leral.net | S'informer en temps réel

La Une des journaux du 18 novembre 2016 : La presse se focalise sur le Magal de Touba


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Novembre 2016 à 09:40 | | 0 commentaire(s)|

L’évènement est à la une de L’AS qui écrit qu’avec la célébration du Grand Magal Samedi, Cheikh Ahmadou Bamba demeure éternel. Rewmi Quotidien de son côté, titre Magal de Touba, Bamba ou la victoire du spirituel sur le temporel. Dans ce journal, le portrait des 7 khalifes de Serigne Touba sur « le trône ». Cheikh Ahmadou Bamba, la dimension sublime de l’Islam, titre encore à sa une 24 heures. Le journal écrit que son esprit d’ouverture, malgré le métabolisme de la colonisation lui a permis de transcender les questions identitaires d’un monde traversé par une crise multiforme et multiculturelle. Le portrait du septième khalife des Mourides est dressé par 24 heures qui présente Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké ou l’ascète.

Précisément le Président de la République Macky Sall s’est rendu dans la capitale du mouridisme, il est accueilli par une liesse populaire, constate Direct Info. Le journal soutient que Touba déroule le tapis rouge au Président Macky Sall. Touba encense Macky, titre à sa une Le Populaire, ceci avec les réalisations du chef de l’Etat dans la ville sainte. Car soutient le journal, le porte-parole du Khalife Serigne Bass Abdou Khadre s’est réjoui en déclarant, « vous avez respecté vos engagements à 100%. Accueil monstre pour le Président hier, renchérit de son côté Libération. Le journal ajoute que le porte-parole du Khalife lui a assuré que celui-ci le considère comme « un membre de la famille et votre épouse est sa fille ». Rewmi Quotidien parle de bain de foule pour le Président Macky Sall et une conspiration éventrée. En effet, explique le journal, sous la direction encagoulée de responsables de l’opposition, des jeunes auraient pu se dresser dans la foule avec des pancartes hostiles au Président Sall. Une entreprise qui a pu être évitée. Dans L’Observateur, Macky Sall se réjouit de cette mobilisation et déclare « cela fait des lustres que je n’ai pas eu un tel accueil ». Enquête à sa une parle de la visite du chef de l’Etat à Touba ou Macky en opération reconquête. Le journal explique que pour cela, il a procédé à la pose de la première pierre d’un hôpital de catégorie 3 et annoncé l’inauguration imminente de l’autoroute Ila Touba. Le grand « Hadiya » de Macky, titre à sa une Le Quotidien, en évoquant les promesses de finition de la mosquée Massalikoul Djinane et de construction du nouvel hôpital. Et justement, l’AS renseigne que Macky Sall promet 40 milliards de franc CFA pour la réalisation d’un hôpital à Touba. Conclusion, pour 24 Heures, en visite à Touba, Macky égrène ses arguments de campagne. De son côté, L’Observateur à sa une titre, commémoration du départ en exil de Serigne Touba, dans les coulisses du « Magal » de Macky. Le journal tente d’expliquer pourquoi il ne participera pas à la grande prière du vendredi en soutenant que la rigueur mouride a dicté sa loi.
Durant le Magal, renseigne Rewmi Quotidien, une maison dépense environ 1,4 million de Francs et l’évènement constitue donc un moment de dépense considérable. Concernant les dépenses toujours, Libération renseigne que l’homme d’affaires Cheikh Amar casse sa tirelire pour le Magal et offre 1000 bœufs et 300 tonnes de riz. Et puis, Touba, une ville aux deux visages relève Direct Info qui indique que la spiritualité, le grand banditisme et la pauvreté s’y cotoient. Justement concernant ces travers, Enquête écrit que la vente illicite de médicaments est une activité en plein essor dans la cité. Et dans ces « piques », L’AS écrit qu’à l’accueil du Président Sall, les pick-pockets font les poches aux dignitaires de Touba.
Côté logistiques, Rewmi Quotidien renseigne que l’Etat mobilise 3000 agents de santé. Conséquence de la mobilisation autour du Magal, une administration déserte et une économie au ralenti, écrit encore Rewmi Quotidien. Ainsi, la ruée gigantesque de millions de citoyens vers Touba, qu’ils soient d’obédience mouride ou autre, influe directement sur la vie nationale, explique le journal.
Le ballet des hommes politiques qui se poursuit à Touba, Enquête écrit que l’ancien ministre des affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio y dénonce les discours politiciens.

Pour l’une rares une à ne pas être consacrée au Magal, c’est dans l’AS qui parle des négociations autour du projet de loi sur la Cour Suprême et titre statut quo. Ceci pour souligner que malgré la levée de boucliers de l’union des magistrats du Sénégal contre l’article 26 du projet de loi sur la réforme de la justice, l’Etat par le biais du ministre de la justice assure que le projet de loi ira à l’Assemblée Nationale. L’Observateur relève qu’en bras de fer avec les magistrats, le ministre de la justice s’agrippe à la réforme. Et selon Le Populaire, dans la polémique sur la réforme de la Cour Suprême, le ministre de la justice Sidiki Kaba remet les magistrats à leur place. Il soutient notamment que « chacun a son rôle dans une République » ou encore que « c’est le Président qui a la légitimité de décision ». Et pour Walfquotidien, avec le maintien de la loi organique sur la Cour Suprême, Macky déclare la guerre aux magistrats.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image