sous régionale. Il y avait notamment le président du pays hôte Jonathan Goodlock, le président du Faso Blaise Compaoré, le président sénégalais Abdoulaye Wade et Mme Johnson Sirleaf du Libéria.


La Cedeao au chevet de la Côte d’Ivoire - 10 chefs d’Etat boycottent le sommet du complot
Les 10 autres chefs d’Etats membres de la communauté économique ouest africaine, outre Laurent Gbagbo qui n’était pas invité à cette rencontre, ont refusé de donner leur caution à ce qu’on peut aujourd’hui appeler le sommet du complot contre la Côte d’Ivoire. Et comme on devait s’y attendre, les 4 chefs d’Etat dont des parrains de la rébellion en Côte d’Ivoire, ont naturellement reconnu Alassane Ouattara comme élu le président élu de Côte d’Ivoire. Pire, ils intiment l’ordre au président de la Côte d’Ivoire, SEM Laurent Gbagbo à céder sans délai à son adversaire le pouvoir. Et comme si cela ne suffisait pas, Wade et Compaoré ont pesé de tout leur poids pour suspendre la Côte d’Ivoire de la Cedeao en raison du blocage, selon eux, du blocage post-électoral.

Robert Krassault
ciurbaine@yahoo.fr



1.Posté par so le 08/12/2010 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois que les laches dans ce sommet se sont les chef d'état qui n'ont pas répondu.
Il est temps que les Africains cessent d'etre des grand Enfants.
Le forcing fait par Bagbo est inadmissible même dans le reigne animal.
Les régles du jeu sont faites pour etre respecté.
C'est honteux que Bagbo veuille s'accrocher au pouvoir apres dix Ans de pouvoir sans partage surtout vouloir etre derriere un Nationalisme mansonger et selon les interets du Moment.
Sans la France lors de la rebelion il aurait été tué ou fait prisonier depuis longtemps.
Tout le monde a suivi le processus et les elections en Cod IVOIRE.
Et il suffisait d'écouter Bagbo pour savoir qu'il avait peur et k c lui le menteur et le comploteur.
Maintenant se sont les IVOIRIENS du Sud qui doivent faire un choix.
-LACHER BAGBO ET VIVRE EN PAIX
-LE SOUTENIR ET SUBIR UNE HUMULIATION POUR TOUJOUR.
La vérité finit toujours par s'éclater et toujours se sont les veritables comploteurs qui seront punis.
La plupart des dirigeants qui ne sont pas venu sont de potentiel BAGBO

2.Posté par Juste le 08/12/2010 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOUS MENTEZ. IL SUFFIT DE LIRE LE COMMUNIQUE FINAL SUR LE SITE OFFICIEL DE LA CEDEAO POUR VOIR QU IL Y AVAIT PLUS DE CHEFS D ETAT QUE 4.

Voici le texte.

SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES CHEFS D’ETAT ET DE GOUVERNEMENT
SUR LA COTE D’IVOIRE

Abuja, 7 décembre 2010



COMMUNIQUE FINAL


1. Suite aux évènements inattendus survenus après le second tour de
l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, la Conférence des Chefs d’Etat et
de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
(CEDEAO) s’est réunie en Session Extraordinaire à Abuja, République Fédérale
du Nigéria, le 07 Décembre 2010 sous la Présidence de Son Excellence Dr
Jonathan Ebele GOODLUCK, Président de la République Fédérale du Nigeria.

2. Etaient présents à cette Session, les Chefs d’Etat et de Gouvernement
suivants ou leurs représentants dûment accrédités :

S. E. Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso ;
S. E. Prof. John Evans Atta MILLS, Président de la République du Ghana ;
S. E. Ellen JOHNSON-SIRLEAF, Présidente de la République du Liberia ;
S. E. Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République du Mali ;
S. E. Dr. Jonathan Ebele GOODLUCK, Président de la République Fédérale du
Nigeria ;
S. E. Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal ;
S. E. Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République
Togolaise ;
M. Goundé Désiré ADADJA, Ministre de la Communication et des Technologies de
l’Information, représentant le Président de la République du Benin ;
S. E. Monsieur Francisco Pereira VEIGA, Ambassadeur du Cap Vert près la
République du Sénégal, représentant le Président de la République du Cap Vert ;
Monsieur Lamin Kaba BAJO, Ministre de la Pêche, des Ressources en Eau et des
Relations avec l’Assemblée Nationale, représentant le Président de la
République de la Gambie ;
S. E. Monsieur Henry O. MACAULEY, Ambassadeur de la Sierra Léone près la
République Fédérale du Nigeria, représentant le Président de la République de
Sierra Léone.

3. S. E. M Young-Jin CHOI, Représentant Spécial du Secrétaire Général des
Nations Unies en Côte d’Ivoire et Monsieur Mahamao Ouedraogo représentant le
Président de la Commission de l’Union Africaine ont également pris part à
cette Session en qualité d’observateurs.
4. Au cours de leurs travaux, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont
examiné la situation politique et sécuritaire consécutive à la proclamation
des résultats du second tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire.
Ils ont également entendu le Représentant Spécial du Secrétaire Général des
Nations Unies en Côte d’Ivoire.
5. Après une analyse approfondie de la situation, la Conférence a exprimé
sa vive préoccupation face aux menaces qu’elle fait peser sur le processus de
paix et de sortie de crise en Côte d’Ivoire.

