leral.net | S'informer en temps réel

La Sénélec a propos de l’approvisionnement en électricité : Il n’y a plus de délestages, mais des problèmes de réseau

LERAL.NET-La Senelec, par la voix de son chargé de communication, rassure les Sénégalais : « depuis un mois, il n’y a plus de délestages au Sénégal ». La société produisant suffisamment d’électricité jusqu’à se permettre une marge de 40 mégawatts, est cependant confrontée à la vétusté de son réseau de distribution.


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Novembre 2011 à 13:17 | | 1 commentaire(s)|

La Sénélec a propos de l’approvisionnement en électricité : Il n’y a plus de délestages, mais des problèmes de réseau

« Depuis un mois, il n’y a plus de délestage », déclare avec assurance le chargé de la communication de la Senelec, Mamadou Diallo. Mieux, ajoute-t-il, « le problème de délestage est réglé partout au Sénégal ». Qu’en est-il alors des moments de coupure d’électricité ? Ce ne sont pas des délestages, renchérit notre interlocuteur qui donne sa définition de ce substantif entré dans le vocabulaire des Sénégalais. « Le délestage, c’est lorsqu’il n’y a pas suffisamment de production électrique, cela survient lorsqu’il y a déséquilibre entre l’offre et la demande du fait du déficit de production. Un délestage, c’est organisé », explique M. Diallo.

La Sénélec produit suffisamment d’électricité maintenant, elle se prévaut même d’une marge de 40 mégawatts (MW) alors qu’une ville comme Saint-Louis consomme au total 12 MW, ajoute notre interlocuteur. Le problème de l’approvisionnement en combustible est aussi un vieux souvenir, « nous avons 10 à 20 jours de stock grâce au Plan Takkal », dit Mamadou Diallo. Octobre était d’habitude le mois de pointe « le plus difficile » pour la Senelec, cette année, « nous l’avons passé sans problème », se réjouit-il.

Actuellement, explique M. Diallo, les privations d’électricité sont à mettre sur le compte d’un problème n’ayant rien à voir avec la production de courant : la vétusté du réseau de distribution. « Nous sommes confrontés à un problème d’exploitation, à des incidents de réseaux dans certains quartiers de Dakar », poursuit M. Diallo. Le réseau de distribution de la Senelec est vétuste par endroits, celui de Mermoz-Mamelles-Yoff « date de plus de 30 ans et ne supporte plus la charge», explique le chargé de la communication. L’urbanisation vient s’ajouter à cette vétusté, des constructions sont érigées au-dessus de câbles souterrains de la Senelec, occasionnant des difficultés en cas de panne. Le week-end dernier, explique M. Diallo, plusieurs quartiers dont Liberté 6 ont été privés d’électricité pendant plusieurs heures, irritant même les populations. Le coupable : un câble souterrain endommagé, à quelques encablures de l’échangeur de Hann. Le fil étant situé sous un parking occupé par un concessionnaire de voitures, il a fallu plusieurs heures pour que les agents de la Senelec puissent procéder à sa réparation, explique M. Diallo.

Pour venir à bout de ce problème, il est prévu, dans le Plan Takkal, un plan d’urgence de plus de 5 milliards de francs Cfa pour donner un coût de neuf au réseau, explique-t-il. Sans garantir « zéro délestage », puisqu’aucun réseau n’est à l’abri d’un incident, le chargé de la communication a espoir pour le futur. D’ailleurs, il promet qu’il n’y aura pas de coupure d’électricité le jour de la Tabaski. Source le soleil




1.Posté par remso le 05/11/2011 14:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Election oblige.

Ne nous fatiguez pas.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image