leral.net | S'informer en temps réel

La Signature des Accords de Paix d’Alger à Bamako le 15 mai : Quel devrait en être la suite ?


Rédigé par leral.net le Dimanche 17 Mai 2015 à 11:23 | | 0 commentaire(s)|

La Signature des Accords de Paix d’Alger à Bamako le 15 mai : Quel devrait en être la suite ?

Le 15 mai 2015, vient de se tenir, à Bamako, capitale de la République du Mali, la signature officielle des Accords de Paix d’Alger, sensés restaurer la souveraineté de l’Etat malien sur l’ensemble de son territoire national, et la paix au sein de ses populations.
Mais cette signature a laissé un goût d’inachevé, avec le refus d’y prendre part, de la principale force belligérante qui est constituée du MNLA et des différents groupes Jihadistes du Nord Mali, regroupés au sein de la « Coalition des Mouvements de l’AZAWAD » (CMA) ;
Dans ces conditions, le statut des forces onusiennes déployées au Mali, devrait changer, de « forces d’interposition », en « forces de rétablissement de la Paix » en appuyant les Autorités maliennes dans la mise en œuvre de ces Accords dans leur intégralité.
A cet effet, la France devrait assumer toutes ses responsabilités vis-à-vis du refus du MNLA qu’elle a, sous couvert de l’ « Opération Serval », réintroduit dans le conflit armé en l’installant à Kidal et en interdisant l’armée malienne de participer à la libération de cette région qui était occupée par les Jihadistes.
Même les Accords d’Alger, perçus comme un « compromis entre Alger et Paris », dans lequel l’Etat malien y a trouvé un « moindre mal », pour sauvegarder l’intégrité de son territoire national, et rétablir sa souveraineté sur Kidal, n’ont pas amené la France à imposer au MNLA de les signer.
Au contraire, chassé du Burkina par la Révolution, le MNLA s’est installé à Nouakchott, capitale de la République Islamique de Mauritanie, pour continuer à mener ses opérations militaires dans la région de Kidal, même après s’être allié avec des groupes Jihadistes dans le cadre de la CMA.
Mais la découverte récente d’armes françaises dans des dépôts à Ménaka d’où les forces pro gouvernementales venaient de chasser le MNLA, prouve aux yeux des derniers crédules, que la France, malgré les négociations qui étaient encours à Alger, continuait à le renforcer militairement, permettant ainsi à la CMA de durcir ses positions dans les négociations d’Alger.
La France s’est donc avérée être l’obstacle principal à la signature des Accords de Paix d’Alger et à leur mise en œuvre.
Dans cette perspective, l’expulsion du MNLA hors du territoire Mauritanien, et de tout pays du Sahel, devient, après la signature du 15 mai de ces Accords, une exigence pour leur mise en œuvre, que toutes les Elites des pays de la CEDEAO devraient faire soutenir par leurs Gouvernements.
Les relations de la France avec le MNLA, nous rappellent tristement celles qu’elle entretient avec des dirigeants indépendantistes Casamançais appartenant au MFDC, qui, depuis Paris où ils sont basés, torpillent régulièrement tout effort de paix et de réconciliation dans cette partie SUD du territoire du Sénégal.
Tout cela prouve à suffisance, que les Accords de Défense qu’elle a signés avec le Mali et le Sénégal, ne sont valables que sous le rapport de ses intérêts économiques et géostratégiques dans notre sous région.
Ces intérêts sont, d’une part, le CFA qui lui permet de se soumettre nos Economies nationales, et, d’autre part, l’Uranium qui lui permet de réduire significativement sa dépendance à l’énergie fossile, et de se doter d’une puissance nucléaire lui permettant de jouer dans la cours des grands qui régentent le monde.
Temps que nos Chefs d’Etat et nos opinions publiques n’auront pas pris conscience de cette nature de la politique de la France envers nos pays et nos peuples, nos souverainetés nationales continueront à être confisquées par elle, et l’intégrité de nos frontières nationales à être menacée, comme moyens de pression, à cet effet, sur nos gouvernants.
Cette nécessaire prise de conscience de nos Chefs d’Etat et de nos Elites intellectuelles devrait se faire à l’image de celle des Autorités Saoudiennes, avec la crise actuelle du Yémen.
En effet, cette crise au Yémen a permis aux Autorités Saoudiennes de comprendre, que leurs accords de Défense avec les Etats Unis ne sont valables que dans le cadre de la sauvegarde des intérêts économiques et géostratégiques de ce pays dans le Moyen Orient, et non pour les intérêts nationaux Saoudiens.
