Leral.net | S'informer en temps réel



La Tunisie attend sa Constitution

le 12 Septembre 2012 à 15:29 | Lu 1566 fois

Les difficultés institutionnelles de la Tunisie démontrent que la période de transition post-Ben Ali est encore loin d’être achevée.


La Tunisie attend sa Constitution
La question est simple: quand donc les Tunisiens pourront-ils se prononcer sur le projet de nouvelle Constitution?

Pour mémoire, et ce fut l’une des réussites de la période de transition post-Ben Ali, une Assemblée constituante avait été désignée par les électeurs le 23 octobre 2011, après un vote démocratique qui rompait avec des décennies de magouilles électorales et de fermeture du champ politique.

A l’époque, le contrait était clair. Les nouveaux députés disposaient d’un an maximum pour finaliser leurs travaux et pour permettre à leurs concitoyens d’aller de nouveau aux urnes (le type de scrutin —élections législatives ou présidentielle— dépendra de la nature du régime choisi par la Constituante).

Aujourd’hui, dans un contexte social et sécuritaire très tendu —des émeutes ont eu lieu à l’intérieur du pays tandis que l’activisme salafiste ne faiblit pas— la nouvelle Constitution se fait attendre.

Mardi 4 septembre, lors de la rentrée parlementaire, des dates contradictoires ont été annoncées pour l’adoption de ce texte fondamental qui doit régir la Tunisie nouvelle.

Alors que l’agence de presse officielle TAP a avancé la fin du moins d’octobre comme date butoir, le président de l’Assemblée nationale constituante (ANC) Mustapha Ben Jaafar a indiqué que la finalisation du texte aurait lieu le 15 décembre prochain avec de nouvelles élections en mars 2013.

D’autres sources plus ou moins proches du parti Ennahdha estiment que rien n’est encore fixé et qu’il existe une probabilité pour que le vote des Tunisiens intervienne au premier semestre de l’année prochaine.

Enfin, propos qui ont émus l’opinion publique, un député du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition) Iyed Dahmani, membre de la commission de coordination et de rédaction de la Constitution, a estimé que le texte serait finalisé en mars 2013 avec des élections en septembre 2013, soit une prolongation de près d’un an du mandat de l’ANC.

Pris goût à leurs privilèges et à leurs salaires jugés mirobolants

Il faut dire que les débats de cette instance avancent à un rythme très méditerranéen… Certes, les députés se réunissent, mais c’est souvent pour examiner des textes secondaires comme la création d’un corps des huissiers du Trésor ou la modification du statut des agents de douane.

A l’inverse, le manque de visibilité est total concernant la mise en place pérenne d’une Commission indépendante d’organisation des élections ou encore la révision du système judiciaire ou, plus important encore, le contenu définitif de la Constitution.

Face à cette situation, nombre de Tunisiens accusent les nouveaux députés d’avoir pris goût à leurs privilèges et à leurs salaires jugés mirobolants.

La lenteur des travaux s’expliquerait ainsi par la volonté parlementaire de faire perdurer une situation professionnelle somme toute confortable au moment où les difficultés économiques s’accumulent.
Transition post-Ben Ali loin d'être achevée

D’autres observateurs n’hésitent pas à critiquer les compétences de certains députés, les jugeant incapables de prendre la mesure des enjeux.

Une attaque qui fait écho aux arguments des caciques de l’ancien régime qui expliquaient à l’époque de Ben Ali que la démocratie était impossible en Tunisie en raison de l’incompétence, à la fois politique mais aussi juridique, technique et administrative, de nombre de Tunisiens susceptibles d’être élus par leurs pairs.

Il faut dire que, déjà, l’ancien parlement aux ordres de l’ex-président ne brillait guère pour sa capacité à appréhender les enjeux auxquels était confrontés la Tunisie.

En somme, le Parlement serait passé de la chambre d’enregistrement à une chambre où règnent le désordre, l’improvisation et de sordides calculs politiques sachant que la volonté de se faire réélire n’est pas la moindre des motivations des principaux concernés.

Mais la date d’achèvement des travaux de l’ANC n’est pas le seul motif d’exaspération et d’inquiétude. Nombre de Tunisiens se demandent ce qui se passera si le texte n’est pas adopté aux deux tiers des députés (une perspective que personne aujourd’hui ne repousse).

Faudra-t-il alors en appeler aux électeurs via un référendum sachant qu’une telle démarche ne pourra que favoriser le parti Ennahdha, ce dernier ayant démontré sa capacité à mobiliser ses électeurs?

La question n’est pas encore tranchée mais elle démontre que la période de transition post-Ben Ali est encore loin d’être achevée.

Akram Belkaïd


1.Posté par Mohamed Al Mazri CHOUK le 13/09/2012 02:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA TUNISIE ATTEND ?!?


Encore faut-il que les 217 constituants entendent
LES PROPOSITIONS de la société civile,,,

car tout n'est pas dit, loin s'en faut...
et ce ne sont pas, les vêtérants d'une PARTICRATIE
renaissante et de quelques néos particrates,
formatés aux modèles de
DÉMOCRATIES INTER-PARTIS
(sans une participation réelle et directe du peuple)
Que la Tunisie attend...