6. Réaffirmant leur attachement aux dispositions et Principes pertinents
du Protocole de la CEDEAO sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance, les Chefs
d’Etat et de Gouvernement condamnent fermement la tentative d’usurpation de la
volonté librement exprimée par le peuple ivoirien, le 28 novembre 2010.

7. Afin de préserver la légitimité du processus électoral, le Sommet a
reconnu les résultats proclamés par la Commission Electorale Indépendante
(CEI) et certifiés par le Représentant Spécial Général des Nations Unies en
Côte d’Ivoire conformément à la Résolution 1765 du 16 juillet 2007 du Conseil
de Sécurité des Nations Unies. A cet égard, les Chefs d’Etat et de
Gouvernement ont reconnu Alassane Dramane Ouattara comme Président élu de la
Côte d’Ivoire et, par conséquent, représentant le choix librement exprimé par
le peuple ivoirien.

8. Le Sommet invite Monsieur Laurent Gbagbo à respecter les résultats de
l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire tels que certifiés par l’ONUCI et à
rendre sans délai le pouvoir, dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire.

9. Le Sommet a décidé de faire application de l’Article 45 du Protocole
de la CEDEAO sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance à savoir l’imposition
des sanctions qui comprennent notamment la suspension de la Côte d’Ivoire
jusqu’à nouvel ordre, de toutes les instances de décision de la CEDEAO.

10. La Conférence exprime son appréciation pour le rôle déterminant joué
par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et qui a contribué
au déroulement du scrutin dans des conditions démocratiquement acceptables.
Elle salue surtout les efforts de la Communauté Internationale dans la
résolution rapide et définitive de la crise.

11. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement lancent un appel pressant à tous
les Ivoiriens, autorités politiques et administratives à tous les niveaux, de
respecter les droits et l’intégrité des Ivoiriens, des autres ressortissants
des Etats Membres de la CEDEAO et de tous les étrangers sur le territoire de
la République de Côte d’Ivoire et de garantir leur sécurité.

12. La Conférence félicite SEM Blaise Compaoré, Président du Faso,
Facilitateur du dialogue inter-ivoirien pour ses efforts inlassables et sa
diplomatie agissante dans le processus de paix en Côte d’Ivoire.

13. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement expriment leur gratitude à SE Dr
Goodluck Ebele Jonathan, Président de la République Fédérale du Nigeria, pour
son leadership et son implication personnelle dans le processus d’enracinement
de la démocratie et de la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire et dans toute la
région ouest africaine.

14. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement témoignent leur sincère gratitude
au Gouvernement de la République Fédérale du Nigeria ainsi qu’au Peuple
nigérian pour l’hospitalité généreuse et authentiquement africaine qui leur a
été réservée pendant leur séjour à Abuja ainsi que pour les excellentes
facilités mises à leur disposition pour la réussite de ce Sommet
Extraordinaire.



Fait à Abuja, le 7 Décembre 2010
LA CONFERENCE

http://news.ecowas.int/presseshow.php?nb=188&lang=fr&annee=2010

3.Posté par diaby le 08/12/2010 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci pour nous avoir édifier.

4.Posté par ass le 08/12/2010 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vraiment ridicules ces ivoiriens

5.Posté par sarrus le 08/12/2010 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Robert Krassault est chef de service politique de ‘’Notre Voie’’, et est actuellement chargé de couvrir la campagne de Laurent GBAGBO dans la région des 18 Montagnes. C'est pas étonnant qu'il ment délibérément.

6.Posté par LERGUI le 08/12/2010 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI A LA CEDEAO D'AVOIR LE COURAGE DE DIRE LA VERITE A LEURENT BAGBO,DE GRACE IL FAUT QUITTER CE POUVOIR AU MOINS AVEC DIGNITE MR BAGBHO. L'AFRIQUE EST MALADE A CAUSE DES DIRIGEANTS COMME TOI. PLEASE PITIE AUX IVOIRIENS LAMDA.

7.Posté par PAPE SY le 09/12/2010 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA CEDEAO N'A FAIT QUE DIRE LA VÉRITÉ, N 'EN DÉPLAISE A CES USURPATEURS DE POUVOIR , PAUVRE BAGBO, FAUT RENDRE LE POUVOIR, LE PEUPLE NE T'A PAS CHOISI

8.Posté par leral le 09/12/2010 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est un comportement qui vient à son heure, la mesure invitant le respect aux règles de la démocratie. que cet élan continue et règle une bonne foi pour toute la question des dérives anti démocratiques en Afrique.

9.Posté par le 09/12/2010 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La cedeao n'a fait que donner un verdict,face à une crise qui touche un pays membre!

10.Posté par Seck le 12/12/2010 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Rendre à César ce qui appartient à César

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site