Leral.net | S'informer en temps réel



La France en quête d'une solution pour le Mali

le 21 Septembre 2012 à 10:48 | Lu 332 fois

Laurent Fabius a reçu jeudi à Paris le premier ministre malien, Modibo Diarra.


La France en quête d'une solution pour le Mali
Le sort des otages français aux mains d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) semble de plus en plus lié à celui du Mali. Dans un communiqué publié mercredi soir, la nébuleuse terroriste a pour la première fois clairement menacé d'exécuter ses prisonniers enlevés il y a deux ans à Arlit, au Niger, si une intervention militaire était mise sur pied pour tenter de remédier à la crise qui secoue ce pays depuis six mois. Aqmi est l'un des principaux bénéficiaires du coup d'État du 22 mars, qui a vu la sécession du nord du pays désormais sous le contrôle de groupes armés qui lui sont apparentés. Les terroristes, s'ils se disent ouverts aux négociations en vue d'une libération, laissent aussi entendre que les captifs sont aussi des boucliers humains contre une éventuelle intervention qui viserait à les priver de ce nouveau fief.

L'Élysée assure «tout mettre en œuvre » pour obtenir une libération. Sous couvert d'anonymat, un officiel français assure que des négociations ne sont pas écartées. Mais Paris n'entend pas pour autant ralentir ses efforts pour mettre en place une opération militaire pour bouter les islamistes hors de la zone. «Le danger de voir l'émergence d'un Afghanistan au cœur du Sahel, avec les risques que cela ferait peser sur les pays voisins, mais aussi sur la France, est trop grand », souligne le diplomate. Aussi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a-t-il réaffirmé jeudi soir que la France apporterait bien son «soutien logistique» à une éventuelle intervention militaire dans le nord du Mali.

Reste que, pour la France, la question des otages n'est pas le seul obstacle à surmonter avant de pouvoir envisager une solution militaire. Il faut aussi convaincre Bamako de se joindre aux efforts. Mais les autorités au pouvoir au Mali, très divisées, rechignent à donner leur feu vert.

Option armée «rapide»
Jeudi, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a reçu le premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra. À l'issue de l'entretien, un porte-parole de la délégation malienne n'a pas levé les ambiguïtés. Tout en se disant favorables à une option armée «rapide », les Maliens semblent néanmoins vouloir continuer à privilégier la carte d'un dénouement pacifique. Ces contradictions laissent sceptiques sur les chances de voir émerger une solution lors de la réunion sur le Sahel, qui doit se tenir la semaine prochaine aux Nations unies. D'autant que le premier ministre est loin d'être le seul décisionnaire. Si cet ancien scientifique sans grande expérience politique apparaît comme le nouvel homme fort du pays, le président par intérim, Dioncounda Traoré, entend aussi jouer son rôle.

Quant au capitaine Sanogo, le chef de la junte militaire officiellement dissoute, il ne cesse d'intervenir sur la scène politique. «La situation à Bamako est devenue aussi inquiétante qu'au nord. Le pays navigue à vue, car le pouvoir malien est une hydre à trois têtes où chacun joue sa partition. Dès que l'on obtient l'accord de l'une des parties, les deux autres le contestent immédiatement », se lamente un dirigeant ouest-africain.

Coincées dans un imbroglio qui les dépasse, les familles des otages essaient de ne pas perdre espoir. Marie-Line Bondu, la belle-mère de Pierre Legrand, l'un des otages, se refuse ainsi à «baisser les bras ». «En ce qui concerne les négociations, nous n'avons pas de prise, les cartes sont dans les mains du gouvernement », dit-elle.


Par Tanguy Berthemet


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage