Leral.net | S'informer en temps réel



La Russie déclare la guerre à ses chauffards ivres

le 26 Septembre 2012 à 11:42 | Lu 287 fois

La mort de cinq jeunes orphelins, fauchés devant un arrêt de bus à Moscou par un automobiliste ivre, bouleverse l'opinion publique.


La Russie déclare la guerre à ses chauffards ivres
Correspondant à Moscou

Pour l'opinion publique russe, pourtant accoutumée aux tragédies, c'est l'accident de trop. La mort, le 22 septembre, de sept personnes dont cinq adolescents, causée par un chauffard ivre qui a percuté un arrêt d'autobus, à Moscou, a bouleversé le pays. Les députés de tous bords exigent un durcissement des sanctions applicables aux automobilistes conduisant en état d'ivresse. Sur le site Live Journal, l'internaute Marina Akoulitch, s'indigne: «Comment peut-on infliger deux ans aux Pussy Riot et ne prévoir que neuf ans d'emprisonnement (maximum requis par la loi, NDLR), pour sanctionner de tels crimes?»

L'accident a d'autant plus ébranlé les Russes que les cinq jeunes victimes étaient des orphelins, abandonnés à leur naissance, et élevés dans une institution spécialisée. En compagnie de leurs deux enseignants, ils venaient d'assister à une cérémonie de remise de prix pour un concours d'objets artisanaux, baptisé «Nous sommes ensemble», et réservé à des enfants présentant des capacités limitées. Deux garçons avaient été récompensés. Tous attendaient leur autobus lorsqu'un chauffard de 29 ans, roulant à 200 km/heure sur une grande artère de l'ouest de la capitale, les a percutés. L'homme, qui souffre de contusions, s'était déjà vu retirer son permis en 2010 pour conduite en état d'ivresse. Suicidaire, il présentait un taux d'alcoolémie de 1,55 gramme par litre et faisait face à des problèmes conjugaux. Une enquête pour homicide par négligence a été ouverte à son encontre.

«Diviser par deux ce type d'accidents»
Le parti Russie Unie, majoritaire à la Douma, réclame l'instauration d'une amende minimale de 100.000 roubles (2500 euros) pour les automobilistes conduisant en état d'ivresse, ainsi que, pour les récidivistes, le retrait à vie de leur permis. Aujourd'hui, le code pénal russe limite cette durée à trois ans. Pour sa part, le parti nationaliste (LDPR) entend punir de 15 ans maximum d'emprisonnement les délits similaires à celui survenu à Moscou, et sanctionner également les «styles de conduite agressifs», très courants dans la capitale.

«Nous devons agir pour diviser par deux ce type d'accidents», a déclaré le chef du Comité des affaires constitutionnelles à la Douma, Vladimir Pliguin. Un objectif très ambitieux. Les routes russes, qui ont enregistré 26.000 tués en 2010, sont parmi les plus meurtrières au monde. Sur les huit premiers mois de 2012, 1700 décès ont été dus à la consommation abusive d'alcool. Mardi, sur la radio de Moscou, et en référence à la corruption qui gangrène le pays, le bloggeur Anton Nossik remarquait: «En Russie, on peut inculper quiconque pour ivresse au volant, qu'il ait bu ou qu'il ait mangé du raisin. Il suffit au policier de soutirer de l'argent pour échapper à toute poursuite. C'est pourquoi la lutte contre l'alcool au volant est indissociable de la lutte contre les idiots de la Douma et les escrocs de la police».


Par Pierre Avril