Les intérêts des USA sont, aujourd’hui, dans le Moyen Orient, d’une part, le contrôle du pétrole pour y exclure la Chine, et d’autre part, la protection d’Israël.
Et cela passe aujourd’hui par un conflit programmé, par Yémen interposé, entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, en vue de leur destruction mutuelle, qui, après celle de la Libye et le démentiellement encours de l’Irak, sont les seules puissances au Moyen Orient susceptibles, avec leurs rapports respectifs avec le Hamas et le Fatah, d’inquiéter Israël dans sa politique de colonisation et d’occupation des terres palestiniennes, et dans sa volonté d’empêcher l’existence d’un Etat Palestinien indépendant dans ses frontières de 1967 , reconnues par les Nations Unies.
Le boycott, par le Roi Saoudien, de la Réunion à Camp Davis, administre pleinement la preuve de sa prise de conscience de cette situation nouvelle, même si OPBAMA a convoqué cette rencontre pour tenter de rassurer les Monarchies du Golfe, sur leurs craintes de déstabilisation par l’Iran, une fois libéré des pressions américaines après l’accord sur le nucléaire.
La peur des conséquences majeures d’un conflit entre l’Iran (Shiite) et les Monarchies arabes du Golfe (Sunnite), hante le sommeil de ces dernières au point, que même les engagements renouvelés d’OBAMA de les défendre en cas d’attaques improbables de l’Iran, n’ont pas réussi à les soulager.
C’est dans ce contexte que les Autorités Saoudiennes ont pris leurs propres responsabilités pour assurer leur propre défense, en appel à leurs amis Sunnites arabes avec lesquels elles ont mis sur pied une coalition arabe pour faire la guerre au Yémen, et à leurs amis Sénégalais pour assurer, en Arabie Saoudite, la Défense de l’intégrité de leur territoire.
C’est ce genre de sursaut qui tarde encore à se faire jour dans notre sous région, au sein de la CEDEAO notamment, du fait de l’ancrage des Pays Francophones dans la Zone Franc et dans des Accords de Défense avec la France.
A cet égard, l’absence du Président de la République du Sénégal à Bamako lors de la cérémonie de signature des Accords d’Alger n’est elle pas consécutive de l’exclusion de notre pays du G5, mis en place par la France pour regrouper le Mali, la Mauritanie, le Burkina, le Niger et le Tchad, dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le terrorisme dans le Sahel ?
Le fait d’aller aux USA en visite privée pour assister à la « graduation de son fils », n’est il pas un signal fort de défiance vis-à-vis de cette politique de la France au Sahel ?
De même, l’hostilité du gouvernement Socialiste de la France envers nos peuples peut aussi être illustré par l’annulation récente de la visite d’Etat dans ce pays, que le Président de la Transition du Burkina devait effectuer.
Cette annulation est motivée par le refus, malgré toutes les pressions de Paris et de Washington, du Gouvernent de Transition de remettre en cause les acquis de la Révolution du peuple Burkinabé, notamment, le non rétablissement de l’Assemblée nationale remplacée par un Conseil de la Transition, et le non rétablissement des droits politiques du camp de Compaoré, chassé du pouvoir par la Révolution.
Dans tous les cas, les pays d’Afrique de l’Ouest du Sahel et leurs Elites, ne devraient ni perdre de vue que le Sénégal ne peut pas être exclue d’une véritable alliance de forces pour y préserver la paix et la sécurité, ni ne pas soutenir les changements démocratiques en cours au Burkina.
De même que les Etats et leurs Elites Francophones, membres de la CEDEAO, devraient ne plus ignorer que leur sécurité et leur développement exigent qu’ils mettent fin aux accords de Défense et monétaires avec la France qui instituent la Zone Franc, et qui soumettent la souveraineté de leurs peuples entre ses mains.
La crise au Nord Mali, et les pressions sur le Gouvernement de Transition du Burkina, devraient les convaincre définitivement, que leur issu est dans la CEDEAO dotée d’une monnaie commune, et de forces de Sécurité et de Défense communes.
Dans cette perspective, le refus de toute ratification par nos Parlements nationaux des « Accords de Partenariat Economique »(APE) avec l’Union Européenne que nos Chefs d’Etat ont paraphés, devrait être un signal fort, à cet effet, de la volonté de Peuples de la CEDEAO et de leurs Elites.

Ibrahima Sène PIT/SENEGAL/CDS
Dakar le 16 mai 2015






Hebergeur d'image