Il est plutôt URGENT D'ATTENDRE que
CES BRAVES GENS ÉCRIVENT d'une main sûre
UNE NOUVELLE CONSTITUTION À LA MESURE
d'un peuple composé d'une majorité de jeunes
sans complexes hérités, ni mains usées à force
d'applaudir ni de bouche maillée, à force de maudire...

Et qui ont provoqués la révolution qui a libéré de Ben Ali
et sortis de leur litargie,les anciens "braves"
Comme les nouveaux Cassandre, que certains veulent à tout prix défendre

De grâce M. AKRAM, il n'y a pas le feu au lac!
pour précipiter les votations sur des packages, faits par
et pour des partis qui ne réalisent toujours pas quelle mouche
a piqué le peuple qui est sorti pour chasser le tyran... un 14 janv.

Je crois que beaucoup ne réalisent pas beaucoup
Ou alors qui ont vite oubliés que ce jour le peuple est
devenu MAJEUR et qu'il ne ne l'a pas fait pour échanger
un TUTEUR qui vous méprise, pour un TUTEUR
qui ne voit pas d'autres solutions que de redonner
constitutionnellement aux citoyens
JUSTE LE DROIT de choisir tous les cinq ans
SES PROCHAINS TUTEURS...

Sans jamais pouvoir entretemps, jouer son rôle de souverain,
avec un citoyen qui librement peut fait entendre SA VOIX
grâce au droit à l'INITIATIVE POPULAIRE...
Et un peuple qui DIT SES CHOIX et DICTE la VOIE
grâce AU RÉFÉRENDUM POPULAIRE...

Droit constitutionnels qui en vérité constituent les seules clés
d'une démocratie REELLE, Où le peuple peut jouer PACIFIQUEMENT
son rôle de Opposant et de Apposant...
pour dissuader et mettre en tout temps, le halte là
aux dérives, aux abus et aux excès, de tout parti ou responsable politique...


Et c'est précisément ce que le fondateur du mouvement APPOSITION
veut proposer sa solution DIWAN ECHAAB : Forum de la Société Civile
ce 14 et 15 septembre, à l'ANC...

Avec le fol espoir de voir quelques médias quitter les faits divers
pour voyeurs qui compétents les coups des ouvreurs de boîtes
pour jouer enfin le rôle qui leur revient en relayant comme il se doit
La voix de la société civile en marche...

Comme par exemple celle de APPOSITION dont la VISION
Offre une solution à remettra "les yeux en face des trous" à beaucoup
afin que l'attelage et la charrue soient dans le bon ordre...
et que les grands serviteurs de l'Etat, puissent répondre,
aux aspirations des citoyens et à la voix du Maître de notre
État: " LE PEUPLE"

Quant aux dates fatidiques... Le parti ou les partis dominants trouveront
Certainement une formule consensuelle avec les autres partis représentatifs
pour Co-Gouverner CONCENSUELLEMENT ENSEMBLE... pendant que
nos constituants, achèvent de broder comme Pénélope
une constitution sur mesure digne d'une révolution POPULAIRE
conquérante, à la taille du "tunisien nouveau",.. fabriqué
par tant de sacrifices et de martyrs, sur plusieurs génération.

N'est-ce pas?

2.Posté par ndiaye le 13/09/2012 02:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Spammeurs sur leral.net : Solange Massage, Chérif Aïdara , Nouveau Sénégal sont des escrocs !
LERAL.NET - De nos jours, il est difficile d’échapper aux escrocs qui sont partout et utilisent tous les moyens possibles (ou même impossibles) pour arnaquer les honnêtes citoyens.



Ces truands n’ont qu’un seul but : se faire de l’argent à n’importe quel prix. Ils sont entrain de polluer les forums de discussions des sites internet sénégalais les plus visités tels que Leral. Ces voyous utilisent cet espace d’expression réservé aux internautes pour y insérer gratuitement leurs publicités mensongères.

Selon une source, « Solange qui se dit être une jeune fille et qui fait des séances de massage doux et relaxant dans un cadre convivial et discret n’est en réalité qu’une prostituée ».
Ce qui n’est pas vraiment une révélation car les internautes ont toujours compris que ce « massage doux » se termine toujours au lit.

« Chérif Aïdara, le petit fils de Cheikh Sadibou Aïdara, grand marabout est la aujourd’hui pour ceux qui ont besoin d’aide dans tous les domaines », annonce un autre escroc. S’il était Cherif et marabout comme il le dit, avait-il besoin de faire sa publicité dans les forums de discussions des sites web ? C’est parce que ce type veut rouler les naïfs dans la farine qu’il procède ainsi.

Outre « Solange » et « Chérif Aïdara » (leurs vrais noms ?), « HG4 » et « Vimax » qui proposent des produits aphrodisiaques et « Nouveau Sénégal » veulent aussi leurrer les internautes. Ces derniers doivent rester vigilants pour ne pas tomber dans le piège de ces bandits.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site