leral.net | S'informer en temps réel

La Compagnie sucrière du puissant Jean Claude Mimran traînée en justice par...un employé licencié "abusivement", Louis Lamotte cité...

L'affaire ne s'est pas ébruitée, mais c'était sans compter avec la perspicacité des radars de dakarposte.com. Figurez-vous que la Compagnie sucrière du magnat Jean Claude Mimran a été traînée dans la fange; autrement dit, dakarposte tient de sources concordantes que c'est un certain Abdoul Baldé qui a porté son contentieux avec la CSS devant Dame Justice.


Rédigé par leral.net le Jeudi 29 Octobre 2015 à 07:43 | | 7 commentaire(s)|

La Compagnie sucrière du puissant Jean Claude Mimran traînée en justice par...un employé licencié "abusivement", Louis Lamotte cité...
Cet ex-employé a eu à travailler dans cette compagnie depuis une décennie. Dans sa lettre plainte, ce fils de Kolda a soutenu mordicus que lors de ses congés annuels, il est parti dans sa région natale (Kolda). Tombé malade, il dit avoir été hospitalisé et de ce fait, il se servait de sa carte dite mutuelle pour ses consultations, non sans payer avec ses ordonnances.
Etayant son argumentaire, Abdoul Baldé de dire qu'il prend à témoin le gérant du dépôt de farine, sis à Kolda, qui est chargé de superviser les cartes mutuelles de la CSS.

Poursuivant, il laisse entendre que grande a été sa surprise lorsque le même gérant du dépôt a récupéré sa carte mutuelle. Baldé dit que lorsqu'il a été interpellé sur les raisons de ce retrait, il lui sert pour toute réponse avoir reçu des instructions venant de la hiérarchie de la CSS. En clair, Baldé venait d'être viré. La charge de le lui notifier a été alors dévolue au gérant dont il fait cas à titre de témoin. Baldé de dire qu'il s'est débrouillé, le cœur meurtri, pour trouver des palliatifs à même de le guérir. Aussitôt rétabli, il se rend à l'usine de la CSS situé au nord du Sénégal, dans la province de Saint-Louis qui, soit dit en passant, est un complexe agro- industriel qui s’étend sur 10 000 ha de terres irriguées affectées à une plantation de canne à sucre, avec une production annuelle de plus de 1 million de tonnes de cannes.

La canne est acheminée à l’usine de traitement où elle est broyée pour en extraire le jus qui est ensuite cristallisé et séché.

Pour en venir à nos moutons, Baldé soutient, dans sa plainte, avoir trouvé à l'usine une certaine Fatou Kany Tall et Louis Lamotte. Il leur demande alors le motif qui explique le retrait de sa carte mutuelle suivi de son licenciement. Pour toute réponse, Lamotte et Fatou K. Tall lui ont confirmé qu'il ne faisait plus partie du personnel de la CSS et qu'ils lui paieront ses droits.
Sur ce, il dit avoir recu des deux personnes suscitées un certificat de retraite et la somme de...125 000 Cfa. N'en revenant pas, Baldé demande au duo les raisons qui font qu'il soit viré et pis, qu'il ne perçoit que la "maudite somme" de 125 000 Cfa alors qu'il a travaillé dans la dite compagnie depuis dix ans.

Ne baissant pas pour autant pavillon, Baldé se rend chez un de ses amis répondant au nom de Frédéric et c'est ce dernier qui l'a orienté vers le syndicaliste nommé Talla Fall. Ensemble, ils se sont rendus à l'Inspection du Travail où a-t-il renchéri, ils ont été accueillis par un agent répondant au nom de D. C'est ce dernier qui a pu joindre par téléphone le sieur Louis Lamotte pour l'inviter à se joindre à eux au niveau de l'Inspection du Travail. Interpellé sur le cas Abdoul Baldé, Lamotte nie tout et déclare ne pas être au courant du licenciement de Baldé".

Aux dernières nouvelles, cette affaire, qui a connu des rebondissements, est loin de connaitre son épilogue. Mais, dakarposte.com tient de sources sûres qu'après avoir statué sur ce cas, le Tribunal du Travail de Saint-Louis a, par jugement social, condamné la CSS à payer la somme de 2.000.000 Cfa à titre de dommages et intérêts, pour licenciement abusif, au sieur Abdoul Baldé.

Nous y reviendrons dans les prochaines heures !

Dakarposte.com






Hebergeur d'image